Pourquoi il est urgent de vacciner les personnes à risques en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi il est urgent de vacciner les personnes à risques en Israël

Le confinement et la campagne de vaccination ont déjà réussi à faire baisser le coefficient d'infection.

Cette semaine, Israël s'est hissé à la première place mondiale dans deux directions apparemment opposées, à savoir,  le nombre en hausse des personnes infectées et le nombre de personnes vaccinées.

Mais,  le pic est derrière nous: le taux d'infection a chuté de manière significative et est même descendu légèrement en dessous de 1, il y a une diminution de la morbidité à travers le pays et un ralentissement significatif dans le secteur ultra-orthodoxe.

Le gouvernement a tout de même décidé de prolonger le confinement de 10 jours supplémentaires, pour renforcer cette situation et en espérant que la tendance à la hausse soit remplacée par une tendance à la baisse.

La statistique la plus inquiétante est le nombre de patients dans un état critique, qui est à son apogée, tout comme le nombre de personnes sous respirateurs.

Il n'y a donc actuellement aucune marge de sécurité qui ne permet à l'économie d'ouvrir dès la semaine prochaine.

La surmortalité, qui est en partie due à la charge pesant sur le système de santé (comme nous l'avons montré la semaine dernière), est également élevée.

La morbidité par habitant dans le secteur ultra-orthodoxe est six fois plus élevée que dans les autres secteurs, mais la tendance évolue pour le mieux avec une chute significative.

L’une des choses qui aura le plus grand impact sur l’avenir, tant en Israël que dans le reste du monde, est l’efficacité du vaccin, et par conséquent, de nombreux efforts sont déployés pour comprendre l’ampleur de ses effets.

Israël étant à la tête des autres pays en terme de taux de vaccination, les yeux du monde sont tournés l'État hébreu pour savoir si le vaccin est efficace.

À l'heure actuelle, il n'y a pas de preuves solides d'un effet significatif le vaccin sur les données de morbidité, mais il est encore trop tôt pour le dire et nous soulignons qu'aucune conclusion ne peut encore être tirée.

Côté encourageant, les HMO Clalit et Maccabi ont présenté des données selon lesquelles il y a une diminution de plusieurs dizaines de pour cent des infections parmi les vaccinés et
Tel Hashomer a présenté des données selon lesquelles il y a une augmentation significative de la quantité d'anticorps après avoir reçu la deuxième dose.

Toujours du côté encourageant, l'augmentation du nombre de patients sévères âgés de 60 ans et plus qui ont été vaccinés est considérablement plus faible que chez ceux âgés de 55 à 40 ans qui étaient beaucoup moins vaccinés, ce qui peut être une preuve de l'effet du vaccin.

Autre statistique encourageante,dans les localités où les personnes âgées sont vaccinées, il y a aussi moins de morbidité.

Il s'agit d'une tendance statistiquement significative et bien qu'elle ne prouve pas l'efficacité du vaccin, c'est le contexte auquel on s'attendrait avec un vaccin efficace.

Si c'est bien le résultat du vaccin, alors cette tendance ne fera que s'intensifier au fur et à mesure que la campagne de vaccination progresse.

Du côté moins encourageant, dans de nombreuses villes, le nombre de patients dans une situation critique parmi les 60 ans et plus a augmenté même après l'augmentation du pourcentage de vaccinés dans ces villes.

Cependant, rien ne peut en être déduit ,le vaccin peut être efficace, mais il est possible que ces personnes sans le vaccin auraient été dans une situation bien pire.

Une autre possibilité est à envisager,  Il peut y avoir un écart entre les essais du vaccin et la vaccination de toute une population, en raison de différences physiologiques dans les caractéristiques des vaccinés.

Quoi qu'il en soit, il est trop tôt pour le dire et nous, et le reste du monde devrons attendre plus longtemps pour voir dans quelle mesure les vaccins peuvent réduire la morbidité au niveau national.

L'opération est avancée - mais qu'en est-il des adultes?  

Ces derniers jours, nous avons assisté à des débats pour savoir s'il fallait vacciner tout le monde.
C'est une discussion importante, sans aucun doute, mais risque de faire l'impasse à la vaccination du groupe le plus vulnérable les 60 ans et plus.

Les données ne laissent aucun doute, le nombre des vaccinés des plus de 60 ans considéré comme groupe vulnérable, stagne depuis quelques semaines, la courbe, pour ce groupe, s'est aplatie et pas dans le bon sens, 288 000 personnes âgées de 60 ans et plus, n'ont pas encore été vaccinées, malgré le fait que la campagne de vaccination a commencé il y a plus d'un mois.

À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’un petit groupe de quelques personnes si on le compare à l’ensemble de la population israélienne de plus de 16 ans qui peut être vaccinée.

Mais ce schéma prouve clairement que ce «petit» changement réduit le potentiel de mortalité et laisse moins de personnes vulnérables.

Nous avons examiné la différence entre trois scénarios de base:
pas de vaccin du tout,  vacciner jusqu'à 80% la population vulnérable et vacciner jusqu'à  95% cette même population.

Dans la première situation, donc sans vaccin, en une journée nous pourrions compter 7000  testés positifs et environ 60 décès supplémentaires et environ 170 patients dans un état critique.

Dans le second scénario, soit à un taux de 80%,  environ 20 décès avec 60 patients gravement malades.
Dans le troisième scénario, avec un taux à 95%, 10 décès supplémentaires et environ 30 patients gravement malades.

En résumé pour 15% de plus de vaccinés le taux de décès chuterai de plus de 50%

La clé pour sortir de la quarantaine - vacciner la population à risque

La conclusion pour sortir des quarantaines est un vaccin à 95% de groupe à risque avec les deux doses.

Il est important de ne pas se contenter de 80%.

C'est là que l'effort national doit être concentré.

Cela ne veut pas dire qu'ils sont seuls importants: chaque dose de vaccin nous rapproche d'un avenir plus confortable avec moins de restrictions, car le vaccin empêche probablement aussi la propagation d'autres maladies et d'infections pour ces personnes à risques.

La clé de l'écrasement de la covid-19 en Israël réside dans l'effet du vaccin sur un groupe aussi large que possible des personnes vulnérables et des personnes exposées au virus.

À quoi pouvons-nous nous attendre ensuite?

À court terme, on peut prédire que dans la semaine à venir, la tendance changera, la chute des personnes infectées est prévisible et coïncidera avec la fin de la fermeture le 31 janvier

Début du mois de février, environ 80% des personnes âgées de 60 ans et plus seront une semaine après l'injection de la deuxième dose, la morbidité grave devrait déjà diminuer de manière significative, jusqu'à 3 fois comme nous l'avons expliqué ci-dessus.

On s'attend à trois fois moins de personnes gravement malades et de décès.

À plus long terme, parce qu'Israël est un pays jeune, avec environ 30% d'enfants de moins de 16 ans qui n'ont pas encore été vaccinés et un grand nombre de personnes qui choisissent de ne pas être vaccinées, nous arriverons à une situation où 40 à 45% de la population ne seront pas vaccinés.

Compte tenu de la souche britannique et d'un si grand nombre de personnes non vaccinées, on peut estimer une autre vague de morbidité en mars, mais une telle vague sera caractérisée par des personnes beaucoup plus jeune et donc avec des risques moins sévères voire modérés du virus.

Il convient de noter qu'il ne s'agit que d'une prévision, mais en raison de la possibilité d'une autre vague de maladie, il est très important de vacciner autant que possible le groupe à risque et d'atteindre 95% afin que si une telle vague arrive,

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi