Photographe juif : Daniel Aron effets de suspens

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Daniel Aron voitures volées

Effets de suspens : Daniel Aron

Daniel Aron, "Voitures Voilées", Photo12 Galerie, 14 rue des Jardins Saint-Paul, Paris 4eme, du 24 novembre 2018 au 26 janvier 2019

Daniel Aron voitures volées

Daniel Aron voitures volées

Daniel Aron choisit toujours pour proie l'ombre en ses narrations du réel. Elles questionnent le regard. Il enveloppe le monde à travers les voitures préservées sous une carapace bâchée en lieu et place d'un garage.

Cette série est dans la suite de ses travaux. Tous cherchent à capter le beauté de manière insolite là où le voile questionne l'identité des propriétaires des véhicule.

Tout semble anodin mais ce n'est là qu'une impression première. Elle raconte la vie par les objets et leur décor comme le photographe l'avait proposé dans sa série "Illusion" où le monde de l'artifice et du réel au cinéma et dans "Intéreieurs Simples" consacré à la réappropriations de lieux par les Marocains à Tanger.

Passé l’étonnement premier, Aron rend l'évidence troublante dans des postulations aussi simples que paradoxales. La poésie visuelle joue à plein dans des prises qui concentrent seulement quelques éléments visuels.

La voiture voilée devient un bloc référentiel autour duquel peuvent se développer bien des commentaires. Le photographe parvient à sublimer le sans grâce et le presque informe. Ils forcent le regardeur à revenir sur chaque cliché pour comprendre leur poétique de l'espace.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi