Les enfants israéliens ne sont pas très en forme

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les enfants israéliens ne sont pas très en forme

Les enfants israéliens ne sont pas en forme

Moins de jeux sur la pelouse, plus d'heures devant l'écran: une enquête de l'Organisation mondiale de la santé a révélé les habitudes de conditionnement physique des enfants israéliens. Un sur cinq n'a aucune activité physique .
La situation dans le secteur arabe est encore beaucoup plus grave.

Les étudiants israéliens font-ils assez de sport? Une branche de l'Organisation mondiale de la santé a interrogé 14 000 jeunes qui dressent un aperçu sans surprise des habitudes sportives des enfants israéliens. Selon les données de l'enquête, un enfant sur cinq ne pratique aucune activité physique, que ce soit dans la population moyenne ou chez les enfants issus de populations défavorisées où la situation est encore pire.

L'enquête a été initiée par le ministère de la Culture et des Sports par le bras d'étude du comportement de la santé de l'Organisation mondiale de la santé (HBSC). Elle a été réalisée en collaboration avec des instituts de recherche de Finlande, de Californie et du Portugal et a permis d’examiner les habitudes physiques et sportives de quelque 14 000 jeunes israéliens âgés de 11 à 18 ans.

D'après les résultats, 26,8% des étudiants au bas niveau socio-économique ne font pas plus de 60 minutes d'exercice  par jour. Deux fois plus élevé pour les étudiants à statut socio-économique élevé, parmi lesquels 14% seulement ne pratiquaient pas de sport pendant plus de 60 minutes au cours de la semaine.

La plupart des jeunes (plus de 70%) ont déclaré que les raisons pour lesquelles ils n'exercent pas à cause de leurs études et le manque de temps. Les étudiants ont également indiqué dans l'enquête qu'ils comprenaient l'importance de l'exercice et qu'ils l'auraient probablement fait s'ils avaient eu plus de temps libre.

Plus les enfants sont âgés, moins ils pratiquent de sport, plus ils passent d’âge à la télévision, à l’ordinateur, à l’école et à l’alimentation. Par exemple, environ 30% des élèves de sixième année passent au moins quatre heures devant la télévision et l’ordinateur. En huitième année  ce chiffre se situe autour de 40% et, entre onze et une douzième années, le chiffre le plus élevé est enregistré: entre 34% chez les garçons et 45% chez les filles assises pendant plus de quatre heures devant la télévision et l'ordinateur.

Selon BMI, 10% des enfants interrogés présentaient une obésité. De manière cruciale, dans tous les secteurs et sexes, les enfants de statut socioéconomique inférieur pratiquent beaucoup moins de sports.

Dans l’ensemble, les enfants ayant un statut socioéconomique faible pratiquent moins de sports qu’il ya cinq ans. Par exemple, il y a une augmentation de cinq pour cent (de 21,6 pour cent en 2014 à 26,8 pour cent l'année dernière) des enfants appartenant à des populations défavorisées et non sportives. En ce qui concerne la classe moyenne, il y a une légère augmentation de 1% (de 13% qui ne pratiquent pas de sport en 2014 à 14% l'année dernière).

Uri Ben-Yishai, 12 ans, de Mevaseret Zion, a déclaré: "Je joue au tennis deux fois par semaine, car ma mère m'a dit que je devrais faire du sport. Dans les jeux informatiques et regarder la télévision. "

Le ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev, a déclaré: "Le ministère de la Culture et des Sports a investi des budgets considérables dans la construction et le développement d'infrastructures et d'installations sportives destinées aux enfants et aux jeunes à des fins de loisirs.

Au cours des deux dernières années, des dizaines d'installations sportives, de halls et de terrains ont été inaugurés dans le cadre du programme des installations nationales. L'enquête montre qu'en plus de l'investissement, les jeunes et les enfants aiment l'activité physique, mais ont également besoin du soutien et des encouragements du ministère de l'Éducation, dans tous les cadres dans lesquels ils se trouvent. "

Le professeur Yossi Harel-Fish, chercheur principal au nom de HBSC en Israël de la School of Education de l'Université de Bar-Ilan, a ajouté: "Le questionnaire a été élaboré pour obtenir un aperçu des caractéristiques de l'activité physique et du sport chez les jeunes en Israël. Informations et mise à jour. Les mesures que nous avons utilisées dans le cadre de la recherche ont été réalisées en collaboration avec des équipes internationales telles que la Finlande, San Diego et le Portugal. "

 

 

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi