Les ONG de défense des droits de l'homme refusent d’aider les victimes arabes de torture

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les ONG de défense des droits de l'homme refusent d’aider les victimes arabes de torture

Les ONG de défense des droits de l'homme ont refusé une assistance médicale aux Arabes poursuivant l'Autorité palestinienne. «Nous aidons uniquement ceux qui poursuivent Israël en justice».

En juillet, le tribunal de district de Jérusalem a rendu une décision sans précédent indiquant que l'Autorité Palestinienne (AP) était responsable de la détention illégale et de la torture de personnes ayant collaboré avec Israël depuis les années 1990, ce qui a permis aux victimes de déposer un procès contre l’AP.

Cependant, les avocats représentant les demandeurs - tous arabes - ont été confrontés à un problème: toutes les organisations de défense des droits de l'homme auxquelles ils se sont adressés pour obtenir de l'aide et trouver un médecin pour déterminer les dommages-intérêts ont refusé de les aider. "Toutes les ONG vers lesquelles nous sous sommes tournés ont refusé de nous aider. Elles ont déclaré qu'elles n'assistaient que les personnes qui engageaient des poursuites contre Israël", a déclaré le procureur Barak Kedem.

nabolo-carcan-jugement-valeurs

Kedem a ajouté que trouver le bon soutien médical était crucial dans le cadre des efforts engagés pour poursuivre l'Autorité Palestinienne pour les dommages résultant de la torture subie par ses clients. "Ce sont des personnes qui souffrent de plusieurs handicaps, de nature physique, psychiatrique et urologique", a-t-il déclaré.

Les organisations de défense des droits de l'homme en Israël sont souvent critiquées pour leur approche unilatérale du conflit. En 2016, Ezra Nawi, qui s'identifie comme «activiste des droits de l'homme», a été reconnu comme ayant collecté des informations sur des Arabes palestiniens intéressés à vendre des terres aux Juifs, les faisant ensuite exécuter par l'Autorité palestinienne.

En février, Israël a annoncé qu'il cesserait de délivrer des visas de travail au personnel de Human Rights Watch, accusant le groupe d'être «fondamentalement partial» contre lui.

Source: Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi