Pourquoi les fabricants de jouets Kinder et LEGO se tournent-ils vers Israël ?

Actualités, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi les fabricants de jouets Kinder et LEGO se tournent-ils vers Israël ?

"Si les cochons avaient des ailes, ils pourraient voler", ou comme disent les Israéliens : "Si ma grand-mère avait des roues, elle pourrait être un bus". Cette expression populaire et colorée a catapulté une idée de jouet unique pour les œufs Kinder Surprise dans l'esprit de Shanni Levy, une étudiante en design industriel à l’Académie Bezalel des arts et du design de Jérusalem.

"J'ai réfléchi à ce qui pourrait être surprenant pour les enfants et j'ai décidé d'utiliser quelque chose que Kinder utilise souvent - un mécanisme de roue spécial à friction - ajoutant une touche israélienne surprenante, " dit Levy.

Elle est l'une des 20 élèves de la classe de conception de jouets du professeur Yaron Loubaton, qui collabore depuis deux ans au studio de développement Kinder pour imaginer des cadeaux amusants cachés dans les œufs en chocolat mondialement connus de la société italienne Ferrero.

Kinder n'est pas la seule marque multinationale à la recherche d'idées nouvelles à Jérusalem. Le studio de développement de LEGO au Danemark fait également appel au talent des étudiants en design industriel de Bezalel.

Loubaton a déclaré à ISRAEL21c qu'il est toujours à la recherche d'opportunités pour mettre de vrais clients en contact avec les étudiants de son cours de design de jouets, où il enseigne depuis 13 ans. Cela permet d'acquérir une expérience précieuse dans le processus de livraison d'un produit à un client.

"En 2008, nous avons eu une grande collaboration avec Spin Master, l'une des plus grandes entrprises de jouets en Amérique du Nord, dit-il. "Il faut vraiment avoir des idées novatrices, mais aussi comprendre l'ADN de l'entreprise et ce que l'on peut et ne peut pas faire avec le jouet. C'est un grand défi."

La collaboration avec LEGO est née d'un ancien étudiant de Bezalel, Yoel Mazor, qui a réalisé un rêve de longue date : travailler pour l'emblématique fabricant de jouets danois.

"Il y a deux ans, Yoel a convaincu ses managers de nous donner une chance. Nous avons réalisé un projet pilote réussi, qu’ils on ensuite voulu refaire. Ils ont choisi plusieurs de nos concepts l'an dernier et sont en train d'en sélectionner certains du cours de cette année ", raconte Loubaton.

La collaboration avec Kinder était similaire. Loubaton a présenté la proposition il y a environ six ans à un collègue qui travaillait alors chez Kinder. Il a fallu quatre ans pour obtenir l'approbation, mais après le premier essai, l'entreprise est revenue pour en obtenir d'autres.

"Kinder a collaboré avec des facultés de design en Europe, mais on nous a dit que notre collaboration avait été particulièrement fructueuse ", a ajouté Loubaton. "Ils ont choisi huit concepts et les ont payés et maintenant nous allons voir s'ils vont entrer dans les œufs en chocolat. Il n'y a aucune garantie, mais cette entreprise est exposée à beaucoup de concepts et le fait qu'ils aient choisi huit des nôtres est une grande victoire."

Le concept de jouet Kinder «Grand-mère sur roues» de Shanni Levy.

Le concept de jouet Kinder «Grand-mère sur roues» de Shanni Levy.

Des tests avec des groupes d'enfants

Le processus d'élaboration commence par des exercices de conception en classe et un briefing personnel par des représentants de l'entreprise pour expliquer les lignes directrices. Par exemple, les jouets Kinder sont conçus pour les enfants de 3 à 8 ans et doivent avoir une taille et une forme qui ne présentent pas de risque d'étouffement.

Les esquisses de conception jugées suffisamment prometteuses pour passer au stade du prototype sont imprimées en 3D et testées par des groupes d'enfants pour évaluer leurs réponses.

C'était la partie de l'exercice préférée d'Ori Blich. "J'ai deux jeunes nièces de l'âge idéal pour jouer avec les Kinder, alors j'ai testé mes maquettes sur elles ", dit-il à ISRAEL21c.

Les prototypes d’Ori comprenaient des petits lanceurs. "Mes nièces se disputaient à cause d'eux, alors je savais que c'était une réussite ", dit-il en riant.

"Puis nous avons testé nos prototypes sur des enfants dans le kibboutz de Yaron. Ils se déplaçaient d'un stand à l’autre et jouaient avec les jouets. C'était intéressant de voir comment les clients potentiels imaginaient le jouet."

Adi Laxaviezer a conçu un jouet pliable qui séduit les consommateurs au-delà de la tranche d'âge cible. "Je voulais faire quelque chose qui plairait aux parents, parce que les adultes aiment aussi les œufs Kinder ", explique-t-elle.

En raison des règles de confidentialité, Mr Loubaton ne peut pas partager d’information détaillées sur les dessins qui ont été acceptés par Kinder et LEGO, et nous ne pouvons pas montrer de photos.

Même les idées de jouets qui n'ont pas été retenues - y compris la "grand-mère sur roues" de Shanni Levy - ont fourni de précieuses leçons aux élèves de Bezalel.

"Trois semaines avant la date limite, j'avais trois idées qu'ils n'aimaient pas. J'ai dû inventer quelque chose de nouveau ", dit Shir Yisraeli à ISRAEL21c.

"C'était vraiment dur", dit Shir. "Pour la première fois, ce n'est pas à vous de décider ce que vous allez concevoir et comment vous allez le faire. Mais c'était une expérience étonnante parce que nous avons appris à créer quelque chose qui combine nos propres idées avec ce dont le client a besoin."

Source : Israel21C

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi