L'école du rock,School of Rock, en version hébraïque à Tel Aviv pour cet automne

Actualités, Alyah Story, Artistes, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'école du rock ,School of Rock à Tel Aviv

L'ÉCOLE DE ROCK PREND UNE TOURNURE HÉBRAÏQUE

Tout le monde connaît School of Rock, le film à succès de 2003 réalisé par Richard Linklater et mettant en vedette Jack Black, dans le rôle de Dewey Finn, un rocker de 30 ans qui se fait virer de son propre groupe.

Se sentant mal dans sa peau, le guitariste se met au travail en tant que professeur remplaçant. Au lieu de se consacrer à l'enseignement de base avec ses élèves, Finn transforme sa classe en un véritable groupe de rock et travaille avec eux derrière le dos du directeur de l'école.

La version scénique du film, avec la musique d'Andrew Lloyd Webber et les paroles de Glenn Slater, a débuté en 2015 et s'est avérée aussi populaire que le film
Des films et des spectacles populaires mettent en vedette Tal Friedman et une vingtaine de jeunes gens talentueux.

Nous allons enfin pouvoir trouver comment dire en hébreu "Stick it to the Man".
La version hébraïque du succès  de Broadway and de West End musical School of Rock (Rock B'bait Hasefer) débarque en Israël cet automne pour la première fois, mettant en vedette le comédien/acteur Tal Friedman.

Il sera accompagné de 24 jeunes comédiens, qui ont gagné sur 230 autres candidats pour se joindre à la classe de musique.

Ayant la chance d'être le professeur cool, Friedman a dit au Jerusalem Post qu'il avait toujours eu des problèmes à l'école. Il a parlé de ses problèmes de concentration et du fait qu'il a été appelé à plusieurs reprises dans le bureau du directeur.

Dans son rôle dans le spectacle, qui a été présenté en avant-première à la famille, aux amis et aux médias la semaine dernière au théâtre Habimah de Tel-Aviv, Tal a dit qu'il trouve amusant de jouer le rôle d'un homme qui s'épanouit - tout en ayant un groupe d'enfants adorables à ses côtés.

"Pour moi, jouer de la guitare me permettait de me sentir pour la première fois dans le coup ", dit Friedman. "Et la pièce en parle parce que ce soi-disant professeur est un loser. Mais c'est une sorte d'entraîneur, de coach pour les enfants et il comprend que le rock est sa façon d'éviter d'être un loser. C'est une question de confiance en soi."

Friedman a dû se mettre rapidement à niveau lorsqu'il s'est joint à la troupe des enfants deux mois après le début des répétitions, en raison d'un engagement préalable.

Bien que Friedman ait dit qu'il pense que les enfants pourraient avoir un peu peur de lui, il croit que son professionnalisme et sa personnalité décontractée seront un bon exemple pour les étoiles montantes qui passent des heures par jour aux répétitions.

"Je pense qu'ils ont peur de faire des erreurs parce que c'est un travail très délicat, explique-t-il, il faut être vif.

Les acteurs représentant les élèves du spectacle, comme Liya Ellis, 13 ans, passent toute la journée à penser à la représentation. Même en dehors de la scène,elle continuait de répéter avec ses amies

Ellis est originaire de Chicago et dit qu'elle s'identifie à son personnage, Emily, qui passe la première moitié de l'émission timide jusqu'à ce qu'elle "ouvre la bouche et montre au monde ce qu'elle a dans les tripes", comme Ellis décrit.

"Quand je suis arrivé en Israël, je ne parlait à personne, dit Ellis. "Mais après, j'ai commencé à parler et à être plus courageuse."

Pour Tsuf More, qui attend patiemment son 13e anniversaire, participer à la comédie musicale, c'était jouer du piano en Tommy Lawrence. Il pianote le long des touches blanches et noires depuis l'âge de cinq ans. Il a également noté que depuis qu'il a obtenu le rôle, il a 28 nouveaux adeptes sur sa page Instagram.

"J'ai appris beaucoup de nouvelles phrases et de choses[musicales] que je ne connaissais pas avant ", dit More. "J'ai les outils pour faire ce que j'aime et je suis vraiment heureux d'être dans le spectacle. On va jouer dans tout le pays, on va bien s'amuser."

Les numéros musicaux du spectacle ont été traduits en hébreu par Daniel Efrat, un spécialiste dans le domaine. Il ne reste qu'une chanson de la comédie musicale de l'original. Elle s'intitule "School of Rock - Teacher's Pet" et est jouée vers la fin du spectacle. Bien que Daniel  Efrat ait dit au Jerusalem Post qu'il n'avait jamais rencontré Weber en personne, il a demandé son approbation directe pour chaque traduction de chanson qu'il a composée et n'a jamais été refusé une seule fois.

Des chansons comme "Stick it to the Man" et "Yalla Balagan" sont deux originaux qui se distinguent. Les enfants ont interprété ces deux chansons avec un cœur et une énergie remarquables.

Daniel Efrat a dit que leur traduction représentait le plus grand défi, car "Stick it to the Man" n'est pas une expression en hébreu et "Yalla Balagan" est une expression très régionale.

Je me suis souvenu de l'époque des manifestations sociales et du village de tentes sur l'avenue Rothschild, j'ai écouté la musique et j'ai inventé " Yalla Balagan " - la phrase la plus locale qui soit, même si elle consiste en deux mots d'argot, dont aucun n'est en fait hébreu, " a dit Efrat.

Après le pic de la semaine dernière, les jeunes acteurs n'ont cessé de chanter les chansons et de parler du spectacle. Ils ont même fait un sondage - demandant aux membres de l'auditoire quel numéro ils préféraient. Le spectacle débutera au théâtre Habimah le 15 octobre pour Soukkot et se poursuivra dans tout le pays à travers Hanoukka.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi