Le classement ultime des plats juifs les plus difficiles à approcher

Actualités, Fêtes, Insolites, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le classement ultime des plats juifs les plus bruts de décoffrage

Il y a tellement de merveilleux plats juifs à déguster: sabich et pastrami, kubaneh et knishes, babka et bimuelos. Mais il y a aussi des plats juifs traditionnels embarrassants qui honorent encore de nombreuses tables de fête et de vendredi soir. Bien sûr, il y a l'argument qui dit que la gelée du gefilte fish d'un homme est le caviar d'un autre. Signification: les aliments avec lesquels nous grandissons peuvent sembler étranges ou dégoûtants pour les autres, mais quand ils sont la nourriture réconfortante de votre famille ou de votre culture, ils sont délicieux et attrayants. 

Mais il y a une autre chose - beaucoup de ces plats sont nés du dénuement et de la pauvreté. Nous, les Juifs, étions pauvres et nous devions utiliser tout ce qui était à portée de main pour nourrir suffisamment nos familles. C’est la raison pour laquelle les paysans juifs  du monde entier ont créé des plats comme le gefilte fish, le cholent, le kishke et le ptcha.

Ces plats peuvent sembler dégoûtants, mais ils racontent aussi l'histoire de notre peuple.

Le Ptcha

Le Ptcha est mieux décrit comme la gelée de pied de veau. C'est vrai, c'est de la viande gélatineuse et il semble que ce soit la nourriture juive ashkénaze traditionnelle la plus repoussante que nous puissions trouver. Elle est presque universellement vilipendée et n'est plus couramment fabriquée. NB: Nombre de nos grands-parents l’adorent, elle doit donc avoir certaines caractéristiques rédemptrices. Mais nous ne savons pas lesquelles.

Le hareng

Le hareng peut être sucré et crémeux ou plus savoureux et plus saumâtre, et il suscite beaucoup d'opinions. Personnellement, j'aime le hareng, surtout pour le brunch ou avec beaucoup de vodka froide. Mais beaucoup, beaucoup d'autres (y compris beaucoup de vos lecteurs) le détestent vraiment....

 Le shuba

Le shuba

Le gefilte fish

Le Gefilte fish, ou poisson farci, est à la fois un plat ashkénaze traditionnel aimé et détesté. Pour les familles qui ont grandi avec du gefilte fait maison, il est beaucoup plus aimé que détesté. Bien qu'il y ait encore des histoires de carpes dans la baignoire qui ont causé beaucoup de cauchemars aux enfants juifs. Mais beaucoup de juifs américains ont en fait grandi avec du gefilte fish remanié: des galettes grises de poisson bouilli dans un liquide bizarre avec une "gelée" sur le dessus, qui est le genre spécifique du gefilte le plus détesté.

Le Schav

La cuisine russe ne manque pas de soupes froides, mais aucune n'est aussi insultée que le schav, une soupe faite d'oseille. Sa couleur vert pâle est tout sauf séduisante, et c'est assez amer.

La langue

De nombreux juifs ashkénazes associent la langue à un plat sucré à base d'abricot ou d'autres fruits secs. La langue peut aussi être marinée et servie comme de la charcuterie. Mais il y a aussi une tradition perse de servir la langue douce de vache braisée pour Roch Hachana. Indépendamment de comment et quand elle est servie, elle rebute beaucoup de gens, surtout parce qu’une fois cuite, elle ressemble toujours à une grande langue de vache, qui est un peu dure à avaler.

Le Miltz

Le Miltz farci, ou la rate de vache, semble juste dégoûtant, peu importe comment vous le décrivez. Mais nous devons rendre à nos ancêtres l’honneur qui leur revient - ils savaient vraiment qu'il fallait essayer d'utiliser tous les morceaux de la bête.

L'Al Mazieh

L'Al Mazieh

Le Shuba

Le Shuba, également connu sous le nom de "hareng dans un pardessus", est un plat à la fois aimé et détesté. C'est une salade russe stratifiée faite d'œuf haché, de betterave et de hareng.

L'Al Mazieh

L'Al Mazieh est un pudding syrien à la fécule de maïs, (non, je ne parle pas du malabi, riche et crémeux) fabriqué à partir de fécule de maïs, d'eau de rose et de noix. Désolé pour Poppa Dweck, dont j'adore le livre de cuisine Arômes d'Alep, mais cette recette ne me satisfait tout simplement pas.

Le kishke

Voici un autre plat, aimé par certains, détesté par d'autres. Le kishke (qui signifie «intestin» en yiddish) est aussi connu sous le nom de derma ou helzel farci, qui est en fait une peau de poulet farcie. Le kishke est une farce faite de légumes, de schmaltz (graisse d’oie) et d'une sorte d'amidon, comme de la farine de matsa, des crackers ou du pain, farcie à l'intérieur d'un intestin de vache. Le boyau n'est plus fabriqué à partir d'intestin de vache et peut facilement être acheté prêt à l'emploi chez votre boucher ou dans votre supermarché kasher local. Certaines personnes mettent un kichke entier dans leur cholent. Très peu de restaurants servent du kishke, mais si vous vous trouvez à Manny's Cafeteria and Deli à Chicago, vous devez essayer leur version maison.

Source : myjewishlearning.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi