Les chefs d'entreprises en Israël protestent : il n'y a plus rien à manger

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les chefs d'entreprises en Israël : il n'y a plus rien à manger

Chefs d'entreprises: "Le gouvernement nous élimine, il n'y a rien à manger"

Les indépendants sont venus protester devant la Knesset pour les discussions qui doivent avoir lieu sur le déconfinement et de la révolte des chefs d'entreprise ont délibérément violés les directives sanitaires : "Rien n'intéresse le gouvernement sauf leur président"

Ainsi , le styliste et activiste économique Oded Babai a expliqué aujourd'hui (mardi) que lui et ses amis désespéraient des décisions du gouvernement et des dirigeants.

"Les gens font faillite, il n'y a rien à manger, le gouvernement ne s'intéresse à rien d'autre qu'à leur président", a-t-il déclaré dans un entretien avec la Fondation Neubach sur le programme "Agenda" sur Kan.
Oded  accuse le gouvernement de liquider l'entreprise et a noté qu'en raison de définitions différentes dans la réception des subventions, il y a ceux qui ne reçoivent rien. "

Écoutez l'interview des chefs d'entreprise :

Avi Samai, le propriétaire du magasin de chaussures à Tel Aviv, qui a distribué ses marchandises hier après avoir fait faillite et reçu une amende de la municipalité, est retourné au magasin aujourd'hui pour se débarrasser des marchandises restantes.

"Notre protestation première est que la fermeture cause plus de mal que de bien. Les gens meurent plus d'obésité, de tabagisme et d'inactivité que de corona."

Pendant ce temps, un convoi de véhicules indépendants est monté aujourd'hui à Jérusalem pour protester contre le gouvernement devant la Knesset. La propriétaire de la boutique touristique Lynn Takatz a déclaré à Kan: "Dès la première fermeture en mars, nous avons fermé, il y a eu un léger répit entre les fermetures que nous avons essayé de revenir à l'activité. Nous comptons sur des subventions. Nous sommes les derniers en ligne et nous ne voulons pas fermer l'entreprise que nous avons construite pendant huit ans."

Le PDG de la chaîne de bijoux Magnolia, Tomer Reisberg, a déclaré dans une interview avec Esti Perez :  "La situation est très difficile, nous n'avons pas travaillé dans l'ensemble depuis plus de 120 jours. Pour la plupart d'entre nous, la perte de revenus moyenne est d'environ 30% et la plupart d'entre nous n'ont reçu aucune aide du gouvernement. Cette solution consistant à nous dire de ne plus respirer et à attendre que nous mettons KO le corona est irréaliste. "

Reisberg a expliqué que si la fermeture se poursuit, même les grandes chaînes ne pourront pas survivre. "Il n'y aura personne pour ouvrir et personne pour venir acheter", a-t-il déclaré dans une interview.

 Le PDG de Magnolia a précisé que dimanche, les étals de la chaîne seront ouverts, même si cela est contraire à la loi. «Nous faisons ce geste pour que quelqu'un au gouvernement nous écoute - ce qui ne s'est pas produit. Nous sommes un public respectueux des lois, qui travaille de manière ordonnée, mais il y a une situation où il y a une telle déconnexion que nous devons frapper sur la table et faire comprendre aux gens du gouvernement qu'il n'est pas possible de gérer le processus unilatéralement. Nous saurons comment gérer les amendes au niveau juridique et financier », a-t-il déclaré.

"Nous ne vous compterons pas car vous ne nous comptez pas"

Le comité Corona a tenu une discussion aujourd'hui sur la stratégie de sortie de la quarantaine. Le président du comité, Yifat Shasha Bitton, a déclaré que le gouvernement avait perdu la confiance du public et que pour éviter l'anarchie, il fallait parler de manière logique et "vraiment transparente". En commission:
« Vous ne comptez pas les indépendants. La confiance après la trahison ne peut être rétablie. Vous avez trahi et abandonné l'économie et le PNB de l'État d'Israël. "

Le président de l'Association des médecins de santé publique, le professeur Hagai Levin, a déclaré lors de l'audience: «Nous devons choisir courageusement de mauvaises alternatives. Et oui, les gens mourront.
Les gens en Israël meurent, même aujourd'hui, plus d'obésité, de tabagisme et d'inactivité que de corona . Comment pouvez-vous présenter un plan pour le déconfinement  sans présenter un plan d'investissement dans le système israélien de santé, d'éducation et de protection sociale? Nous avons besoin de cohérence dans les lignes directrices fondées sur une logique scientifique et épidémiologique. "

Le député Miki Levy a déclaré: "Nos arrière-petits-enfants paieront les dettes que nous créons actuellement. Il y a plus qu'un effondrement économique ici. Il y a un effondrement sanitaire et social."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi