Le Mufti de Jérusalem publie une fatwa contre le transfert de terres à l'ennemi

Actualités, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le Mufti de Jérusalem publie une fatwa contre le transfert de terres aux ennemis

Le mufti palestinien de Jérusalem, Sheikh Muhammad Hussein, a émis mardi une nouvelle fatwa (décret religieux islamique) interdisant aux musulmans de "faciliter le transfert de la propriété de toute partie de Jérusalem ou de la terre de Palestine aux ennemis".

La fatwa, selon des sources palestiniennes, est venue en réponse à un projet de loi israélien permettant aux Juifs d'acheter des terres dans la zone C de Judée-Samarie. Le projet de loi, présenté par le député Bezalel Smotrich (Bayit Yehudi), vise à modifier une loi jordanienne de 1953 qui empêche les étrangers et les non-musulmans d'acheter directement des terres en Judée-Samarie.

L'explication du projet de loi indique qu'il est «inacceptable» que les citoyens israéliens ne puissent pas acheter de terres uniquement parce qu'ils sont citoyens israéliens.

Le mufti palestinien de Jérusalem, Sheikh Muhammad Hussein

Le mufti palestinien de Jérusalem, Sheikh Muhammad Hussein

La fatwa a décrété que la «terre de Palestine» était waqf - ce qui signifie une dotation religieuse inaliénable dans la loi islamique - et en tant que telle, il est interdit de vendre, accorder la propriété ou faciliter le transfert de propriété aux non-musulmans.

"Quiconque vend sa terre aux ennemis, ou accepte une compensation pour cela, commettra un péché", a déclaré le Sheikh Hussein dans sa fatwa.

Il a également averti que quiconque viole la fatwa sera considéré comme un infidèle, un apostat et un traître devant Dieu, l'Islam et sa patrie.

La fatwa a également statué que les musulmans étaient obligés de boycotter quiconque viole la décision. Le boycott comprend le refus de faire des affaires avec quiconque se rendrait coupable de cette offense, de se marier avec eux, d'assister à leurs funérailles ou encore de les enterrer dans des cimetières islamiques.

Source: Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi