Mort de Sheila Michaels, féministe juive qui a rendu célèbre le titre de Madame

Actualités, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mort de Sheila Michaels, qui a rendu célèbre le titre de Madame

Sheila Babs Michaels, une figure emblématique de la justice féministe et sociale, qui a répandu l'usage moderne du titre «Mme» (Ms. en anglais) comme moyen de désigner l'indépendance d'une femme, est décédée à New York le 22 Juin. Elle avait 78 ans et souffrait de leucémie.

Bien que Sheila Michaels n'ait pas inventé le terme, elle l'a transformé en un symbole signifiant le droit d'une femme de ne pas être définie par aucune relation avec les hommes. "Férocement indépendante, Michaels abhorrait l’idée de voir son identité définie par le mariage", écrit Ben Zimmer dans un article du New York Times de 2009.

En 1961, alors qu'elle était âgée de 22 ans, Michaels avait d'abord vu "Ms." sur une étiquette d'adresse apposée sur un magazine marxiste posté à sa colocataire, à Manhattan, et pensait initialement que c'était une faute de frappe.

Elle a commencé sa campagne en 1961, mais il a fallu 10 ans avant que "Ms." (alternative féministe à Mrs. et à Miss) soit adopté comme titre d'une revue féministe, et 25 ans avant qu'il ne figure sur la première page du New York Times.

"Je cherchais un titre pour une femme "qui n’appartient pas à un homme", explique Michaels dans un article de 2007 publié dans The Guardian.

Ms. Sheila Michaels

Ms. Sheila Michaels

L'icône féministe juive est née à Saint-Louis en 1939 et a y passé ses années de formation, ainsi que dans le Bronx.

Michaels a été assistante au Collège de William et Mary, mais a été suspendue pour ses opinions politiques et raciales au sein du comité de rédaction du journal scolaire. Après avoir travaillé dans la publicité pour une chaîne de télévision et un hôtel à St. Louis, elle déménage à New York en octobre 1959. Michaels a fréquenté les cours du soir de la Columbia University, étudiant la mythologie, la littérature perse et biblique, tout en travaillant en tant que nègre et éditrice.

Michaels a été l'une des premières femmes à diriger les bureaux de campagne pour le Congrès de l'égalité raciale et le Comité non-violent de coordination des étudiants pendant l'ère volatile des droits civiques des années 1960. Elle a également travaillé pour organiser la marche historique des droits civiques à Washington en 1963, aidant à écrire le discours de John Lewis pour cette occasion et a occupé des postes de direction au cours du Freedom Summer de 1964.

Plus tard, elle a localisé et interviewé de nombreux autres dirigeants des droits civils, ce qui a conduit à l'établissement d'archives d'histoires orales actuellement stockées dans les Archives de l'Université de Columbia.

Au cours de sa carrière très variée, Michael a également travaillé comme chauffeur de taxi pendant 10 ans à Manhattan et a tenu un restaurant japonais. Elle a travaillé en Inde, à Singapour, au Japon et au Laos.

Au chevet de Michaels au moment de son décès, se trouvait Rabbi Sharon Kleinbaum de la Congrégation Beit Simchat Torah, une synagogue LGBTQ à New York dont elle était membre active. "Une géante nous a quitté", a déclaré Kleinbaum à son chevet. Michaels était également membre de la Réforme centrale de la Congrégation de Saint-Louis.

Michaels sera enterrée dans le caveau familial, situé dans le cimetière de B'nai Amoona à St. Louis.

Source : Jta.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi