Paul Sillam psy sur Alliance le premier magazine juif sur le net

Actualités, Réponses Psy - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Paul Sillam est président fondateur de l’association de psys CHAAR (Comité psychanalytique Humanitaire d’Aide à l’Autonomie psychique Retrouvée) qui, en collaboration avec le Consistoire de Paris, soutient depuis 20 ans, bénévolement, ceux qui veulent se faire aider pendant leur divorce religieux.

Il est coauteur d’un premier livre toujours disponible « Familles face au divorce » (Editions Biblieurope, 2002) – qui offre 20 cas de séparation racontés par un homme, une femme ou un enfant. Les différents parcours y sont analysés par les psys, puis par des rabbins qui les rapprochent d’histoires de la Thora.

Plus récemment, est paru aux éditions Desclée de Brouwer,  PSY SPI Regard croisées religieux et psy.

Son troisième livre s’intitule “voyage vers soi” c'est un recueil de photographies illustrant des paroles de patients.

Le psy Paul Sillam définit le métier de psychanalyste comme celui d'un garant. Non pas d’une personne, ni d’un prêt. Non, il est le garant du temps qu’un être humain consacre à sa propre existence.

Chaque cure avec lui est un rendez-vous avec soi, avec son symptôme pour un voyage vers un meilleur pour soi.

On associe encore trop souvent le soutien psychologique à un signe de faiblesse. Mais le mal être, comme le bien être, fonde notre humanité et notre capacité à ressentir. On imagine que le temps va adoucir ou effacer une blessure psychique. On se raconte qu’il suffit de prendre sur soi pour que cela passe… Et Bien Non ! Ne pas parler de ses blessures, c'est s'intoxiquer. Ne pas parler de ce qui nous dérange c’est laisser remplir un vase d’eau viciée.

Reste à trouver un cadre pour panser ses plaies avec des soins verbaux et chercher les limites de la logique qui nous a fait fonctionner jusqu'à maintenant...

A ceux qui pensent qu'il faut être fou pour consulter un psy, il répond :

“Faire une psychothérapie ou une psychanalyse, c’est prendre un rôle de chercheur. Et tenter de trouver, sans jugement, sans gentillesse, ni compassion une compréhension à sa façon d'exister. Cette recherche s’apparente à une démarche philosophique car elle pose des questions, sur l’univers de sa propre vie. Redonner la parole aux personnages souffrants en nous, c’est prendre soin de sa démocratie intérieure pour aller vers ce qui est juste et bon pour soi."

Il contribue à répondre aux questions des lecteurs de Alliance.fr avec les psys de l'association CHAAR.

Il anime la page Facebook  Psy Consistoire Paris
et la page CHAAR PSY JUIFS

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi