Les Maldives en 2019 ? La destination est de nouveau en vogue

Actualités, Bonnes adresses, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Makunudu Les Maldives en 2019 ? La destination est de nouveau en vogue

LES MALDIVES EN 2019 ? La destination est de nouveau en vogue !

Après avoir soulevé une vague d’indignation auprès des médias, des opérateurs du voyage (allant jusqu’à appeler au boy- co en 2014) et des touristes du monde entier en raison de sa politique intérieure, l’archipel des Maldives est désormais en pleine révolution politique et écologique, et ce, depuis l’élection surprise d’un candidat d’opposition à la présidentielle de septembre 2018.

Makunudu Les Maldives en 2019 ? La destination est de nouveau en vogue

Makunudu Les Maldives en 2019 ? La destination est de nouveau en vogue

Véritable espoir pour cette petite république de l’Océan Indien dont 40% du PIB provient du tourisme sur ses atolls.

Le nouveau président des Maldives, Ibrahim Mohamed Solih, élu au su rage universel, promet l‘abolition de la charia, une meilleure gestion des déchets et le retour des droits de l’Homme. Acteur du changement, l’homme d’Etat veut incarner le renouveau tant a endu pour ce e nation tant sollicitée par les touristes.

Les Maldives ont d’ailleurs enregistré un nouveau record de fréquentation l’an dernier, avec 1,4 million de touristes. Plusieurs grandes chaînes hôtelières (LUX* Resorts, Accor, Riu, Hilton, Hard Rock) y ont ouvert un nouvel établissement et les liaisons aériennes se multiplient. La destination est donc de nouveau en vogue !

Un Président progressiste élu : l’espoir d’une nouvelle démocratie

Fin 2018, les Maldiviens élisent leur nouveau président : Ibrahim Mohamed Solih, fondateur du Parti démocrate en 2003 et ancien membre de l’opposition au régime autoritaire de Maumoon Abdul Gayoom, ex-dictateur qui a plongé le pays dans une vague de répression pendant 30 longues années.

Le nouveau président œuvre à réformer le système législatif, la justice, mais aussi les droits humains en abolissant les lois répressives et en rendant à la société civile l’accès et l’égalité pour tous aux biens publics.

Ibrahim Mohamed Solih a également émis le souhait de réintégrer la nation dans le Commonwealth, une assemblée d’Etats de droit garantissant le respect et l’application de la démocratie et des droits humains. Une révolution pour la nation dont le passé politique est aussi trouble que chaotique.

La fin d’un régime autoritaire salafiste : le Conseil européen révoque ses sanctions

Sous le régime de l’ancien président, les opposants politiques étaient emprisonnés, la justice corrompue, la charia rétablie.
Le récit d’événements horrifiants relayés par la presse mondiale a su alerter les groupes hôteliers installés dans les atolls.

Parmi eux, le célèbre milliardaire Sir Richard Branson, propriétaire de nombreux hôtels de luxe pour familles à travers le monde, avait menacé de retirer les activités du groupe Virgin de l’archipel si les exécutions des enfants, condamnés à la peine capitale alors qu’ils étaient mineurs, étaient maintenues.

Depuis la passation de pouvoir, les choses se sont nettement améliorées sur le territoire maldivien. Non seulement, le nouveau président a engagé des enquêtes pour corruption et détournements de fonds réalisés au cours du mandat de Yameen, mais il a aussi libéré les prisonniers politiques et appelé les opposants politiques en exil à réintégrer le pays, sans oublier que des élections parlementaires démocratiques et pacifistes se sont tenues le 6 avril 2019 à Malé.

A la lumière de ces événements, le Conseil européen a décidé de révoquer le cadre de sanction en vue de mesures restrictives à l’encontre des Maldives, adopté l’été passé.

Ces sanctions visaient l’interdiction de pénétrer le territoire de l’UE aux « personnes et entités responsables d’actes portant atteinte à l’État de droit ou faisant obstacle à la recherche d’une solution politique inclusive aux Maldives, ainsi qu’aux personnes et entités responsables de violations graves des droits de l’homme. »*. Une action parmi d’autres qui encourage les amateurs de destinations paradisiaques à reprendre la route des Maldives.

* Sources : Consilium Europa (1), Le Routard, Amnesty International, Le Figaro.

L’éveil des consciences écologiques avec une meilleure gestion des déchets et l’implication des îles hôtel

A ce jour, il n’existe pas encore de système de tri normé responsable et efficace dans la république.

La gestion des déchets est d’autant plus complexe qu’il s’agit de coordonner 1 190 îles et 22 atolls, uniquement joignables par la mer et parfois inhabités.

Heureusement, les Maldiviens ont récemment pris conscience de l’urgence environnementale. Dès leur plus jeune âge, les enfants des îles sont invités à rejoindre des associations locales œuvrant pour la préservation de leurs terres à travers des actions de recyclage. Les écoliers ramassent ainsi chaque jour en compagnie de leurs enseignants et bénévoles les déchets abandonnés sur les plages de la capitale.

Premier pays du globe menacé par la montée des eaux, les Maldives abritent une centaine d’hôtels de luxe pieds dans l’eau, installés dans les lagons des atolls. Désireuses de participer elles aussi au changement, les chaînes hôtelières sensibilisent leurs clients à la préservation des écosystèmes des Maldives, en commençant par la protection des espèces sous-marines menacées. Parmi elles, on compte notamment les tortues et les coraux, respectivement victimes de la surpêche et du réchauffement climatique.

Des laboratoires orchestrés par des biologistes du monde entier s’installent désormais sur les îles hôtels. Ils travaillent entre autres sur les greffes de coraux ; une collaboration justifiée et inévitable pour les îles hôtels qui dépendent entièrement de la survie des récifs. Si les coraux venaient à disparaître, les vagues (sans obstacle pour restreindre leur puissance) accéléreraient l’érosion des rives et in fine l’immersion des atolls.

En conclusion

Cette élection (peu médiatisée) est une formidable chance pour les Maldives de retrouver un système politique démocratique et un véritable espoir pour la population locale qui vit principalement du tourisme.

La révolution politique et écologique est en marche aux Maldives et chacun de nous doit en être l’acteur à sa façon !

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi