Martin Weiss ambassadeur d'Autriche en Israël: Israël est un pays unique et utile

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Martin Weiss ambassadeur autrichien en Israël

Martin Weiss ambassadeur d'Autriche en Israël a souhaité nous raconter son expérience.

Racontez nous une ou deux expériences qui ont marqué votre mandat.

"Quelques mois après notre arrivée, il y a eu un attentat terroriste en Turquie qui a frappé des Israéliens. Le ministère des Affaires étrangères israélien a immédiatement fait sortir un avion avec des médecins pour les soigner et a mobilisé tous les soldats israéliens affectés au sol. Je peux vous dire que nulle part dans le monde ne se fait une telle chose. 

"Israël est très spécial à cet égard. Quel pays dans le monde ferme des routes, des restaurants, des aéroports, des industries, pour un jour? Seulement Israël. Cela indique la spiritualité et l'importance de la religion ici."

"Ce que je peux tout à fait comprendre aujourd'hui, c'est à quel point ce pays est important.
Parce que si j'étais un juif vivant en dehors d'Israël et que je devais décider entre laisser mon fils prendre le risque de marcher dans la rue avec un bonnet ou un chapeau pour cacher sa kippa ou sortir sans kippa du tout, et sachant que ce dilemme, cette question se posera partout dans le monde, pour tous les pays du monde , y compris pour ceux qui soutiennent Israël alors  je sais que je prendrai le risque celui d'aller vivre en Israël  "Car un seul  pays permet de ne pas se poser cette question et c'est Israël. Et c'est ce qui fait la grande différence de ce pays dans le monde."

Après la crise des réfugiés, l'Europe a soudain compris Israël.

Martin Weiss termine son rôle d'ambassadeur d'Autriche en Israël. Deux semaines avant de devenir ambassadeur à Washington, il parle du changement chez les Autrichiens, du climat anti-israélien dans l'UE et de la tranquillité de Yom Kippour qui le fascinait en Israël.

Durant quatre ans  Martin Weiss a été ambassadeur d'Autriche en Israël.

Bien que son nom sonne juif et que son caractère libéré et rythmé soit parfaitement en phase avec le rythme israélien, Marin Weiss, est complètement autrichien,et n'est pas juif non plus et il deviendra bientôt le diplomate de son pays dans le pays numéro un dans le monde , les USA.

Dans deux semaines, il se rendra directement de l'ambassade de Tel-Aviv à l'ambassade de son pays à  Washington.
Ce détail indique son propre statut, mais aussi l'importance d'Israël dans le système politique autrichien. 

Car,  Martin Weiss, a certainement contribué à un rapprochement significatif entre les deux pays , un rapprochement jamais enregistré à ce jour.

Dans le contexte historique des relations entre juifs et autrichiens, il a déclaré: «
Faisons face à la vérité, nous avons pu constater que les relations entre les deux états se dégradées au fil du temps », dit-il avec son ton franc - le réchauffement de ces dernières années entre Israël et l'Autriche était loin d'être une évidence. Il a fallu y travailler.

Rappelons, que l'Autriche n'est pas seulement la patrie de Hitler et du nazisme, mais est également dirigé par le chancelier juif qui méprisait Israël, Bruno Kreisky; Sciemment élu ancien président de l'ancienne Wehrmacht Kurt Waldheim; Soutenu par un nombre énormes de néo-nazi ; Et fait parti des derniers pays à reconnaître l'extermination des Juifs  durant l'Holocauste. 

Ce n’est que ces dernières années qu’il ya eu une profonde introspection du moins chez les dirigeants autrichiens, selon laquelle le passé doit être traité honnêtement et sérieusement, faire face à son passé pour le régler.

Dans un discours prononcé, il y a deux ans ,à la Conférence du Comité juif américain, le chancelier autrichien Sebastian Kurtz a déclaré que ses prédécesseurs n’avaient jamais entendu parler de l'Holocauste.
"Je dois admettre que de nombreuses personnes en Autriche n’ont rien fait pour lutter contre le régime nazi. Beaucoup trop ont soutenu cette atrocité. Certains étaient des criminels nazis. En fait, de nombreux Autrichiens ont soutenu le système qui a tué plus de 6 millions de Juifs de toute l'Europe et au-delà, dont plus de 60 000 autres civils autrichiens, rien qu'en Autriche. L'Autriche a mis longtemps à être honnête avec son passé. "

Kurtz a resserré ses liens avec Israël en général et avec le Premier ministre Netanyahu en particulier, notamment par l'intermédiaire de l'ambassadeur Weiss, qui est proche de lui. Maintenant que Martin Weiss est au pouvoir, nous nous sommes rapprochés

Votre séjour en Israël , a-t-il changé votre vision du monde ?

"Certainement. Vous apprenez que la situation est bien plus complexe que vous ne le pensiez. Quand il était ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman était décrit dans les médias européens comme un type de l'extrême-droite et opposé à toute forme de compromis.

Mais Lieberman a son propre plan pour la paix, y compris sur les questions laïques en Israël.
Le parti religieux israélien contre la paix avec les Palestiniens , leurs arguments sont souvent truffé d'erreurs par ignorance de la réalité sur le terrain.
Prenons par exemple,  le problème des colonies, peut on dire que toutes les colonies se ressemblent ? Certainement pas.

«L’autre chose que j’ai apprise, c’est que tout est petit ici. Lors d’une visite dans le n ord du pays, vous réalisez que Damas est beaucoup plus proche que Jérusalem.
Beaucoup de choses peuvent être dites en théorie sur la vallée du Jourdain, mais quand vous voyez à quel point c'est proche, cela a un impact sur vous.
La géographie c'est 80% de l'histoire et de la politique d'Israël.

Serait-il vrai de dire que même dans toute l'Europe, l'attitude envers Israël a changé ces dernières années?

"Oui, je le pense. La crise des réfugiés a modifié les règles du jeu en Europe. En 2015, quand j'ai quitté l'Autriche, un million et demi de réfugiés non enregistrés ont traversé l'Autriche sans autorisation, sur les autoroutes, dans les trains et sur les routes.

Dans l’esprit des Autrichiens et des Européens, ils ont soudainement connu une perte de contrôle, d'ailleurs les politiciens leur ont dit: "C’est quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler." Les gens sont incrédules "Le gouvernement dit:" Nous ne pouvons rien faire. "

Quelques mois après le début de la crise des réfugiés, Martin Weiss a organisé une visite officielle dans le pays avec le  ministre de l'Intérieur de l'Autriche. Son plan de visite, impensable quelques mois plus tôt, comprenait une visite à la barrière frontalière entre Israël et l'Égypte.

"Aux yeux des médias, nous avons été photographiés devant cette clôture et le ministre en était fier. Le message était:" Voici comment est construit un mur pour empêcher les intrusions.
"Ce sont des images que trois ans plus tôt, vous ne pouviez imaginer qu'un politicien autrichien pourrait prendre. L'entrée des réfugiés avait donc une solution.
Soudainement, la construction d'un mur ne semblait plus si farfelue. "

Mais en Europe en général et dans l'UE en particulier, il règne toujours une atmosphère négative à l'égard d'Israël. Pendant des années, l'union n'a pas amélioré ses relations avec Israël en raison du manque de progrès sur la question palestinienne. Qu'en pensez-vous ?

"Je pense qu'il n'y a pas de logique entre les deux.
Entrer en contact avec un pays donné et voir comment on peut avancer est une chose.
Une autre façon de résoudre un autre problème telle que la question palestinienne est particulièrement compliquée. Un problème ne peut pas être réglé ou expliqué par un deuxième problème. Cela n'a aucun sens et cela n'aide pas non plus. "

Passons aux liens entre l'Autriche et Israël. Vous avez dit qu'il y avait une amélioration. 

"Le changement est sur toute la carte politique. Presque chaque gouvernement autrichien a visité le pays ces dernières années.
Ce que vous voyez dans la politique se reflète également dans l'économie.
Cette année, le tourisme a augmenté de 23% et pour la première fois 800 000 Israéliens ont passé plus d'une nuit en Autriche. C'est une augmentation énorme Ce sont des Israéliens qui voyagent en Autriche pour l'été ou qui skient avec leurs enfants.

Ils rencontrent des Autrichiens ordinaires et obtiennent une image complète de l'Autriche, tout comme j'ai brossé un portrait complet d'Israël au cours de mes années ici.

"Si cette te et que cette tendance se maintient, ce n’est pas un acte ou un discours qui changera les perceptions entre les pays. En outre, toutes les universités autrichiennes ont pris la décision de s’opposer au BDS. De droite à gauche, dans toute la population moyenne, on souhaite s’associer à Israël "

Si vous dites aux gens assis dans un restaurant que l'Allemagne et l'Autriche travaillent depuis des années pour les Juifs, ils ne vous croiront pas. L’Europe et l’antisémitisme sont toujours allés de pair et d'ailleurs rien que à Yom Kippour  il y a eu l'attaque d'une synagogue en Allemagne

"Einstein a déclaré Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.
 Chacun de nous a une idée préconçue de chaque pays du monde, même si nous n'y sommes jamais allés.
Ils n'oublieront pas le passé, et je comprends certainement leur scepticisme.
Cela prend beaucoup de temps pour changer les relations. Mais cela commence par des relations personnelles. Parce que si vous devenez ami avec un autrichien et que quelqu'un vous dit "tous les Autrichiens sont des nazis",vous connaissez au moins un Autrichien qui ne l’est pas."

"Il est impossible d'éliminer l'antisémitisme. Mais à mon avis, grâce à des discours et des relations, et à une reconnaissance mutuelle tels que échanges d'étudiants  ou volontaires venant d'Autriche, la situation peut être améliorée.

Aujourd'hui, si quelqu'un en Autriche déclare que" les Juifs sont coupables de tous nos problèmes ", quelqu'un leur dira . "Bon sang, ce n'est pas vrai. Assez ces conneries. Tu dis que ce sont les Juifs, l'autre les Musulmans, et le troisième dira les Communistes." Aujourd'hui, en Autriche, beaucoup de gens, se lèvent et disent "assez", ce qui est le signe qu'un changement est en train de se produire. Et c'est ce que nous voulons. " 

"Israël décidera seul"

L'une des questions difficiles qui ont fait l'objet de discussions pendant le mandat de Martin Weiss était l'attitude à l'égard du parti autrichien de la liberté. D'un côté, son dirigeant, Hans Christian Strache, s'est efforcé de le débarrasser de la haine du judaïsme et du racisme. D'autre part, la communauté juive et d'autres affirment que ce parti est une mascarade et qu'il n'est pas pro-nazi.

Quand je demande à Martin Weiss ce qu’il en pense, il répond:
«Il ne fait aucun doute que ce parti est issu du nazisme. Il ne fait pas de doute non plus que son ancien dirigeant, Jorg Haider, a fait des déclarations antisémites."

"Mais, ma perception est que de tels problèmes devraient également être résolus par le discours. Ce parti a essayé de faire face à son passé ces dernières années.
Des efforts encourageants ont été déployés, mais je ne dirai pas que cela suffit.
" Par exemple si un représentant du Parti de la liberté dit quelque chose d'inacceptable, et que vous entretenez des relations avec ce parti, vous devez faire passer le message que c'est inacceptable ceci aura un impact. S'il n'y a pas de dénonciation publique je ne vois pas comment cela peut changer. "
Donc, le boycott par Israël du Parti de la liberté, qui avait été décidé lors de l’adhésion au gouvernement précédent en Autriche, était faux?

"Je n'ai pas dit ça. Israël prendra ses propres décisions. Israël n'a besoin de personne pour savoir quoi faire.
Mais je n'ai jamais compris pourquoi une réunion entre un ambassadeur israélien à Vienne et un représentant du Parti de la liberté est considérée comme un certificat casher pour ce parti, c'est une hérésie! 

C'est justement le  contraire, lors d'une telle réunion d'ambassadeurs, l'ambassadeur israélien, peut être très dur et signaler tout ce qui ne va pas ce parti."

Vos réactions

  1. dfr1guard-2@yahoo.fr'Spitfe

    Article intéressant mais oh combien difficile à lire!! La traduction automatique et ravageuse pour la syntaxe et on y perd le sens
    Certaines phrases ne sont pas terminées : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé »- Einstein

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi