Les prières d'Israël pour les civils syriens

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les prières d'Israël pour les civils syriens

Lors d'un office de Shabbat à Tel-Aviv vendredi soir, les fidèles ont récité la prière du deuil pour les victimes de la guerre civile syrienne.

Debout devant une peinture murale de l'Arbre de la vie, le rabbin de la synagogue de Beit Daniel, a prononcé un sermon sur l'obligation juive de condamner la sauvagerie de la guerre. Un jeune bar mitzvah a mené une prière pour la paix en l'honneur du peuple syrien, que les Israéliens a longtemps considéré comme ennemi.

"Lorsque vous incluez une chose dans vos prières, vous la poussez à un niveau de conscience plus élevé", a déclaré Gilad Kariv, membre de Beit Daniel. "Nous avons déclaré que le peuple syrien était enraciné dans la partie la plus profonde de notre âme en tant qu'individus et en tant que communauté".

Des juifs israéliens libéraux et orthodoxes ont adapté leurs prières de Pessah (Pâque) pour faire face à la tragédie qui se déroulait juste à leur frontière nord. Ils ont trouvé l'inspiration pour prier pour les Syriens dans l'histoire de la fête, que certains Juifs ont longtemps interprétée comme exhortant à la sympathie pour les opprimés - et même pour l'oppresseur.

Kariv a expliqué que si les héritiers de cette tradition juive pouvaient trouver la place de pardonner aux égyptiens bibliques, les Israéliens pouvaient certainement sympathiser avec les Syriens, contre qui ils ont combattu et avec qui ils n'ont jamais fait la paix.

Les résidents palestiniens du camp de réfugiés de Yarmouk dans le district de Damas de Syrie lord d'une manifestation exprimant leur volonté de rester à l'intérieur du camp.

Les résidents palestiniens du camp de réfugiés de Yarmouk dans le district de Damas de Syrie lord d'une manifestation exprimant leur volonté de rester à l'intérieur du camp.

Une prière pour les syriens a également tourné en ligne avant la Pâque. Écrite en 2013 par le rabbin sioniste religieux Yuval Cherlow, elle exprime: «Nous vous prions d'éveiller l’humanité fondamentale des tueurs et d'évoquer la miséricorde dans leurs cœurs, afin qu'ils reconnaissent que nous sommes tous créés à l’image de Dieu, et qu'il y a des limites même à la cruauté humaine ".

En ce qui concerne le sentiment accablant dans ce pays, Cherlow a déclaré qu'Israël n’avait pas vraiment d’autre option que de maintenir sa politique de non-intervention en Syrie. La plupart des Israéliens se sentant impliqués ont un champ d’action limité car ils risquent d'encourir la colère du président syrien Bashar Assad et de ses partisans, l'Iran, le Hezbollah et la Russie, ainsi que des groupes rebelles islamiques radicaux, y compris l'Etat islamique, qui cherchent à le renverser.

À la suite de l'attaque chimique, Israël a discuté de la possibilité d'admettre au pays certains Syriens blessés, en particulier les enfants, pour des soins médicaux. La perspective d'un plan israélien d'accorder l'asile à quelque 100 enfants orphelins dans la guerre civile syrienne a également fait les manchettes cette année. On s'attend à ce que le secteur arabe absorbe les réfugiés.

"Depuis 2015, au moins 100 000 Palestiniens ont fui la Syrie en Europe et vivent dans des conditions difficiles", a déclaré Ziad Al-Aloul, responsable du Forum palestinien en Europe. Il a également mentionné qu'en 2015, quelque 500 000 Palestiniens ont fui leurs maisons vers des camps de réfugiés palestiniens en Syrie.

"Les Syriens blessés sont une chose", a déclaré le ministre de l'Infrastructure, de l'Énergie et de l'Eau, Yuval Steinetz, à Radio Israël lundi. "Mais prendre des réfugiés est un autre problème, qui pourrait conduire le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas à exiger l'entrée de réfugiés palestiniens en Syrie en Judée Samarie".

Source : Arutz 7-Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi