Pologne EUROVISION 2019 : Le masque de la Shoah

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Pologne EUROVISION 2019 : « Le masque de la Shoah »

En 2016 la chanteuse Jamala, une Tatare de Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014 remportait l’Eurovision.

La représentante de l’Ukraine avait alors bouleversé les codes et émue l’Europe entière avec une chanson « 1944 » consacrée à la tragédie humaine vécue par son peuple lors de la déportation stalinienne.

Inspirée par les souvenirs de son arrière-grand-mère, déportée de la péninsule en 1944 avec la quasi-totalité des autres Tatars, la chanteuse ukrainienne avait écrit elle-même cette chanson.
"J'avais besoin" de cette chanson "pour me libérer" de cette douleur et rendre hommage à "ces milliers de Tatars de Crimée" dont il ne reste plus rien, "même pas de photos",

La Russie avait protesté à l’époque contre la participation de l'Ukraine en raison des sous-entendus "politiques" du morceau, jugé contraire au règlement qui interdit "les paroles, discours ou gestes de nature politique ou similaire".
L'Eurovision avait estimé que les paroles étaient de nature "historiques" et validé la chanson.

POLOGNE attention danger !

Dans un registre tout aussi tragique mais cette fois non revendiqué par le diffuseur ( et pour cause !) Le groupe Tulia (Tulipe) "Pali się"
La chanson traduite en anglais donne comme titre  "Fire of Love"(Feu de l'amour), mais comme vous le savez la traduction des titres de chansons en d'autres langues sont souvent détournés de l'original. La véritable traduction serait "Ils brûlent" qui ?
Voici les paroles de la chanson traduite en français :

Feu, feu, feu d'amour
Assis sur un iceberg,
dans l' attente du soleil,
dans l' espoir d'être sauvé, froid et seul
Une petite étincelle devient la flamme
des printemps printaniers

Brûlures, brûlures, amour de feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime-moi, aime-moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Un cœur solitaire qui ne fait que douter.
Inconscient, il fait froid sur la glace.
Un rayon de promesse, ce genre de glace fondue.
Il va sortir de l'esclavage, de l'amour, de la faim.

Brûlures, brûlures, amour de feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime-moi, aime-moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Cœur abandonné qui ne sent rien.
Le monde est indifférent, dur comme une pierre.
Mais quand il accélère, il brille de lui-même Les
yeux de Doda brillent, rattrapent le temps

Brûlures, brûlures, amour feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime moi, aime moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Le feu, le feu, le feu de l' amour
Brûle en toi, en moi brûle
<nous brûle en vie
Aime moi maintenant ! Aime moi maintenant!
De plus en plus dur.
Emmenez-moi là-bas, soyez l'air.
J'ai besoin de survivre

TULIA Pologne à l'Eurovision 2019 en Israël

TULIA Pologne à l'Eurovision 2019 en Israël

La participation polonaise cette année pourrait bien créer une onde de choc à l’Eurovision !
Le petit film de présentation de la chanson « Ils brûlent » traduit quelques similitudes avec des événements passés qui se projettent en noir et blanc (flash-back oblige)…

Ces femmes, errants le longs des routes de campagne vers la destinée que l’on connaît.
Les paroles du texte subtilement dosées et juxtaposées transcrivent elles aussi par le choix des mots, une certaine ambivalence que le peuple polonais cherche impérativement à effacer de sa mémoire, pour afficher son déni et sa victimisation aux yeux du monde.

Encore faut-il savoir lire entre les lignes... pour découvrir une prière, une demande de pardon à peine voilée qui pourrait donner l’occasion à Israël de l’exaucer.
Mais qui en cas de victoire serait une atteinte à tous les Juifs qui récusent le « déni de la Pologne » et de son passé nazi. Certains termes parlent d’eux-mêmes et ne trompent pas !
C’est aussi cela que l’on appelle le langage des maux.
Nul besoin d’être un historien convaincu pour comprendre.
Cette chanson qui par curieuse coïncidence parle de brulés, de solitude, d’abandon, de froid, de faim, d’esclavage, d’espoir et de survie ?Parle-t-on d’Auschwitz ?

L’antisémitisme est une réalité en Pologne au sens propre comme au sens figuré.
Les divergences historiques qui opposent Israël et la Pologne, sur la participation active de délateurs polonais à l’extermination des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale font toujours aujourd’hui débat.

Le clivage politique tendu et les relations diplomatiques entre les 2 pays on fait récemment couler beaucoup d’encre suite aux déclarations de dirigeants politiques en Israël comme en Pologne, sur le sensible thème de « l’oubli » d’un certain « compromis ».
La Pologne se dit elle aussi victime de la Shoah, elle n'assume pas son rôle, elle est dans un déni.
Nous ne pouvons qu'être interpellé par la chanson qui représente ce pays à la mémoire défaillante.

Sur la scène de l’Eurovision, la Pologne va s’avancer sur un champ de mines prêt à exploser !
La Pologne, voudrait-elle enflammer l’Europe par l’élégance dissimulée de ce quatuor féminin empourpré de sonorités modern folk qui chantent à l’unisson « Ils brûlent » mais QUI ???
Une évocation adroitement manipulée prétexte à attiser le feu d’un sujet brûlant, la Shoah !
Nuit d’étoiles, nuit de cristal, laissez votre cœur vous guider sur la vérité d’une terrible tragédie de mémoire collective.

Espérons que le groupe « TULIA » (Tulipe) ne se referme pas, comme la fleur qui porte son nom sur ses propres contradictions. Vouloir changer l’histoire … À vous de juger !

L'Eurovision aujourd'hui, plus que jamais, va se produire  dans un pays à l'histoire plurielle, est , si l'on observe bien, une forme de congrégation internationale où chaque pays tente de faire passer un message, le message de son pays à la face du monde. Quel autre occasion leur serait donnée ?

Conscient ou inconscient l'actualité au quotidien devient le ferment d'une élection.
Lorsque l'on examine les faits, les  "heureux élus"ne sont ,parfois que les pantins d'une stratégie politique, ou d'un fait de société mis en exergue .Tout est politique n'est-ce-pas ?
l'Eurovision serait une sorte d'ONU dont les 12 points, des points qui révéleront le pays élu,  comme en 1948 ces mêmes points ont révélés aux yeux du monde Israël.

Alexandre BLONDIN

Vos réactions

  1. rebuffe.lionel@orange.fr'Rebuffé Lionel

    Enfin un magazine qui ose apporter de vraies informations.
    Merci à ce journaliste d’avoir découvert les revers d’une chanson qui nous rappelle la dramatique vérité de l’histoire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi