Les détonations de l'Eurovision 2019 à Tel-Aviv

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Les détonations de l’EUROVISION

 

Photo extraite du clip de la chanson polonaise, l’image parle mieux que les mots !

Quand plane l’ombre sinistre d’Auschwitz et du masque de la Shoah ! Que résonne un appel à la haine traduit en chansons.

L’Europe s’enflamme au son de vieux démons

Cette année plus que jamais, la 64èmeédition du Concours Eurovision de la chanson qui se déroulera en mai prochain à Tel Aviv en Israël, pays mythique dans un climat de tensions constantes a déjà suscité  depuis quelques mois certains remous d’avant-scène.
Mais le raz-de-marée de contestations se positionnera entre le 13 et le 18 mai, et bien au-delà…

Explosif ! le concours musical devient de plus en plus le détonateur de tensions et d’enjeux politiques entre les pays participants.
La soupe populaire eurovisuelle sera une nouvelle fois servie et bien servie,  avec des messages politiques forts  relayés par des interprétations dissimulées.

Le retrait de la Bulgarie, puis de l’Ukraine, pour des raisons politiques, l’absence volontaire de la Turquie qui dénonce «  un concours devenu immoral », la protestation des ultra orthodoxes sur le choix de Tel-Aviv, les appels au boycott dans plusieurs pays européens, ne sont rien face au thème de la haine choisi par l’Islande et celui de la Shoah sélectionnée par la Pologne.
Les détracteurs du concours cette année en auront pour leur argent, et pourront se délecter de la crédibilité de leurs revendications.

ISLANDE : Le risque d’une confrontation

Le groupe d’électro-techno hardcore, au look provocateur et aux attitudes  affirmées, représentant l’Islande, participera à la deuxième demi-finale le 16 mai prochain à Tel-Aviv et  interprétera la chanson "HATRIÐ MUN SIGRA"("La haine vaincra") en islandais, pour s'exprimer sur le sort de la population palestinienne.  Entre la violence du titre et des paroles loin d’être pacifiques, le groupe HATARI  (Haineux) signera une prestation très politique enfaveur de la cause palestinienne.

"Nous considérons le concours Eurovision comme un concours politique, et encore plus lorsqu'il se déroule en Israël ", ont-ils déclaré."Nous voulons être là pour transmettre notre message."

 Ils chantent"l'Europe s'effondre", "l'amour est mort", "la joie est une illusion" une chanson difficile à digérer tant par son message subversif que par le concept visuel de la performance, qui sera difficile à ignorer lors de la compétition de cette année.

Malgré le fait que toute manifestation politique soit considérée comme illégale* au Concours Eurovision de la chanson, le groupe revendique son intention de manifester sur scène contre Israël.
*On ose à peine à imaginer ce qui risquerait de se passer si elle ne l’était pas !

Avec ou sans rapport avec Israël, le groupe Hatari avait déjà provoqué une tempête en Islande à cause des messages durs contenus dans ses chansons et du look extrême de ses membres qui se présentent comme une formation BDSM (comprendre: bondage, disciples du sado-masochisme).Sa possible victoire pourrait amener un nouveau scandale à l’Eurovision.

POLOGNE : Un appel au pardon en chanson

La chanson "PALI SIȨ"(Ils brûlent) en traduction littérale par curieuse coïncidence parle de brulés, de solitude, d’abandon, de froid, de faim, d’esclavage, d’espoir et de survie ? Parle-t-on d’Auschwitz ?
La Pologne, voudrait-elle enflammer l’Europe par l’élégance dissimulée de ce quatuor féminin empourpré de sonorités modern folk qui chante à l’unisson " Ils brûlent" … mais QUI ???
Une évocation adroitement manipulée prétexte à attiser le feu d’un sujet brûlant, la Shoah !

Les paroles du texte subtilement dosées et juxtaposées transcrivent elles aussi par le choix des mots, une certaine ambivalence que le peuple polonais cherche impérativement à effacer de sa mémoire, pour afficher son déni et sa victimisation aux yeux du monde.Nous ne pouvons qu'être interpellés par la chanson qui représente ce pays à la mémoire défaillante.
Encore faut-il savoir lire entre les lignes... pour découvrir une prière, une demande de pardon à peine voilée qui  pourrait donner l’occasion à Israël de l’exaucer.
Mais qui, en cas de victoire serait une atteinte à tous les Juifs qui récusent " le "déni de la Pologne"  et de son passé nazi.  Une onde de choc à l’Eurovision ! La Pologne va s’avancer sur un champ de mines prêt à exploser !

ITALIE : L’ étrange coïncidence ?

Mahmood, un rappeur italo-égyptien en Israël ! 40 ans après les accords de Camp David ?40 le nombre magique celui de la transformation et de la maturité !

Dans la religion juive, celui de la transmission, d’un message peut-être ?  Le choix pour le moins controversé de l’Italie, contesté par le gouvernement en place,  pourrait rallumer les tensions entre les 2 pays dont l’instabilité diplomatique est constante. U
ne chanson sur l’argent aux  consonances orientales, saupoudrée de quelques mots en arabe sur un thème qui éveille dans la notre société tant de sens commun.

L’hypothèse d’un égyptien primé en Israël soulèverait  à n’en pas douter une levée de boucliers.

 FRANCE  : La thèse de l’anti-codes ?

La polémique autour du représentant de la France victime d’une campagne de cyber harcèlement homophobe, par la suite savamment orchestrée, semblait vouloir créer l’événement cette année à Tel Aviv.

Bilal Hassani, qui se positionne comme un nouveau défenseur du droit à la différence, de toutes les différences, vaste programme, est suivi par des milliers d’’internautes.

Relooké entre fashion victime et ambiguïté déguisée, le représentant de la France révélé et propulsé grâce aux réseaux sociaux, fera figure d’enfant de chœur face au déchainement du groupe BDSM islandais et les tulipes noires de la Pologne !
Utiliser des préférences sexuelles et des origines pour essayer de promouvoir à des fins marketing une idéologie destinée à rééduquer le peuple est une arnaque incroyable.

Dans un registre similaire, l’Eurovision nous a déjà offert le transsexuel Dana International en 1998 puis  le drag queen Conchita Wurst en 2014 (qui à son corps défendant, avait de vraies qualités vocales et artistiques), sans compter les nombreux travestis fantaisistes qui ont défilé  au cours de ces dernières années sur scène de la Gay Pride Européenne de la chanson.

Le" Roi" de Bilal Hassani, prend ici un air de déjà vu et de plat réchauffé…la recette est dépassée.

L'Eurovision aujourd'hui, plus que jamais, va se produire  dans un pays à l'histoire plurielle, est  si l'on observe bien, une forme de congrégation internationale où chaque pays tente de faire passer un message, le message de son pays à la face du monde. Quelle autre occasion leur serait-elle donnée ?

Lorsque l'on examine les faits, les  "heureux élus" ne sont  parfois que les pantins d'une stratégie politique, oud'un fait de société mis en exergue. Tout est politique n'est-ce pas ?

L'Eurovision serait une sorte d'ONU dont les 12 points, des points qui révéleront le pays élu,  comme en 1948 ces mêmes points ont révélé aux yeux du monde Israël.

L’Eurovision condamnée à devenir un  tremplin de désillusions ?Espérons que la haine et l’antisémitisme ne répondront pas aux critères d’un concours en perte de vitesse de ses valeurs initiales. Réponse le 18 mai prochain ?

Sources : Alliance magazine

Alexandre Blondin / Judith Douillet / Claudine Douillet

www1.alliancefr.com/

 

 

 

.

 

 

Vos réactions

  1. jacquesneuilly@hotmail.fr'jacques

    bonjour
    je ne comprends pas cette situation concernant l’Islande. quand je suis invité chez des gens, je ne viens pas les insulter.
    encore une fois on peut dire qu’Israel est une démocratie où on peut tout dire.
    bravo au pays organisateur et honte à tous ceux qui ne connaissent et ne provoquent que la haine

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi