Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins par le psy parisien Paul Sillam

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins par le psy parisien Paul Sillam

Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins parisiens après 3 mois clos, le psy parisien, Paul Sillam, nous offre sa joie intitulé: Quelle drôle d’idée !

Et si nous naissions dans un jardin ? 

Quelle drôle d’idée !

Et si sa terre provenait d’un doux mélange

des jardins de nos mères et de nos pères

Et si à chaque pas que nous faisions,

à chaque décision que nous prenions,

à chaque chute aussi, nous enrichissons sa terre...

A quoi ressemblerait ce jardinet aujourd’hui ?

Serait-il une forêt vierge, un marécage, une prairie ?

Y pousserait-il des plantes, des fruits, des fleurs ?

De quelles odeurs seraient les arbres ?

Qui sait dans quel état est ce lopin aujourd’hui ?

Et si là-bas, les joies y étaient mille fois amplifiées

Et si, ce refuge nous consolait mille fois

de nos peines, de nos peurs et de l’ennui...

Mais si vous n’aviez pas la main verte ?

Et si vous ne vouliez pas être jardinier ?

Laisseriez-vous quand même ce don à l’abandon ? 

Et si, sous ce jardin de naissance, se cachait un animal sauvage

qui défendait cet enclos quand vous n’y êtes pas...

Et si son langage se réduisait aux fleurs de lapsus,

aux odeurs de symptômes, aux blessures de rêves ?

Et si les cauchemars nous réveillaient

pour éviter la lourde peine non-assistance à terre en danger ?

Combien de temps le laisseriez-vous encore en jachère ?

Et si, un râteau et une pelle à la main,

vous décidiez, maintenant, de prendre soin de cette terre ?

Faudra surement débroussailler, couper, bêcher,

observer l’influence du temps et du ciel...

trouver le bon sens paysan...

Faudra, peut-être aussi, faire la paix avec ce frère sauvage,

et réunir vos forces complémentaires

en inventant la démocratie intérieure

Et si apprivoisé l’un l’autre, on se mettait à

préparer les quatre saisons à venir.

On y sèmerait les graines des parfums sensuels

de nos âmes légères et épanouies

afin d’aimer nos tribus actuelles et celles à venir.

Le psy parisien Paul Sillam

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi