Livre juif: La chanson de Meliselda ou Sarah, la fiancée du Messie de Fanny Levy

Actualités, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La chanson de Meliselda ou Sarah, la fiancée du Messie de Fanny Levy

"La chanson de Meliselda" ou "Sarah, la fiancée du Messie" : Au XVIIème siècle, à une époque de massacres et d’espoirs messianiques, Sarah, belle et sensuelle jeune femme juive à la vie tumultueuse, rêve de sortir de sa condition et d’épouser le Messie.

Elle s’embarque pour l’Égypte où un certain Sabbataï Tsvi la fait venir. L’espoir fou de l’ancienne prostituée va-t-il se concrétiser ? L’homme à la figure sombre et ambigüe qu’elle rencontre est-il vraiment le Messie ? N’est-il pas fou ?

Comment ce personnage complexe a-t-il pu troubler tous les esprits, et même ceux d’intellectuels réputés, se faire passer pour le roi messianique et susciter non seulement une vague d’enthousiasme mystique, mais le plus grand mouvement messianique du judaïsme de ce dernier millénaire ?
Où se situe la frontière entre la sagesse et la folie ?
Faut-il tomber dans la faute pour gravir les échelons de la sainteté ?

La Kabbale doit-elle apporter la délivrance ? Le Sultan turc va-t-il accepter que l’économie de son empire soit paralysée ?
Qui est vraiment Sarah la magnifique aux personnalités multiples ?
Qui est Sabbataï Tsvi, le Messie noir à l’âme déchirée ?

Cette aventure incongrue est le pivot d’un épisode tragique, captivant et crucial qui marqua non seulement la conscience juive, mais aussi le monde.

La comédie humaine avec ses folies et ses masques forme le thème principal de cette folle saga où se côtoient religion et surnaturel, sublime et grotesque, tragique et poésie, où est mise en scène l’ambivalence psychologique des êtres, où l’on entre dans leurs zones fragiles et secrètes. C’est aussi le récit d’une passion. La plupart des personnages de ce roman ont existé. La plupart des événements auxquels ils sont confrontés ont eu lieu.

Vos réactions

  1. NICOLE.FROHMAN@LIVE.COM'NICOLE BRODEUR FROHMAN

    Meliselda est en francais Mélisande, Melisende en anglais et en Italien Melisenda et non Sarah. Mélisande fut reine de Jérusalem de 1131 à 1153 après la mort de son père ,le roi Beaudoin II qui avait repris le royaume de Jérusalem et avait été proclamé roi du Royaume de Jérusalem. Cette histoire doit certainement parler de Mélisande et non de Sarah

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi