Les neuf pires attaques contre des sites juifs avant Pittsburgh

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les neuf pires attaques contre des sites juifs avant Pittsburgh

Le plus grand assassinat ciblé de Juifs de l'histoire des États-Unis à Pittsburgh fait partie des nombreux attentats perpétrés au cours des dernières décennies et visant des Juifs dans des synagogues et des centres communautaires à travers le monde.

Vous trouverez ci-dessous les neuf pires attaques que nous avons pu identifier et qui ont eu lieu à l’échelle mondiale, sans compter les nombreuses attaques terroristes contre des Juifs en Israël, dont certaines ont ciblé des synagogues.

Les attaques en Israël incluent l'attentat de Har Nof en 2014, qui a coûté la vie à six personnes, le massacre de Mercaz HaRav en 2008 au cours duquel huit personnes ont été assassinées et le massacre de la Yeshivat Beit Yishrael en 2002, qui a fait 11 morts.

À l'échelle mondiale, l'antisémitisme a fait que les Juifs ont été pris pour cible dans tous les pays où ils résident. Les lieux de culte juifs ont été incendiés, peints à la bombe et visés par des bombardements et des tirs meurtriers. Avec la montée des organisations terroristes palestiniennes, la révolution iranienne et la montée de la terreur djihadiste islamique, les sites juifs ont été la cible de plus en plus d'attaques meurtrières.

Celles-ci incluent des attaques qui visaient délibérément des enfants et cherchaient à tuer des Juifs le Chabbat. Pourtant, la plupart des attentats ci-dessous n'ont pas été qualifiées d'attaques spécifiquement antisémites, ou leurs auteurs n'ont pas été retrouvés ou ont été discrètement expulsés. La liste révèle que pays après pays, attaque après attaque, on a eu tendance à minimiser l'importance de la nature anti-juive de la violence et à ne pas reconnaître que l'attaque visait des Juifs.

Les attentats sont également liés à des gouvernements étrangers, y compris l'Iran, et montrent que les terroristes se réjouissent souvent de leurs meurtres, allant même jusqu'à les filmer ou appeler leurs responsables à l'étranger, ce qui montre une planification préalable complexe. Dans de nombreux cas, les tentatives d'assassinat de Juifs dans des institutions juives ont également entraîné le meurtre de nombreuses autres personnes, y compris des non-Juifs de la région et des agents de sécurité.

Notre rapport tente d'identifier les neuf attaques les plus importantes des 40 dernières années.

L’attentat de la grande synagogue de Rome en 1982

9 octobre 1982: Rome, Italie. Cinq Palestiniens ont attaqué la Grande Synagogue de Rome alors que s’achevaient les offices du matin du Shabbat. Les Palestiniens ont assassiné un garçon de deux ans et blessé 37 civils, en leur lançant des grenades et en leur tirant dessus avec des armes automatiques. Les assaillants se sont enfuis. L'un d'entre eux a par la suite été arrêté en Grèce, mais Athènes a refusé de l'extrader. Il a été expulsé vers la Libye en 1989. Il aurait appartenu à l'organisation terroriste Abu Nidal.

L’attentat de la synagogue d’Istanbul en 1986

6 septembre 1986: Istanbul, Turquie. Deux terroristes affiliés au Palestinien Abu Nidal et liés au soutien de l'Iran, de la Libye et de la Syrie, ont attaqué la synagogue Neve Shalom à Istanbul. Ils ont assassiné 22 fidèles participant aux services du matin du Shabbat. Sept Juifs ont survécu. Les meurtriers ont utilisé des fusils et des grenades. Les deux terroristes, décédés lors de l'attaque, n'ont jamais été identifiés. Neve Shalom était la plus grande synagogue séfarade de la ville. La Libye a été accusée d’avoir fourni les armes, tandis que la Syrie de permettre l'entraînement et l'Iran d’avoir fourni les kamikazes et le financement, selon les rapports de l'époque. Le ministre de l'Intérieur, Yildirim Akbulut, a déclaré au New York Times que l'attaque était une «opération hautement professionnelle», ce qui signifie qu'elle bénéficiait d'un soutien étranger. La synagogue a érigé une grande horloge avec les noms des morts, ses aiguilles arrêtées au moment où l'attaque a commencé.

L’attentat suicide de Buenos Aires en 1994

Les gens brandissent des photos des victimes de l'attentat à la bombe contre le centre juif AMIA. (REUTERS / Enrique Marcaria

Les gens brandissent des photos des victimes de l'attentat à la bombe contre le centre juif AMIA. (REUTERS / Enrique Marcaria

18 juillet 1994: Buenos Aires, Argentine. Un kamikaze lié à l'Iran et au Hezbollah a lançé une voiture dans le bâtiment de l'Asociacion Mutual Israelita Argentina (AMIA), tuant 85 personnes. C’était la plus grande attaque de l’histoire de l’Argentine. Pendant plus de deux décennies, les politiciens et la police argentins ont tenté d’enquêter sur l’attaque sous différentes formes jusqu’à ce que le gouvernement signe un accord avec l’Iran pour qu’il enquête conjointement sur le meurtre de masse. Le président Argentin a critiqué les dirigeants juifs du pays pour ne pas avoir soutenu le travail avec l'Iran. Alberto Nisman, un procureur fédéral impliqué dans l'affaire, a affirmé que le gouvernement dissimulait le responsable de l'attaque et qu'il avait été assassiné en janvier 2015. Ce n'est qu'en août 2016 que la dernière victime de l'attentat a été nommée, grâce à son ADN. Parmi les victimes, la plupart étaient juives.

Le bombardement de la synagogue de la Ghriba en 2002

11 avril 2002: Djerba, Tunisie. L'attentat à la bombe contre la synagogue El Ghriba a été perpétré par Niser bin Muhammad Nasr Nawar en Tunisie. Il a précipité un camion rempli d'explosifs à travers une barrière de sécurité près de l'ancienne synagogue, faisant exploser celle-ci pour tuer 14 touristes allemands, deux touristes français et trois tunisiens. Bien que les Juifs n'aient pas été les principales victimes de l'attaque, elle a endommagé la synagogue et les autorités ont aidé à payer pour la restaurer.

Le bombardement de Casablanca en 2003

16 mai 2003: Casablanca, Maroc. Douze terroristes ont visé des sites juifs à Casablanca. L'un d'eux a tué trois personnes à côté d'un cimetière juif, deux autres ont tenté d'attaquer le centre de la communauté juive, mais n’ont tué qu’eux-mêmes. Un autre attentat à la bombe a visé un restaurant appartenant à des Juifs, faisant deux morts. En tout, 33 civils et 12 auteurs ont été tués. On pense qu'Al-Qaïda était derrière l'attaque.

Les attentats-suicide à Istanbul en 2003

15 novembre 2003: Istanbul, Turquie. Des kamikazes conduisant deux camions ont bombardé les synagogues Bet Israel et Neve Shalom à Istanbul, tuant 23 personnes, pour la plupart musulmanes. Les Juifs de Neve Shalom avaient une bar-mitsva le matin de l'attaque et 300 personnes étaient présentes. La sécurité a aidé à empêcher l'attaque, alors qu'une femme et sa petite-fille figuraient parmi les victimes juives, ainsi que deux agents de sécurité. Les bombardements faisaient partie d’une attaque lancée cinq jours plus tard contre une banque et le consulat du Royaume-Uni, une attaque qui a coûté la vie à 30 personnes. La Turquie a accusé 74 personnes d'avoir participé à ces attaques et a accusé al-Qaïda de l'avoir dirigée.

Les attentats terroristes à Mumbai en 2008

Les attentats terroristes à Mumbai en 2008

Les attentats terroristes à Mumbai en 2008

26 novembre 2008: Mumbai, Inde. Lashkar-e-Taiba, lié au Pakistan, a attaqué la maison Nariman, l'une des nombreuses cibles d'un important attentat terroriste à Mumbai. Au cours d'un siège de trois jours, ils ont assassiné 168 personnes dans la ville, dont six Juifs. Les émissaires de Chabad, Rabbi Gavriel et Rivkah Holtzberg, ont été assassinés, ainsi que quatre autres personnes. Le fils de deux ans de la famille Holtzberg a été sauvé. Le centre n’a rouvert que six ans plus tard. En 2017, le Pakistan, allié des États-Unis et du Royaume-Uni dans la guerre contre le terrorisme, a libéré le cerveau du meurtre.

L'attentat terroriste dans une école juive à Toulouse en 2012

12 mars 2012: Toulouse, France. Mohammed Merah a assassiné quatre personnes à l'école Ozar Hatorah de Toulouse. Il a abattu un enseignant et trois enfants. Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, s'est dit horrifié par l'attaque. Parmi les victimes, le rabbin Jonathan Sandler, deux de ses enfants et Miriam Monsonego, âgée de huit ans. C'était la pire attaque contre une école de l'histoire récente de la France. Un cinquième garçon juif a été blessé dans l'attaque. Merah a été retrouvée le 22 mars et est décédé dans une altercation avec la police. L’auteur possédait de nombreuses armes à feu, notamment un AK-47, des pistolets et un fusil de chasse. Merah s'est filmé en train d'assassiner les enfants juifs avec une GoPro et a envoyé le film à Al Jazeera. Le président français Nicolas Sarkozy a décrit l'attaque comme l'œuvre d'un «fou, ces crimes étaient l'œuvre d'un fanatique et d'un monstre».

L'attentat terroriste à l’Hypercasher, à Paris en 2015

9 janvier 2015: Paris, France. Amedy Coulibaly a attaqué le magasin Hypercacher de la Porte de Vincennes. Il était lié aux assaillants terroristes de Charlie Hebdo qui avaient attaqué le magazine. Les gens faisaient leurs courses quand Coulibaly a commencé à leur tirer dessus avec un fusil et en a tué quatre. L’auteur a enregistré l’attaque sur une GoPro, puis l’a envoyé par courrier électronique pendant l’attaque. La police a assiégé le supermarché, sauvé des otages et tué Coulibaly dans une fusillade. Le président américain Barack Obama a condamné l'attaque, soulignant «une bande de zélotes violents et vicieux qui décapitent des personnes ou tirent au hasard sur une bande de gens dans une épicerie à Paris». Il n'a pas mentionné qu'il s'agissait d'une attaque antisémite, bien que la Maison Blanche ait cherché à le préciser. ISIS était lié à l'attaque.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi