Mais qui est donc Sacha Baron Cohen ce potache érudit ?- vidéo -

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Artistes, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Sacha Baron Cohen le potache érudit

Sacha Baron Cohen, potache mais érudit

Tout le monde le connaît sous le nom de Ali G, Borat ou Brüno. Mais dans la vraie vie, c’est l’acteur Sacha Baron Cohen.

Il gagne sa vie en piégeant des personnes à leur insu devant les caméras. Il a été fortement critiqué pour ses personnages stéréotypés.

Il rédige sa thèse sur le rôle du peuple juif dans le mouvement des droits civiques

Sacha Baron Cohen est né en 1971, d'un père gallois et d'une mère israélienne. Au lycée, il rejoint un mouvement de jeunesse sioniste appelé Habonim Dror. À 18 ans, il part travailler dans un kibboutz du nord d'Israël pendant un an. Il étudie ensuite l'histoire à l'université de Cambridge et rédige sa thèse sur le rôle du peuple juif dans le mouvement des droits civiques.

« Parfois, certains critiques ont dit que ma comédie risquait de renforcer les vieux stéréotypes. La vérité est que j'ai toujours été passionné par la lutte contre le fanatisme et l'intolérance. Adolescent, en Angleterre, j'ai marché contre le Front national fasciste et pour l'abolition de l'apartheid », affirme-t-il.

« En tant qu'étudiant, j'ai voyagé à travers l'Amérique et j'ai écrit ma thèse sur le mouvement des droits civiques avec l'aide des archives de l'ADL. Et en tant que comédien, j'ai essayé d'utiliser mes personnages pour amener les gens à baisser leur garde et à révéler ce qu'ils croient réellement, y compris leurs propres préjugés », poursuit Sacha Baron Cohen.

« J'ai embrassé un homme dans un combat en cage en Arkansas, ça a failli déclencher une émeute »

Dans une autre interview, il se dit fier de ce qu’il a réussi à accomplir grâce à la comédie :
« Lorsque Borat a réussi à faire chanter tout un bar en Arizona "Jetons le juif dans le puits", cela a révélé l'indifférence des gens à l'égard de l'antisémitisme. Quand, en tant que Brüno, le journaliste de mode gay autrichien, j'ai commencé à embrasser un homme dans un combat en cage en Arkansas, ce qui a failli déclencher une émeute, cela a montré le potentiel violent de l'homophobie. »

Il poursuit : « Et lorsque, déguisé en promoteur immobilier ultra woke, j'ai proposé de construire une mosquée dans une communauté rurale, ce qui a incité un résident à admettre fièrement : "Je suis raciste envers les musulmans." Cela a montré l'acceptation croissante de l'islamophobie.

En 1998, il est Ali-G

En 1998, il lance sa carrière de comédien sur la Paramount Comedy Channel et s'illustre la même année en incarnant Ali G, un gangsta autoproclamé de Staines, en Angleterre, qui écoute de la musique hip hop et imite la culture britannique jamaïcaine. Un an plus tard, à 28 ans, le magazine GQ le nomme comédien de l'année.

En 2006 sort le deuxième long métrage de Sacha Baron Cohen, Borat, pour lequel il remporte le prix du meilleur acteur aux Golden Globes. Il y joue le rôle d'un présentateur kazakh qui se moque de la culture américaine en utilisant des clichés sexistes, racistes, homophobes et antisémites en filmant les réactions réelles des gens aux États-Unis.

Les autorités du Kazakhstan ont d'abord interdit le film et menacé de poursuivre Sacha Baron Cohen, mais ont fini par l'applaudir pour avoir amené le tourisme dans le pays.

Avec Isla Fisher son épouse,  il fait don d'un million de dollars à Save the Children

En 2009, il joue le rôle d'un présentateur de défilé de mode autrichien gay dans le film Brüno, dans lequel il monte des coups, comme perturber la fashion week de Milan, et donne des interviews en situation réelle à des personnalités publiques, comme l'ancien député américain Ron Paul, qu'il tente de séduire dans un scandale sexuel.

En 2010, Sacha Baron Cohen épouse l'actrice australienne Isla Fisher, avec qui il a trois enfants. Le couple fait don d'un million de dollars à Save the Children en 2012 pour soutenir les victimes de la guerre en Syrie.

En avril 2020, ils envoient des équipements de protection individuelle aux travailleurs de première ligne au Royaume-Uni pour faire face à la crise du Covid-19. Sacha baron Cohen se décrit comme une « personne privée » et ne donne que très peu d'interviews hors de ses personnages.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi