Les Etats-Unis un appétit de plus en plus prononcé pour les produits halal

Actualités - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
(© American Halal Company)

L’entrepreneur du secteur alimentaire Adnan Durrani constate que les Américains ont un appétit de plus en plus prononcé pour les produits halal.

(© American Halal Company)

Le mot halal, en arabe, désigne ce qui est autorisé. Ainsi, la nourriture halal est préparée dans le respect du droit islamique, notamment avec des méthodes humaines d’abattage des animaux. Mais ce qui séduit M. Durrani dans la production halal va plus loin : pour lui, cela se rapproche des valeurs qui l’ont attiré, au départ, vers le mouvement « NOSH » (naturel, bio, durable et sain). Et c’est aussi une opportunité de faire quelque chose de bien. « Comment traitez-vous vos employés et distributeurs ? Que faites-vous pour les autres ? Est-ce que vous vous contentez de vous gaver de profits ou bien est-ce que vous faites profiter les autres ? »

L’entrepreneur du secteur alimentaire Adnan Durrani

L’entrepreneur du secteur alimentaire Adnan Durrani

Durrani a été l’un des premiers membres du Social Venture Network, un réseau de soutien mutuel pour les PDG qui souhaitent voir un équilibre entre profit et responsabilité sociale. Parmi ses modèles figurent les propriétaires de sociétés comme Ben & Jerry’s, Patagonia et Seventh Generation.

« Leurs valeurs étaient très semblables à celles de ma foi, c’est-à-dire de générer un profit raisonnable […] mais aussi de payer des salaires décents et de redonner à la terre », explique M. Durrani.

Les ventes de sa société s’élèvent à 50 millions de dollars par an, et plus de 80 % de ses clients sont des personnes non musulmanes en quête d’une nourriture naturelle, avec des ingrédients plus sains. Sa réussite n’est pas sans rappeler le célèbre slogan publicitaire pour les hot-dogs kasher de la marque américaine Hebrew National : « Nous répondons à une autorité supérieure ».

Parmi ses activités passées, comme son entreprise Vemont Pure Spring Water ou ses gros investissements dans les yaourts Stonyfield et dans un cookie sucré au jus de fruit, aucune n’était halal ni ne ciblait en particulier les clients musulmans aux États-Unis.

Mais suite à des études de marché, M. Durrani a compris que les exigences alimentaires des Américains musulmans étaient négligées dans les supermarchés, tout comme l’étaient celles des Américains d’origine hispanique à une certaine époque. « C’est comme cela que j’ai décidé de me lancer sur le marché de niche du halal », confie-t-il.

La société de M. Durrani fait des dons à des banques alimentaires, des foyers d’accueil et à des œuvres de charité qui travaillent auprès de personnes en détresse. Elle réserve 2 % de ses ventes aux organisations caritatives pendant le ramadan, le mois saint qui a débuté le 15 mai cette année aux États-Unis.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi