Les mots les plus israéliens de tous les temps

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les mots les plus israéliens de tous les temps

Pour célébrer le 70ème anniversaire d'Israël, l'Académie de la langue hébraïque a proposé son classement des mots les plus israéliens de tous les temps - un pour chacune des sept décennies du pays.

Après avoir invité le public à suggérer puis à voter sur les sélections, l'académie a publié lundi sa liste complète de sept mots plus une foule de concurrents perdants.

Le mot choisi pour la première décennie est, à juste titre, Atzma'ut, qui signifie indépendance.

La deuxième décennie est représentée par Mitun, qui signifie la récession, reflétant les temps difficiles vécus dans le pays pendant cette période.

Le mot choisi par le public pour la troisième décennie était Mahapach, ce qui signifie révolution ou renversement et fait référence au parti Likoud prenant le contrôle du gouvernement en 1977 dans une victoire surprise écrasante.

La quatrième décennie, a déclaré l'académie, est représentée par Shekel, la monnaie. En 1980, le shekel a remplacé la lire en tant que monnaie nationale, et en 1985 le shekel a été remplacé par le nouveau shekel.

Pour la cinquième décennie de l'État, les années 1988-1998, le public a voté sur le mot Taklitor, le mot hébreu pour CD.

Taklitor, le mot des années 1988-1998

Taklitor, le mot des années 1988-1998

La sixième décennie était également représentée par un mot technique, cette fois Misron, qui signifie SMS, ou message texte.

Et il ne faut pas s'étonner que la décennie numéro sept, 2008-2018, continue cette tendance, avec Yisumon, le mot hébreu pour app ou application - et de Waze à Viber en passant par Gett, les applications israéliennes ont laissé leur marque sur le monde.

Le seul problème est que la majorité des Israéliens se réfèrent encore à elles  par le mot applicatziot. Mais l'Académie de la langue hébraïque n'abandonnera pas ce combat.

En réalité, elle a créé sa propre application qui sert de plug-in pour échanger des mots étrangers qui se sont infiltrés dans la langue vernaculaire avec leurs alternatives hébraïques.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi