Naïma Chemoul poétesse hébraïque ce soir à la salle Apollo

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Naïma Chemoul poétesse hébraïque ce soir à la salle Apollo

Vendredi 30 mars, à 20 h 30, dans la salle de l'Apollo, ceux qui suivent Naïma Chemoul dans son parcours vocal et musical pourront l'accompagner dans la nouvelle de ce chemin de vie. Elle sera entourée de Jean-Luc Amestoy (piano, accordéon), Thierry Di Filippo (guitare) et Dario Luisant (batterie, percussions). Son premier spectacle évoquait les racines dans ces communautés juives du Maroc qui perpétuaient les mélopées séculaires de la diaspora.

Naïma Chemoul poétesse hébraïque

Naïma Chemoul poétesse hébraïque

Le deuxième maillon, Isha, rompait la chaîne des temps pour marquer l'émancipation de la femme. Le troisième, Aur, où Naïma compose pour la première fois est celui de la maturité, de la liberté, où la femme exprime le désir. Le sien, pas celui d'un être objet.

Pour porter la voix des femmes désirantes, Naïma Chemoul a convoqué une poétesse occitane, Aurélia Larraque, dont l'écriture sensuelle immerge la femme dans la nature, où elle «laisse le vent la visiter».

Poésie inspirée

La langue brute, sèche comme la terre des djebels, de Leah Ester, poétesse hébraïque, sacralise le désir : le charnel devient mystique, solaire. Sur ces mots venus des tréfonds de l'être et jetés au vent de l'inspiration, Naïma Chemoul compose des variations intemporelles où le patrimoine vocal des mellahs et juderias trouve un écho contemporain, où la voix coule comme une eau claire et se mêle au piano et aux inflexions de l'accordéon.

Naïma aborde les rivages «porteños» de la milonga argentine, quand les corps comme les mots et les notes s'effleurent et s'entrechoquent. Son spectacle est plus qu'un concert, une poésie chantée mêlée d'une autre visuelle.

Pour concevoir Aur, elle a obtenu des soutiens institutionnels et un mécénat privé. Cette confiance doit surtout à l'opiniâtreté de l'artiste qui trace son sillon sur un genre exigeant où le texte impose sa marque à la musique, où la vie palpite dans chaque parole, où la voix enjambe les langues, les frontières et le temps, pour conter un destin de femme dans ses espérances, ses élans, ses doutes et l'incertitude du quotidien.

Read more at https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/28/2768612-naima-chemoul-chante-le-desir-des-femmes.html#j8dFiiDoel32SMjo.99

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi