Post coronavirus : 40% des Israéliens sont en graves difficultés financières en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une famille israélienne est assise sur les marches à l'extérieur de son immeuble à Jérusalem, alors qu'elle reste à la maison avec ses enfants pendant une quarantaine nationale, le 31 mars 2020. (crédit photo: HADAS PARUSH / FLASH90)

"Les résultats de l'enquête soulignent ce que la plupart des experts soupçonnaient déjà: même si l'urgence médicale pour la majorité du peuple israélien tire à sa fin, l'impact économique et social causé par la crise COVID-19 a été dévastateur" Yael Eckstein, président et Le PDG de The Fellowship a déclaré. "Nous avons encore beaucoup de travail à faire dans les mois à venir pour aider le peuple d'Israël à se rétablir", a-t-elle ajouté.

Environ 65% des petites start-up israéliennes estiment ne pas avoir les reins assez solides pour maintenir leurs opérations dans les six prochains mois en raison de la crise du Covid-19, souligne un sondage publié dimanche.

Ce baromètre mené par l'Autorité israélienne de l'Innovation, agence étatique finançant notamment les jeunes pousses, et un consortium des industries de la tech dresse un portrait plutôt sombre de la "start-up nation", à l'heure de la pandémie.

Le secteur des hautes technologies compte pour 10% des emplois en Israël. Et l'économie du pays tournait à plein régime avec un chômage à 3,4% en février, avant que le virus ne se répande dans le monde, assénant un coup violent à l'économie.

Malgré des premières mesures de déconfinement, le moral de certaines start-up reste à plat avec 65% des entreprises high-tech comptant entre 1 à 10 employés qui estiment ne pas avoir les ressources suffisantes "pour maintenir leurs opérations au-delà de six mois".

"Les résultats de ce sondage montrent que de nombreuses entreprises technologiques au premier stade de leur développement font face au dépôt de bilan et ne reçoivent pas suffisamment d'aide de la part du gouvernement", a souligné dimanche Karin Mayer Rubinstein, la présidente de l'IATI (Israel Advanced Technology Industries).

Cette association regroupant les entreprises du secteur estime qu'une enveloppe d'urgence déjà approuvée de 1,2 milliard de shekels (312 millions d'euros) pour cette branche "n'était pas suffisante".

Sans de nouveaux investissements publics, le "secteur de la haute technologie (...) pourrait s'effondrer ce qui plomberait l'ensemble de l'économie", a fait valoir Mme Rubinstein.

Le chômage a depuis bondi pour atteindre 27%, une tendance qui n'a pas épargné le secteur des technologies.

Selon un sondage auprès des dirigeants de 441 entreprises du secteur, un peu plus du tiers de ces entreprises dans les technologies biomédicales, les logiciels et les télécommunications ont mis du personnel en chômage technique pendant la crise du nouveau coronavirus.

Une enquête a révélé que 40% des participants éprouvent des difficultés à trouver des moyens de payer les dépenses de base telles que la nourriture, les factures et le loyer ou à effectuer des versements hypothécaires, et 42,6% des participants interrogés ne sont pas en mesure de dépendre des membres de leur famille d'amis pour aide économique. 

Près d'un Israélien sur dix (9,6%) a des difficultés financières à mettre de la nourriture sur la table, et un dixième des Israéliens interrogés risque d'être expulsé de leur domicile ou de se faire couper l'électricité et / ou l'eau. Alors que 9,3% ont déclaré avoir de la difficulté à payer leur hypothèque ou leur loyer, 8,6% ont du mal à payer des factures telles que l'électricité, l'eau, le gaz et les taxes municipales. 

Un quart des participants au sondage (24,7%) ont été mis en congé sans solde ou renvoyés de leur emploi, et parmi 14,1% des couples, les deux membres du couple ont perdu leur revenu. Près d'un cinquième des participants (21%) ont déclaré avoir perdu la moitié ou plus du revenu de leur ménage en raison de la crise. Plus d'un dixième des participants devront rentrer ou sont déjà retournés vivre chez leurs parents à cause de la crise.

«Le fait de voir un ou deux membres d'une famille licenciés ou mis en congé sans solde crée une crise économique qui affecte toute la famille», a déclaré Tami Barsheshet, président de l'organisation des directeurs des services sociaux des autorités locales.

Seul un quart (24,7%) a déclaré que leurs revenus n'avaient pas été affectés du tout, mais un tiers des participants s'attendent à ce qu'il leur faudra plus de six mois pour se remettre des dommages causés par la crise des coronavirus.

"D'après les faits sur le terrain recueillis par les autorités locales, il y a eu une augmentation de 50% des nouvelles demandes adressées aux services sociaux locaux et nous prévoyons que la crise économique que connaissent ces familles ne fera qu'empirer", a expliqué Baresheshet. ajoutée.

13% des participants interrogés ont répondu qu'ils recevaient déjà de l'aide ou demanderaient de l'aide dans un proche avenir aux organisations à but non lucratif ou aux services sociaux des autorités locales.

Pour répondre aux besoins croissants, The Fellowship distribue actuellement des subventions d'aide de 700 shekels (environ 200 dollars) pour l'achat de nourriture, de vêtements, de fournitures pour bébés et de médicaments à environ 2 700 familles qui ont contacté leurs services sociaux locaux parce qu'elles se sont effondrées. économiquement en raison de la crise des coronavirus.

Ce programme d'aide a été développé à la suite du grand nombre de demandes adressées par les services sociaux locaux à travers le pays à The Fellowship, qui a signalé une forte augmentation des demandes de citoyens qui n'avaient jamais été pris en charge par les services sociaux et qui sont actuellement dans un état de crise.

Au début du mois de mars, alors que la crise provoquée par la pandémie était à ses débuts, The Fellowship a créé un fonds d'urgence de 5,5 millions de dollars qui a été utilisé pour acheter des respirateurs de sauvetage et d'autres équipements pour les hôpitaux israéliens.

"Avec le déclenchement de la crise des coronavirus, nous avons reconnu qu'il s'agit d'une crise sans précédent, et nous avons immédiatement pris des mesures pour aider des dizaines de milliers de personnes âgées avec de la nourriture et acheté du matériel de sauvetage pour les hôpitaux", a déclaré Eckstein.

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi