L'histoire de la célèbre faussaire Lee Israël adaptée au cinéma

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Artistes, Chronique Cinéma, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'histoire de la célèbre faussaire Lee Israël adaptée au cinéma

L’histoire de la faussaire en lettres autographes adaptée au cinéma

9 mois après sa sortie américaine, les cinémas français diffuseront, dès ce mercredi, Les Faussaires de Manhattan (Can You Ever Forgive Me?) avec Melissa McCarthy pour incarner la célèbre faussaire Lee Israel.

Lee Israel

Réalisé par Marielle Heller sur un scénario de Nicole Holofcener et Jeff Whitty, Les Faussaires de Manhattan se déroule au début des années 90 et raconte l’histoire de Lee Israel, une auteure qui peine à retrouver le succès après le cuisant échec d’une biographie consacrée à Estée Lauder.

Sombrant dans l’alcoolisme et incapable d’avancer dans la rédaction de son dernier manuscrit, Lee Israel se découvre un don pour imiter le style et l’écriture de personnalités disparues. C’est le début d’une arnaque insolite.

L’arnaque

Endettée et harcelée par son propriétaire, Lee Israel se décide, non sans remords, à vendre une lettre autographe signée authentique de l’actrice Katharine Hepburn. Elle en tire une somme plutôt satisfaisante.

L'histoire de la célèbre faussaire Lee Israël adaptée au cinéma

L'histoire de la célèbre faussaire Lee Israël adaptée au cinéma

 

Quelques jours plus tard, alors qu’elle se rend à la New York Public Library pour consulter des archives relatives à Fanny Brice, elle tombe sur une lettre tapuscrite1signée de l’actrice. Ne pouvant résister à la tentation, elle glisse subrepticement cette lettre dans son sac. Mais, cette fois-ci, le contenu de la lettre est considéré comme beaucoup moins intéressant et la somme qu’on lui propose en échange ne la satisfait pas.

Une idée commence à germer : Lee Israel est à l’aise avec les mots et a l’habitude du phrasé particulier des anciennes correspondances. Elle insère la lettre dans une vieille machine à écrire et rajoute quelques détails croustillants en post-scriptum. Puis, lorsqu’elle propose à un autre libraire cette lettre originale mais considérablement altérée, la somme proposée dépasse largement ses attentes.

Désormais sure de son succès, l’auteure, accompagnée de son ami Jack Hock (Richard E. Grant) ne reculera devant rien : subtiliser des lettres dans de nombreuses bibliothèques, en inventer d’autres et utiliser différentes machines à écrire d’époques différentes pour un résultat parfait.

Toutefois, certains collectionneurs se méfient et commencent à attirer l’attention du FBI sur ce couple de faussaire…

  • Une lettre tapuscrite est une lettre dactylographiée, généralement à la machine à écrire. Pour en savoir plus, consulter notre page Abréviations.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi