Pour soutenir une femme arabo-israélienne, des diplomates israéliens lui achète 300 kilos de thina

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Julia Zaher, qui possède Al Arz tahini à Nazareth.

Des diplomates israéliens achètent 600 livres de thina (pâte à base de sésame) pour soutenir une femme d'affaires arabo-israélienne frappée par le boycott.

Le propriétaire arabo-israélien d'une marque de tahini populaire face à un boycott pour avoir fait un don à un groupe israélien de défense des droits des LGBTQ a des amis dans la communauté diplomatique israélienne.

Des dizaines de diplomates israéliens en Israël et dans le monde ont acheté plus de 600 livres de la délicieuse pâte de sésame pour soutenir Julia Zaher, qui possède Al Arz tahini à Nazareth.

Les colis sont arrivés mercredi au bureau du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. Certains resteront en Israël, le reste étant envoyé à des diplomates aux États-Unis, à Tokyo, à Singapour, à Taiwan et en Ouzbékistan.

Galit Peleg, l'ancien consul pour la diplomatie publique à New York, entretient des relations amicales avec Zaher depuis des années et a enrôlé des dizaines de diplomates pour acheter en groupe la populaire pâte de sésame.

"Julia, outre le fait qu'elle est un modèle pour les femmes entrepreneurs et une percée pour les femmes d'affaires dans la société arabe,a apporté beaucoup de contributions importantes à la promotion des minorités dans la société israélienne, en particulier au sein de la communauté arabe", a déclaré Peleg dans une déclaration.

Zaher a fait un don «significatif» à un groupe de défense des droits appelé Aguda pour créer une hotline pour les Israéliens LGBT arabophones. Après qu'Aguda ait tweeté son appréciation en arabe et en hébreu , certains Arabes ont appelé au boycott de sa marque.

Al Arz tahini est distribué dans le monde entier, avec ses adhérents,  dont le célèbre chef israélien Yotam Ottolenghi.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi