Mark Zuckerberg défend la liberté d'expression au détriment de l'antisémitisme

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
LOS ANGELES, CALIFORNIA - SEPTEMBER 22: Sacha Baron Cohen attends the 71st Emmy Awards at Microsoft Theater on September 22, 2019 in Los Angeles, California. (Photo by Frazer Harrison/Getty Images)

Sacha Baron Cohen compare la politique de Mark Zuckerberg sur Facebook à l'idéologie nazie

Facebook est-il un bastion pour la liberté d'expression? Ou est-ce comme un restaurant servant des néo-nazis? Cela dépend de qui vous demandez.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a expliqué jeudi à un défenseur passionné,  la politique de son entreprise consistant à autoriser un large éventail de discours sur la plate-forme.

S'exprimant à l'Université Georgetown de Washington, Zuckerberg a invoqué le Premier amendement de la constitution américaine et le mouvement des droits civiques pour défendre son refus de limiter les discours incendiaires sur son géant des médias sociaux.

"Certaines personnes soutiennent que les plateformes Internet devraient permettre toutes les expressions protégées par le Premier amendement, même si le premier amendement ne s'applique pas explicitement aux entreprises", a déclaré Zuckerberg . "Je suis fier que nos valeurs chez Facebook soient inspirées par la tradition américaine, qui soutient davantage la liberté d'expression que partout ailleurs."

Mais Sacha Baron Cohen, qui sait connaît très bien le danger de ce genre de discours irrévérencieux  ce que l'on peut retrouver dans les films « Borat », « Ali G », « Le Dictateur » dit que Zuckerberg devrait prendre plus au sérieux son rôle de PDG d'une entreprise privée.

Dans un fil de discussion sur Twitter, Sacha Cohen a écrit que le fait que Zuckerberg autorise un discours offensif sur Facebook est comme un restaurant accueillant des antisémites qui crient des insultes antisémites.

«S'il possédait un restaurant chic et que 4 néo-nazis venaient dans la salle à manger et parlaient fort de vouloir tuer un« salaud de  juif », leur servirait-il leurs plats  Ou leur diraient-ils de sortir du  restaurant ? ». "Oui, il a tous les droits, et en particulier un  devoir moral, de leur dire de retirer ces salopards de néo-nazis de son restaurant."

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi