Les petits de "sous" de l'Eurovision de Alexandre Blondin

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Eurovision les de sous de l'eurovision 2019

Avec l’argent petit concours deviendra grand

« Ce concours a pour but d’encourager la création de chansons originales et de stimuler par une confrontation internationale l’esprit d’émulation des auteurs et des compositeurs.»Tel était l’objectif de base de ce concours comme le rappelle le règlement initial de l’UER rédigé en 1955,et si le but premier était de rassembler l’Europe dans un concert des nations, l’Eurovision  est devenu depuis un véritable tremplin politique et commercial.

 

Dessin d'un de ses fans

Dessin d'un de ses fans

 

Au fil des ans, le concours a  grandi, s’est adapté, métamorphosé,  le nombre de pays représentés n’a cessé d’augmenter, dépassant largement les frontières européennes. Ainsi, depuis sa création en 1956, 52 pays ont déjà participé au moins une fois au concours et 26 d’entre eux l’ont déjà remporté.

Ces contributeurs financiers tous membres actifs de l’UER se répartissent sur les quatre continents : l’Europe, l’Asie, l’Afrique et l’Océanie.

L’Union européenne de radiodiffusion (UER), organisatrice de l’événement, a modifié en 2016 le règlement à ce sujet.

La rubrique « Quels pays peuvent participer ? » stipule désormais que « les membres associés » à l’UER peuvent être éligibles pour intégrer le concours.

« C’est au Conseil d’administration de l’Eurovision d’en décider au cas par cas.»
Dans les faits, cette modification permet surtout de mettre le règlement en phase avec le cas de  l’Australie, qui participe au concours depuis 2015  en tant que « pays invité », alors que son statut de « membre associé » à l’UER  et non de « membre actif » jusqu’alors ne le lui permettait pas.
Il s'agissait alors nous précise-t-on d'une participation à titre exceptionnel, en l'honneur des soixante ans du concours.
L’Australie fut invitée à concourir et obtint une qualification automatique pour la finale ?

Cela voudrait dire qu’en 2015, l’UER avait accordé de bonne grâce mais à quel prix ?l’autorisation de participer à l’Australie, un pays non-membre actif, violant ainsi la réglementation en vigueur de sa propre organisation !

Tout cela n’est pas très clair et sous des abords administratifs lisses d’une organisation internationale basée au Grand-Saconnex, commune du canton de Genève, on nage parfois en eaux troubles et à contre-courant.

Sources :https://www.20minutes.fr/culture/1946407-20161020-eurovision-etats-unis-bresil-iran-peuvent-desormais-participer-concours

Des chiffres qui donnent  le vertige !

Le budget de l’édition 2019 à Tel Aviv (Israël) est estimé à 28,5 millions d’euros environ.
L’édition 2018 à Lisbonne (Portugal) avait couté 23 millions d’euros

La chaîne nationale de télévision KAN, a contracté un emprunt gouvernemental de 16,5 millions d’eurospour assurer l’organisation du concours. La ville de Tel Aviv  devrait contribuer à une partie des dépenses (notamment sur les infrastructures du site principal et de l’Eurovision Village).

Les billets d’entrée, les produits dérivés et les parrainages devraient rapporter environ 12,5 millions d’euros, selon une estimation approximative de la KAN.

Tensions budgétaires sur la «sécurité»

C'est une difficulté supplémentaire dont se serait bien passée l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER) : les préparatifs en vue du Concours Eurovision 2019 ont été interrompus dans le Centre des Expositions de Tel Aviv (Israël) qui accueillera l'événement en mai prochain.
En cause : l'arrêt des contrôles de police sur les différents équipements installés dans la salle, faute de financement.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou a finalement accepté, dans la soirée du lundi 1er avril 2019, de financer les coûts de sécurité. La décision a été prise par le directeur général du ministère, Yoav Horowitz, et met fin à la crise qui avait obligé l'arrêt des préparatifs en vue du Concours Eurovision à Tel Aviv. Les répétitions devraient débuter dans les premiers jours de mai.

MADONNA sa présence est  confirmée

La star mondiale américaine débarquera selon nos sources le 15 mai prochain à Tel Aviv, accompagnée par une équipe ou plutôt une véritable « armée » de 65 personnes
(danseurs compris, nous indique-t-on !)

Selon la presse israélienne, la prestation de Madonna coutera environ1,3 million d’euros ,financée par le milliardaire israélo-canadien, Sylvan Adams.
L’excès des dépenses et l’indecense du star-system n’a pas de limites.
Lors de la finale du 18 mai, juste avant le déroulement des votes,Madonna interprétera deux chansons, une de son répertoire et un titre inédit de son prochain album.

Mais l’Eurovision a-t-elle besoin de Madonna et Madonna a-t-elle besoin de l’Eurovision ?

La réponse est OUI pour les 2 interrogations.Les intérêts sont interactifs et si ce n’était pas le cas la star mondiale ne se déplacerait pas.

L’Eurovision contrairement aux idées reçues et en tout cas d’après les chiffres des analystes s’essoufle. Le concours est en perte de vitesse et d’audience en terme de statistiques.

Par le passé il arrivait à atteindre des scores de 400 millions de téléspectateurs voire plus avec la participation de seulement 18 à 20 pays et sans l’existence des réseaux sociaux !

Compétition européenne retransmise à travers le monde. L’UER autorise depuis 2015 l’Australie à y participer. En 1973, l’entrée dans la compétition d’Israël premier pays non-européen avait alors créé une véritable polémique. Ce fut ensuite au tour de la Turquie en 1975 et du Maroc, qui fit une seule apparition en 1980, et qui garde un très mauvais souvenir de son incursion  dans le concert européen.

L’avant-dernière place du pays avec seulement quelques points, fut une cruelle déception pour la télévision publique marocaine, qui prit la décision de ne plus jamais participer au concours.

La chanson interprétée en arabe par la très populaire Samira Saïd,  était pourtant un message de paix adressé à Israël et aux pays arabes. Le Maroc est l’unique pays d’Afrique à avoir participé au concours. L’Eurovision a du mal aujourd‘hui à atteindre 200 millions  de téléspectateurs malgré l’élargissement à plus de 40 pays,  l’entrée des pays de l’Est depuis 1993 dont la Russie et de l’Australie depuis 2015.

Question de rentabilité sans doute, L’UER a décidé de lancer un Concours Eurovision Asie de la chanson, une réplique du concours version asiatique et envisage même une version américaine à l’avenir. La présence de Madonna est donc une véritable aubaine pour l’UER d‘augmenter par la présence de la star mondiale l’audience de l’édition 2019 et susciter l’intérêt de téléspectateurs américains, qui ne connaissent pas vraiment ce qu’est ce concours européen de la chanson.

Sources :http://www.toutelatele.com/eurovision-la-verite-sur-les-audiences-du-show-en-europe-100035

Quant à Madonna, reine intemporelle de la pop music, même si son aura reste intact et toujours aussi attractif, elle sait qu’il lui faut redoubler de vigilance et de visibilité médiatique pour résister aux nouvelles stars montantes du paysage musical mondial.

L’audience internationale et l’impact événementiel que représente le plus grand show mondial télévisuel ne peut que conforter la popularité de la star américaine et promouvoir son image à travers le monde.

Madonna, talentueuse et sulfureuse mante religieuse de nos pulsions, saura une fois encore déchaîner les passions et transporter les millions de téléspectateurs de l’Eurovision vers de nouveaux horizons.

Rien n’est jamais gagné d’avance

Esprit de contradiction, provocation volontaire ou caprice de star ?

Certaines tensions entre Madonna et l’UER seraient intervenues ces dernières semaines à propos politiques contenus dans sa nouvelle chanson, ce à quoi se serait opposé l’UER, organisateur en charge du règlement du concours.

On connaît la détermination, l’intelligence et la réflexion sur le choix des engagements et des contradictions de la star qui a finalement signé le contrat pour se produire sur la scène de l’Eurovision.

Reste à savoir comment et sous quelle forme d’interprétation cette magicienne instinctive de la scène transgressera les interdits ?
Réponse en direct  le 18 mai prochain à Tel Aviv !

« Des allusions politiques dans une chanson, cela peut faire sourire lorsque l’on analyse les éditions d’un concours qui a depuis toujours véhiculé des messages politiques et offert  l’opportunité aux pays participants d’exprimer leurs contestations et leurs revendications à l’international.»

Le règlement du concours stipule je cite « il est interdit d’inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable. Il est interdit d’inclure toute insulte ou tout langage inacceptable. »

Les messages inquiétants du groupe islandais Hatari « La haine vaincra » ceux plus dissimulés de la chanson « Ils brûlent »présenté par les Tulipes « noires » de la  Pologne, ne semblent pourtant pas inquiéter plus que cela les têtes bien-pensantes de l’UER qui les ont sans doute accepté par précaution ou par intérêt.

Si un appel à la haine,  à la violence, à la destruction de l’Europe ou un message antisémite conciliant le triste souvenir du masque de la Shoah, ne sont pas de nature transgressive i faut que l’on m’explique où commence et où s’arrêtent les limites d’un règlement qui ne respecte pas les valeurs de ses propres fondements !

Sources : http://www1.alliancefr.com/actualites/les-detonations-de-leurovision-2019-a-tel-aviv-6075941

Pas de place pour les petits budgets

Il est regrettable que de petits radiodiffuseurs comme Andorre, Monaco, le Luxembourg, ne puisse plus y participer pour la cause principale d’amortissement de leur budget. La Bulgarie qui devait participer cette année a été obligée de retirer sa contribution pour ces mêmes raisons financières !

La chaîne RTL Luxembourg n'envisage pas de participer. « Ce n'est pas envisageable pour le moment, tant que les critères de participation ne changent pas. », leur a déclaré Steve Schmit, le directeur des programmes. En cause, le financement de la participation et/ou d'une éventuelle victoire.

« Nous ne pourrons pas supporter les frais »,précise-t-il.

Et comme l’ UER n’a pas encore prévu de fonds solidaires pour les pays les plus pauvres, la loi des plus riches s’impose aussi en chansons.
Pour preuve, les 5 plus gros contributeurs financiers  (Allemagne, France, Espagne, Italie, Royaume-Uni) ne passent pas les étapes éliminatoires, et sont sélectionnés directement pour la finale, même s’il présente une chanson de qualité « contestable ».

La Turquie qui boycotte le concours depuis 2012, s’est élevé publiquement contre cette injustice. Mais tout s’achète dans notre monde capitaliste et l’Eurovision est devenue un business économique et de rentabilité commerciale.

Source : https://www.programme-tv.net/news/evenement/eurovision-2017/88758-eurovision-le-luxembourg-bientot-de-retour-le-debat-officiellement-ouvert-mise-a-jour/

Tentatives de participation avortées

Jusqu'à présent, trois pays ont tenté de concourir, mais ont vu leur tentative échouer : le Liechtenstein, en 1976 et en  2010 , la Tunisie, en 1977 et le Liban, en 2005.

En résumé, en conclusion

« Money, Money, Money » l’un des grands succès du mythique groupe ABBA, qui lui aussi avait bravé  et remporter l’Eurovision en 1974 avec la chanson sur la bataille de  «Waterloo». Rappelons que le groupe  à vendu depuis sa victoire plus de  350 millions de disques et fut même coté en bourse ! Comme quoi l’Eurovision peut vous rendre riche, très riche. Tout est toujours  question d’argent.

Voilà qui est de bon augure pour la chanson italienne de cette année «Argent »… Une chanson qui elle aussi à susciter quelques remous politiques en Italie.

Décidément on revient toujours à la politique et à l’argent.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi