Les raisons de la progression de la pauvreté en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Selon un rapport, Israël est le pays de l'OCDE qui détient le taux de pauvreté est le plus élevé

Nous vous invitons à lire l'article de l'économiste israélien Yaron Zelekha,  afin de mieux comprendre les rouages de cette économie dotée d'une absence quasi-totale de concurrence. Comprendre pourquoi 33,7% des enfants israéliens vivent en dessous du seuil de la pauvreté soit un enfant sur trois.

Etes-vous intéressés par l'avis de ceux que vous élisez concernant l'habitat, la taxation, les ressources naturelles, le coût de la vie ? Non.

Lorsque vous votez, vous pensez au futur de Jerusalem, aux capacités nucléaires de l'Iran, aux syriens, aux palestiniens, aux implantations ?
Pendant le temps qu'on vous focalise sur des thèmes pour lesquels vous n'avez ni expertise ni valeur ajoutée, on pille le pays, on vous vole et on vole vos enfants.

Israël est un pays riche, mais les israéliens ont un pouvoir d'achat très inférieur aux occidentaux.

Le professeur Yaron Zelekha, célébrissime dans le pays expose les raisons et la progression de l'injustice, de la pauvreté et de la corruption qui gangrènent un pays littéralement pillé par le capitalisme où le pacte social a été rompu.

Yaron Zelekha économiste émérite, conseiller de Benjamin Natanyahou puis nommé General Accountant, il est aujourd'hui à l'origine des critiques les plus documentées et les plus acerbes concernant l'actuelle gestion du pays.

Le General Accountant préserve les biens publics et est en charge du budget de l'Etat, plus de 400 milliards de nis. Comme le dit le commentateur, ce qui énerve chez le plus intelligent de la classe, c'est qu'en général il a raison.


Le Plateau d'argent  magash ha kessef

Pour expliquer la progression de la pauvreté en Israël, 3 mensonges sont véhiculés par le gouvernement via les médias et relayés inlassablement par tous :

1 - Budget de la défense,
2 - Taille du pays,
3 - Non participation des orthodoxes et des arabes.

Entre laxisme, laisser aller et corruption active, Israël a changé de visage.
Economistes et hauts fonctionnaires en témoignent et identifient 5 générateurs de pauvreté en Israël :
1 - impôt sur bénéfice,
2 - absence de concurrence,
3 - pillage des ressources naturelles,
4 - corruption,
5 - bulle immobilière

  • Pauvreté, inégalités et temps de travail

Aujourd'hui 23,5 % de la population vit au dessous du seuil de pauvreté. Près d'un quart. 22,7 % des vieux vivent au dessous du seuil de pauvreté.
Israël ne respecte pas son passé. Comment prépare- t-on notre futur ?
33,7% des enfants vivent au dessous du seuil de pauvreté. Plus d'un enfant sur trois.
Ces 3 chiffres nous placent en tête des pays développés pour l'indicateur de pauvreté.
Pour mémoire, le seuil est fixé à 2812 nis pour un célib. 4512 nis pour un couple.

 Pourtant, le touriste constatera qu'à Tel Aviv, les restaurants sont pleins, l'aéroport est plein, les gens vivent et voyagent ! Nous vivons dans le pays le plus inégalitaire du monde occidental.

Israël le pays le plus inégalitaire du monde occidental

Israël le pays le plus inégalitaire du monde occidental

 

Israël est situé après l'Ouzbékistan et l'Indonésie, et avant le Vietnam et la Tanzanie. Nous avons un indice d'inégalité comparable à ceux en vigueur dans les pays du tiers monde.

 Les israéliens travaillent 1929 h par an contre 1775 en moyenne dans les pays de l'OCDE. Dans le monde occidental, ce sont les israéliens qui travaillent le plus. Et qui gagnent le moins.

Est ce à cause du  budget de la défense ?
Le tableau suivant montrent que le budget de la défense a été divisé par presque 5 depuis 1975.

budget-défense-israel

budget-défense-israel

Est-ce à cause de la taille du pays ?

La taille du pays (8,2 millions d'habitants) ferait qu'il ne pourrait pas y avoir assez de clients.
Or les recherches en économie montrent que le format optimal pour générer de la richesse et de la croissance économique, c'est 6 à 12 millions d'habitants.

Est-ce à cause de la non participation des orthodoxes et des arabes ?

En 2003, 263 000 arabes sont recensés sur le marché du travail israélien. En 2013, ils sont 437 000. En 2005, 328 000 orthodoxes sont recensés sur le marché du travail israélien. En 2011, ils sont 424 000.
De tous les pays de l'OCDE  les israéliens sont ceux qui travaillent le plus d'heures mais la pauvreté augmente. Que faut il comprendre ?

Dr Yitshak Saporta

Dr Yitshak Saporta

 

 

- Dr Yitshak Saporta : En 2015, la pauvreté est en augmentation de 60% par rapport à 1998. Le travail génère de la pauvreté, c'est une immoralité absolue, c'est une violation flagrante du pacte social.
Le pacte social est une convention par laquelle chacun accepte de renoncer à l'exercice de sa force et de sa liberté individuelle à condition que tous en fassent autant. On parle donc de la base d'une société et de ce qui l'éloigne de la loi de la jungle

Le fruit du travail devrait être partagé de façon, non égale mais équitable entre ceux qui travaillent et ceux qui possèdent, les capitalistes.
Le gouvernement a le devoir de s'assurer de la bonne répartition des fruits du travail d'un pays. En Israël cette répartition n'est pas assurée, le pacte social n'est pas respecté.

5 générateurs de pauvreté ont été identifiés dans le pays :

1 - Politique de taxation
2 - Manque de concurrence
3 - Pillage des ressources naturelles
4 - Corruption
5 - Habitat, transfert de fonds d'une population à l'autre
6- Politique de taxation
7 - Plus on est petit plus on paie
Plus les entreprises sont grosses moins elles paient. Ce qui veut aussi dire que moins elles gagnent, plus elles paient.

Chiffres à l'appui des taxes payées par les plus importantes entreprises en Israël

Chiffres à l'appui des taxes payées par les plus importantes entreprises en Israël

En Israël plus une entreprise est grosse moins elle paye ses taxes. TEVA

En Israël plus une entreprise est grosse moins elle paye ses taxes. TEVA

 

L'impôt sur le bénéfice payé par les plus grandes entreprises israéliennes est compris entre 0,3% et 1,6%. Lorsque Intel exporte tout ce qu'il fabrique, il ne paie aucune tva à Israel. C'est la loi.
Les royalties payées à Israël par le monopole du ciment sont de 0,8%, Les usines d'exploitation de la Mer Morte (qui risquent bien entendu de fuir Israël !) sont exonérées de taxes et royalties pendant 20 ans. Combien payez vous d'impôts sur ce que vous gagnez ?
Royalties : droits à payer sur les profits réalisés suite à extraction des ressources naturelles d'un pays.

Pourquoi les grosses entreprises israèliennes ne paient pas de taxes

Pourquoi ces entreprises israèliennes ne paient pas de taxes

Pourquoi les entreprises les plus importantes ne paient pas de taxes

La loi concernant l'encouragement à l'investissement de capitaux en Israël a été écrite dans les années 50 pour promouvoir le développement de nouvelles usines en périphérie, Galilée, Negev etc... L'Etat octroyait une subvention d'un tiers de l'investissement.

Dans les années 90, la loi a été amendée en faveur des possesseurs de capitaux. La subvention a été remplacée par un allègement / annulation des impôts sur le bénéfice. De plus, l'obligation d'aller s'établir en périphérie a été levée.

En 2005, lorsque Benjamin Netanyahou était ministre des finances et Ehud Olmert ministre du commerce et de l'industrie, toutes les conditions ont été supprimées. Et l'obligation de soumettre un plan d'investissement préalable a été levée. L'autorité de taxation a donc exonéré toutes les entreprises qui répondaient à ces nouvelles conditions.

Lorsqu'en 2005 il fut décidé que toute entreprise multinationale dont le siège était en Israël obtiendrait une exonération totale de taxes et impots, on pensait faire affluer les capitaux étrangers.

Quel fut le résultat ? Microsoft n'est pas venu, Amazon n'est pas venu, General Electrics n'est pas venu. En revanche, TEVA, obtient une exonération quasi totale de taxes et impots (0,3%). Ceci fut acté au détriment des biotechnologies israéliennes émergentes qui donc ne pouvaient plus concurrencer TEVA.

Ceci est fait en toute légalité et transparente, déclare Haim Horowitz du bureau de TEVA

Ceci est fait en toute légalité et transparente, déclare Haim Horowitz du bureau de TEVA

Les dérives

La réforme de 2005 a potentialisé des effets hors contrôle.
En 95, l'Etat accordait 1/2 milliard de nis aux possesseurs des grandes usines, en 2012, cette somme était multipliée par 16. Les entrepreneurs bénéficiaires ont été à 70% ceux des grandes agglomérations de la région centre du pays. Les entrepreneurs des régions en voie de développement, Negev et Galilée, ceux pour qui avaient été écrite cette loi n'en ont profité qu'à hauteur de 30%.

Quatre entreprises ont obtenu 70% des exonérations accordés par l'Etat : Teva, Intel, Checkpoint, Israel Chemicals. Ces 4 entreprises ont occasionné à l'Etat d'Israël un manque à gagner de 125 milliards de nis.

De plus l'autorité de taxation n'a jamais été mandatée pour le contrôle de l'implémentation de cette loi. La loi qui a permis l'évaporation de 125 milliards de nis a été supervisée par un employé à mi temps du ministère des finances.

La réforme de 2005 censée encourager les investissements étrangers en Israël et développer Dimona et Kyriat Shmona a également accepté que les entreprises investissent à l'étranger.
Les 4 entreprises les plus importantes du pays investissent 40 milliards de nis à l'étranger.
Teva acquiert des entreprises au Japon et construit ses usines en Hongrie pour un total de 21 milliards de nis.

Pour la mer morte ce n'est pas seulement l'eau qui s'évapore

Le ministère des finances missionne un pool de 60 fonctionnaires pour la vérification des versements des grandes entreprises. Israel Chemical (usines de la Mer Morte) doit à l'Etat d'Israël, donc à tous les israéliens, des royalties sur chaque kilo de matériau extrait du sol, potasse, bromure etc...

 Dans l'exercice de ses fonctions, Yaron Zelekha découvre que Israel Chemical n'a jamais été audité. L'Etat n'a jamais réclamé quoi que ce soit à Israel Chemical.
Dans le même temps, les journalistes annoncent au journal télévisé qu'Israel Chemical réalise un profit de 30% supérieur à l'année passée. Israel Chemical est sous la direction des frères Ofer.

Les frères Ofer propriétaires des usines de la mer morte en Israël

Les frères Ofer propriétaires des usines de la mer morte en Israël

 

Le ministère des finances argue que Israel Chemical s'est trompé dans le calcul de ses royalties. Ces erreurs auraient réduit les royalties de plusieurs centaines de millions de nis. La procédure judiciaire durera 9 ans. En 2014, le ministère des finances réclamera finalement 300 millions de $ à Israel Chemical.

Concernant le particulier, le ministère des finances ne renonce à rien. Comment se fait il que le ministère n'ait jamais réclamé une telle somme ? Le prof Yaron Zelekha soupçonnera les fonctionnaires du ministère affectés à la gestion de ces grandes entreprises d'être les amis et la famille de ceux qui possèdent ces entrepris

  • Manque de concurrence

Il y a manque de concurrence lorsque trop peu d'entreprises produisent et vendent tous les produits et services disponibles. Le résultat est l'augmentation des prix.

  • Cartes de crédit en Israël

Dans les états occidentaux, les banques se concurrencent entre elles, et les cartes de crédit concurrencent les banques. En Israël 3 banques se partagent près de 80% du marché : Hapoalim, Léumi, Discount. Les cartes de crédit sont des filliales des banques, respectivement IsraCard, Leumi Card, Cal.

Les taux d'intérêt sont de 9, 13 et jusqu'à 15%. La loi fixe le taux d'intérêt maximum des organismes de crédit à 7,8%. Les banques et les cartes de crédit passent à travers cette limitation.

. Coût des produits alimentaires

Il est 20 à 25% plus élevé qu'en Europe. 5 entreprises se partagent 48% du marché des denrées, Telma, Osem, Tnuva, Coca cola, Strauss Elite. Les 52% restants sont partagées par 1108 petites entreprises.Note : ce qu'on constate ici par rapport à la France c'est plutôt un gap de 200 à 300%.

Les 5 compagnies qui contrôlent le marché des produits alimentaires en Israel

Les 5 compagnies qui contrôlent le marché des produits alimentaires en Israel

 

Pour constater une situation de monopole dans un supermarché, retourner l'emballage, regarder les étiquettes. Cf vidéo au dessus

 - Yotveta = Strauss. Fuze Tea est géré par coca cola

 - Marques de lait : Strauss, Tnuva et Para. Et il s'avère que Para est géré par coca cola.

 - Monopole de Tnuva : 71% du lait, 81% du lait uht, 90% du beurre.

 - Mayonnaises : Telma et Hellman's. Et il s'avère que Hellman's en Israël est géré Telma. Donc Telma entre en compétition avec Telma.

 - Soupes Telma, Osem et Knorr. Et il s'avère que Knorr est importé par Telma.

- Monopole de Telma : 60% du marché des céréales, 77% des soupes.

 - Cornflakes : Telma, Nestlé. Nestlé est importé par Osem.

 - Pates : Osem et sous marques Osem.

- Monopole de Osem : 47% du marché des snacks, 56 % du marché des pates, 74% du lait pour bébé.

- Monopole de Strauss Elite : 47% du café instantané, 78% du café, 61% du miel.

Montant des taxes sur la viande en Israël

Montant des taxes sur la viande en Israël

Taxes sur les fromages importés

Taxes sur les fromages importés

 

L'état israélien gagne 0,00% sur l'importation. Pourquoi taxer aussi lourdement ? Personne ne peut importer en israël. Cela entraverai la compétition contre les monopoles des 5 grandes entreprises qui se partagent le marché.  Et où vont ces taxes ? 

  • Marché de l'automobile

Aux usa, des dizaines de revendeurs et d'importateurs se partagent le marché Mazda pour ne citer qu'une seule marque. En Israël une personne importe les deux marques Mazda et Ford. Cette personne est aussi l'importateur exclusif de toutes les pièces de rechange et est propriétaire de la plupart des stations services. Tout ceci avec la bénédiction du ministère des transports.

En 2012, Yaron Zelekha est missionné par le gouvernement pour former un comité d'enquê sur la concurrence sur le marché de l'automobile. L'équipe découvrira 52 mesures empêchant la libre concurrence.
5% des recommandations émises par l'équipe seront retenues, la loi qui en découlera sera tellement non significative qu'à la Knesset, aucun lobbyiste n'y trouvera rien à objecter, la loi passera à l'unanimité.

  • Conclusion Israël est l'un des pays les moins compétitifs du monde. Classé 141 sur 148 pays, Israël se situe dans le peloton des républiques bananières, Ethiopie, Haiti, Tchad, Mongolie. La Lybie se trouve devant Israël. Pour l'indice de lutte contre les monopoles : Israel est classé 109.  Les raisons se trouvent au gouvernement.

Traduction et transcription de cette conférence: David Doukhan 

Suite du dossier dés mercredi restez connecté ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos réactions

  1. ELSEGALLERY@GMAIL.COM'אליאן לזמי

    Bravo pour ce travail de traduction . Il serait bien peut etre de faire traduire la video de magash a kesef en francais . uNe autre video sur l’affaire de l’arnaque de notre gaz est passionante . merci a alliance d’informer les francophones de la realite israelienne . que notre pays ne ns appartient plus

    Répondre

Répondre à אליאן לזמי Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi