Mode Sniout : de Jérusalem en passant par Barcelone puis Bnei Brak

Actualités, Clin d'oeil beauté, Israël, Les bonnes adresses, Magazine, Relook Ma Mode - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mode : de Jérusalem en passant par Barcelone puis Beni Brak

Alors que les mots «chic», «élégant» et «Vogue» ne sont pas associés aux vêtements de la communauté ultra-orthodoxe où la modestie est de mise et où les vêtements en sont la manifestation physique, une femme travaille pour changer cette perception.

Shari Soloveitchik, fondatrice de la boutique de mode ultra-orthodoxe Shibolet, a trouvé sa passion dans les vêtements pour femmes.

«Je feuilletais toujours des magazines comme Vogue, et c’est là que j’ai compris que je voulais avoir mon propre atelier de mode," dit-elle.

«Je voulais travailler dans un domaine que j’aimais et vers quoi j’étais attirée et enfant, la mode était la chose que j’aimais." Soloveitchik a utilisé des fonds qu'elle a reçus de son grand-père pour démarrer une entreprise d'importation de vêtements pour enfants de Grèce.

Après quelques temps, elle a compris qu'il y avait beaucoup plus à faire que d’importer des vêtements pour enfants. « J’avais un cousin à New York qui a commencé à m’envoyer des valises pleines de vêtements pour femmes pour le shabbat et les fêtes juives», raconte-elle.

Un jour, Soloveitchik a dû emmener son fils en Espagne pour recevoir un traitement médical particulier. C’est à Barcelone qu'elle a rencontré ses futurs associés, de la marque de mode Bigoschi.

ShowImage

"A la synagogue, j’ai trouvé quelqu'un qui travaillait dans le domaine de la mode, des vêtements pour femmes, et le rabbin de cette personne lui ai dit qu'elle devrait essayer de faire des affaires avec Israël pour des raisons religieuses et sionistes." Leur rencontre s’est très bien passée et à son retour en Israël, Soloveitchik a commencé une nouvelle ligne pour femmes.

"Nous avons commencé une ligne spéciale sous le nom de Bigoschi. C’était une collection dans le but de faire des vêtements pour les femmes orthodoxes modernes en Israël ", dit-elle. Initialement Soloveitchik travaillait dans sa salle à manger à la maison; mais avec le succès de son affaire, elle a décidé d'ouvrir un magasin à Mekor Baruch à Jérusalem. Elle a maintenant un second magasin à Bnei Brak.

Soloveitchik explique que les clientes viennent à son magasin du monde entier et que ses vêtements sont très appréciés par les touristes et les nouveaux immigrants.

«Les touristes qui viennent à Jérusalem pour deux ou trois jours ont pu entendre parler de nous par des amis ou elles ont vu nos robes et viennent à la boutique.

Tout est fait pour que les clientes soient satisfaites de leurs achats, et s’il faut modifier la robe ou la jupe, une couturière le fait immédiatement. Soloveitchik pense créer un rayon robes de mariée dans l’avenir, y compris les robes des demoiselles d'honneur et les robes de soirée.

Le succès de la boutique a donné Soloveitchik un sentiment de fierté dans ses réalisations.

"Elles [les clientes] peuvent acheter Gucci, Armani, Valentino, mais elles choisissent d'acheter mes vêtements. Je sens que j’ai réussie, je suis satisfaite. Elles choisissent mes vêtements ».

Source : jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi