Quand les livres de cuisine remplacent les livres d'école

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Quand les livres de cuisine remplacent les livres scolaires

Le partage de nourriture est au cœur de beaucoup de cultures. Le type de cuisine et le style de préparation varient, mais le fait de se réunir entre amis ou en famille pour partager un repas est universel.

Le programme Edible Alphabet (alphabet comestible), dont les cours ont lieu au Culinary Literacy Center de la bibliothèque publique de Philadelphie, tire profit de cet aspect universel de la cuisine pour aider les immigrants et les réfugiés à améliorer leurs connaissances de l’anglais. Le centre est équipé d’une cuisine professionnelle avec plaques de cuisson, fours à convection, frigos et comptoirs en inox, qui fait également office de salle de classe.

« Faire la cuisine est le moyen par lequel les participants apprennent l’anglais, mettent leurs connaissances en pratique, les perfectionnent et les approfondissent », assure Lindsay Southworth qui encadre le cours.

vcsPRAsset_3468952_100209_b37a0872-6b3b-4220-8cb1-b4269c351258_0.jpg
Les élèves sont regroupés de manière à ne pas pouvoir communiquer dans leur langue maternelle. (Culinary Literacy Center)

La cuisine comme outil d’apprentissage

Créé en 2015, ce cours gratuit est offert aux personnes de la région de Philadelphie pour qui l’anglais n’est pas la langue maternelle, quel que soit leur niveau. Dans tous les cours, il y a un prof de cuisine et un prof d’anglais qui travaillent en binôme pour que les exercices aient des vertus éducatives tout en plaisant aux papilles gustatives.

Le cours commence généralement par des conversations entre les participants pour qu’ils puissent s’entraîner à parler et réviser ce qu’ils ont appris la semaine précédente. Ils font ensuite des activités ou des jeux de lecture et d’écriture, puis on annonce la recette du jour, on présente le nouveau vocabulaire, et la préparation de la recette peut commencer.

« Même si les élèves n’ont pas le même niveau d’anglais, ils travaillent ensemble, ils sont enthousiastes, ils éprouvent un sentiment d’appartenance. Ça aide à combler le fossé entre ceux qui ont un meilleur niveau d’anglais et ceux qui sont encore débutants », se réjouit Lindsay Southworth.

En plus de la cuisine et de l’anglais, le programme inclut également chaque semaine l’enseignement de certaines compétences en lien avec la bibliothèque. Une des activités consiste à s’informer sur les ressources en matière d’emploi ainsi que sur les postes à pourvoir à la bibliothèque. Les personnes qui sont intéressées peuvent prendre rendez-vous pour rencontrer individuellement des conseillers en carrière.

Aller plus loin

Les responsables du programme ont créé des « chariots de cuisine » et des « cuisines en kit » qui comportent le matériel nécessaire pour enseigner un cours. Des efforts sont mis en œuvre pour étendre le programme aux bibliothèques moins importantes de la ville afin que davantage de personnes désireuses d’apprendre l’anglais aient accès à ces cours.

« L’une des raisons qui expliquent pourquoi la cuisine est un moyen vraiment intéressant et participatif dans un cours d’apprentissage de l’anglais, c’est que les gens se rassemblent autour d’une table commune et partagent de la nourriture. C’est un élément important dans toutes les cultures et dans toutes les langues. Ça rapproche les gens », conclut Lindsay Southworth.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi