L'Italie a trouvé son patient zéro et les mesures égoïstes allemandes

Actualités, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
le patient zéro de l'italie enfin trouvé c'est un allemand

Les médecins italiens pensent avoir trouvé leur "Patient Zero" - le premier patient infecté par le coronavirus et qui aurait infiltré la maladie dans le nord de l'Italie ce serait un allemand.

Jusqu'à présent, les Italiens ont eu du mal à comprendre comment la maladie s'est propagée  si rapidement sans aucun signe avant coureur en un mois dans le nord de l'Italie, provoquant la violente épidémie qui a fait plus de 2150 victimes à l'heure actuelle et l'effondrement du système de santé en Lombardie.

Selon Massimo Galli, chef du département des maladies infectieuses de Milan, la personne qui a introduit la maladie dans le nord du pays était un Allemand d'identité inconnue - un employé de la société de pièces détachées Webasto.

En Allemagne, les premiers cas dans le pays à la fin de janvier étaient des employés de cette entreprise, qui étaient en contact étroit avec des visiteurs chinois de Wuhan qui sont arrivés et sont partis avant la prise de conscience mondiale de l'épidémie

Selon Massimo Galli, l'un des contact allemand avec les travailleurs chinois aurait transmis le virus à l'entreprise allemande de Turin et de Bologne, près de la Lombardie, d'où il s'est propagé dans le nord de l'Italie.

Selon le professeur italien, la base de cette affirmation est une similitude génétique trouvée entre les virus isolés des patients de la branche de Munich et les virus isolés des patients de Codonio, où le premier cas a été trouvé dans le nord de l'Italie.

Le journal allemand Ziduetsche Zeitung, qui a rendu compte de la théorie, a ajouté que des experts de Seattle et d'autres virologues "étaient parvenus à la même conclusion sur la similitude génétique".

La société allemande a cependant déclaré que tout employé ayant déménagé d'Allemagne en Italie ne correspondait en rien au scénario italien.

En tout cas, ajoute le journal, cette théorie est cohérente avec l'hostilité que les Italiens ressentent envers l'Allemagne ces jours-ci après que Berlin a cessé de vendre tous ses masques et désinfectants à d'autres pays et les ait gardés pour lui-même, n'a pas aidé l'Italie en soins intensifs.

Le titre de l'éditorial du journal italien "La République" était "Il était une fois en Europe", et critiquait les "mesures égoïstes allemandes", par opposition au fait que la Chine est celle qui aide l'Italie - en envoyant ces jours-ci des médecins et des respirateurs.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi