Les guides touristiques palestiniens diffusent des mensonges anti-israéliens

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les guides touristiques palestiniens diffusent des mensonges anti-israéliens

« Ce que les Allemands ont fait aux Juifs il y a 70 ans, les Juifs nous le font maintenant. » Cette phrase est assez répandue parmi les Palestiniens, mais imaginez qu'elle a récemment été proférée par des guides touristiques Palestiniens à Yad Vashem, à l'attention de touristes étrangers.

Yad Vashem n'est pas le seul endroit où les guides Palestiniens font passer des messages anti-israéliens. Ce phénomène est assez répandu, et les guides utilisent leur accréditation professionnelle pour encourager l’incitation anti-israélienne à l’intérieur des frontières du pays. Leur certification leur est octroyée par le ministère du Tourisme, conformément à l'Accord de Paris dans le cadre duquel l’Etat d’Israël s’est engagé à permettre aux guides touristiques Palestiniens certifiés de travailler dans le pays.

« Le problème se pose principalement avec les Palestiniens, mais parfois aussi avec des guides arabes israéliens », dit A., un guide touristique. « Le guide accompagne des groupes de touristes pour des visites qui durent de un à dix jours.  Il est leur mentor. Ce qu’il dit à propos de la population et des lieux et la manière dont il le dit, seront marqués au fer rouge dans l'esprit du groupe.

Tzvi Herfez, un guide fort d’une expérience de 28 ans, dit qu'il a entendu plus d'une fois les dirigeants palestiniens diffamer Israël, en particulier à Yad Vashem. « Ce phénomène est connu dans le monde du tourisme depuis de nombreuses années », dit-il, « J’ai moi-même entendu un guide prononcer cette phrase à l'attention d'un groupe de touristes catholiques américains, et je ne suis pas le seul. »

Touristes, choisissez bien votre guide!

Touristes, choisissez bien votre guide!

Mais selon les guides, Yad Vashem est loin d'être le seul endroit où cette fausse propagande est diffusée. A. indique que dans la vieille ville de Jérusalem, les guides Palestiniens et Arabes israéliens disent aux touristes que les Juifs n’ont aucun lien avec les lieux.

« Ils disent que les Juifs ont émigré ici de différents pays il y a 100 ans et que bien sûr, ils ont volé les terres aux arabes et les ont privés de leur liberté de culte. Si un touriste intelligent pose des questions au sujet des découvertes archéologiques, il obtient en réponse que les Juifs sont des conspirateurs et qu'ils ont astucieusement inséré des découvertes archéologiques. J'ai entendu ces mots plusieurs fois. Parfois, vous démentez à haute voix, et parfois vous ravalez vos paroles parce que vous n'avez plus la force de vous disputer à nouveau».

« Imaginez 10 jours d’un tel lavage de cerveau », ajoute A. Rentrés chez eux, les touristes postent leurs photos et leurs commentaires sur les réseaux sociaux et abreuvent leurs amis des connaissances transmises par leur guide palestiniens. C’est l’industrie du BDS et c’est nous-même, de nos propres mains, qui laissons tout cela se produire ».

Ainsi, les guides Palestiniens ont un permis pour travailler à l'intérieur d'Israël. Mais pourquoi les agents touristiques préfèrent embaucher des guides palestiniens? La raison est simple: l'argent.

« Le coût d'un guide israélien est de 225 dollars par jour et un guide palestinien coûte la moitié, et parfois même moins », explique A. « Sans parler des chauffeurs, qui en règle générale travaillent au noir à Jérusalem-Est et dans les territoires».

Le ministère du Tourisme a dit en réponse: « Il est ici question de 0,5% des guides touristiques en Israël. Le ministère du tourisme fait des inspections et s’il s’avérait qu’un guide se rendait coupable de violations éthiques et de diabolisation, il serait immédiatement révoqué ».

Source : mako.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi