Lutte contre la prostitution à Jérusalem un budget alloué mais la municipalité ne bouge pas

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La prostitution à Jérusalem plus de 1000 personnes à sauver

Selon les chiffres du ministère de la Santé, environ 1 000 personnes, principalement des femmes, se livrent à la prostitution dans la ville.

La municipalité doit encore mettre en œuvre un programme national qui sauve des hommes et des femmes de la prostitution par l’intermédiaire des conseils locaux et régionaux, en dépit du fait qu’un budget a été approuvé à cet effet.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, environ 1 000 personnes, principalement des femmes, se livrent à la prostitution dans la ville.

Le programme a deux objectifs: offrir un soutien médical et un suivi, notamment pour les cas ambulatoires et d'urgence, et un centre de jour pour la réadaptation destiné aux personnes souhaitant se retirer des affaires du métier plus vieux au monde .

Il s'agit d'un programme national destiné à aider les personnes qui sont tombées dans la prostitution.

Cela fonctionne à deux niveaux - aider et soutenir ces personnes qui sont toujours dans cette situation et réhabiliter celles qui ont cessé d'être de l'être.

Le programme fait face aux changements qui se produisent sur la scène de la prostitution. Internet et la technologie ont rendu plus difficile l'identification et la communication avec les prostituées.

En ce qui concerne la situation à Jérusalem, personne ne peut expliquer pourquoi le programme n'a pas encore commencé, bien que 800 000 NIS aient été alloués en décembre dernier pour ouvrir le centre.

Le véhicule destiné à fournir une aide médicale sur les différents lieux identifiés où la prostitution a lieu n'a pas non plus commencé à fonctionner.

Il s'avère que tous sont bloqués pendant que le ministère des Affaires sociales prépare un appel d'offres pour les opérateurs du centre.

L'appel d'offres n'a pas encore non plus  été publié.

Pour l'instant, la seule adresse pour les prostituées qui cherchent de l'aide est le centre d'hébergement, situé dans le centre-ville. Mais ses services sont destinés aux jeunes filles sans abri de moins de 22 ans. Selon certaines organisations à but non lucratif, le problème le plus grave concerne les femmes âgées de moins de 50 ans.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi