Le mixeur de la première dame d'Israël, Paula Ben-Gourion, est de retour

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le mixeur de la première dame d'Israël, Paula Ben-Gourion

Le mixeur de la première dame

Durant 70 ans, le mixeur de Paula Ben-Gourion a trôné dans la cuisine de sa maison à Tel Aviv. Au fil des ans, il a perdu de sa superbe et s’est recouvert de poussière mais il a continué d’être le témoin discret des histoires mitonnées au domicile du premier Premier ministre.

Dernièrement, avec le début de la crise du Coronavirus, le flux de visiteurs a diminué et les responsables de la maison des Ben-Gurion ont décidé de lui redonner un coup de jeune - un technicien a été embauché pour faire une liste des problèmes à résoudre.

«La nourriture n'était pas l’essentiel dans la maison de ma grand-mère et je ne me souviens pas d'elle comme d'une grande cuisinière», a confié son petit-fils Moshi. « Dans cette maison, ils ont cuisiné d’autres choses, ils ont cuisiné un État ».

Il y a quelques semaines de cela, le téléphone a sonné dans le bureau de Moran Dai, vice-présidente marketing de l’enseigne Newpan, qui, entre autres, importe depuis des années les mixers de la célèbre marque américaine Kitchenaid. Au bout du fil, Nelly Markman, la toute nouvelle gouvernante de la maison des Ben-Gurion à Tel –Aviv.

Nelly Markman et son équipe profitent de la crise du Coronavirus et de l’absence de touristes pour mener à bien des rénovations.

Les tapis recouvrant le sol vert, original de la maison ont été précautionneusement roulés et envoyés au nettoyage, les rideaux ont été rénovés par des étudiants de Shenker, les photos et les tableaux ont été retirés des murs et déposés chez un restaurateur, les sobres canapés bleus attendent d'être nettoyés, les murs abîmés vont être repeints.

Et dans ce cadre, Nelly Markman  a remarqué que le bras du mixeur de Paula manquait. Chaque fois qu'elle pénétrait dans la modeste cuisine peinte dans une teinte bleu azur apaisante, le mixeur amputé posé sur le comptoir depuis des années la dérangeait, tout simplement.

« J’ai alors décidé de tenter de trouver la pièce manquante et de faire réparer le mixeur », a expliqué Nelly Markman. « Ce n’est bien entendu pas simple, car il s’agit d’un objet vieux de 70 ans, si ce n’est davantage ».

En effet, le mixeur qui se tient devant nous sur le comptoir, dans la petite cuisine de Paula et David Ben-Gurion, entre une cuisinière à deux feux et un mini réfrigérateur Amcor 11, est l'un des plus anciens modèles de la société KitchenAid, le C3, fabriqué en 1950, et selon les archives, il est également le premier et l’unique mixeur acheté par Paula Ben-Gurion.

« J’ai compris l’importance de cet appel, qui nous a beaucoup émus. Nous avons alors décidé de faire le maximum pour trouver la pièce manquante. J’ai promis à Aurora, la responsable de la rénovation de la maison Ben Gurion que tout serait mis en œuvre pour la localiser et pour réparer le mixeur », a ajouté Moran Dai, tout en admettant en son for intérieur que c’était une mission presque impossible.

Koutzmoutz et fromage blanc

Après enquête, il s’est avéré que la pièce manquante était impossible à trouver. Mais vous savez comment cela se passe dans les histoires palpitantes - soudain, un personnage entre en scène et retourne la situation.

Récemment, lorsque la mère âgée de A. a emménagé dans un établissement médicalisé, son fils a vidé le contenu de sa maison. Sur la plus haute étagère de la cuisine trônait l'antique mixeur de sa mère, avec lequel elle avait concocté ses excellents gâteaux durant toutes ces années. Après l’avoir branché, A. a constaté qu’il fonctionnait parfaitement, oui, même 70 ans après sa sortie d’usine. Il n’avait pas cœur à le jeter mais il ne savait pas à qui le donner car avec tous les modèles rutilants et colorés existant aujourd’hui, qui voudrait d’un mixer si vieux et patiné ?

Néanmoins, il a vite compris que ce trésor avait bien sûr de la valeur pour le fabriquant et il a décidé de le lui restituer.

« Soudain, le service après-vente m’a appelée et m’a dit que quelqu’un souhaitait me parler au sujet du mixeur de sa mère qu’il avait l’intention de nous le donner », se souvient Moran. J’ai rappelé ce monsieur qui m’a précisé le numéro de modèle – C3. Le modèle du mixeur de Paula.

Paula et David Bengourion lors d’un repas en tête à tête

Paula et David Ben Gourion lors d’un repas en tête à tête

 

 

Le Dr Moshe (Moshi) Ben-Eliézer, petit-fils de Ben Gurion et président du conseil d’administration de la maison Ben Gurion s’adosse au plan de travail, devant les deux éviers – l’un pour les produits laitiers et l’autre pour les produits carnés -  et éclate de rire.

Le petit fils adossé à l'évier

Le petit fils, Moshi, adossé à l'évier dans la maison de ces  si célèbres grand-parents

"Eh bien, vous avez réussi. Je n'en reviens pas", lâche-t-il, se tournant vers la gouvernante qui de son côté se réjouit de voir que sa tâche est achevée.

« Il ne vous reste plus qu'à attendre la fin du confinement et emmener le mixeur au laboratoire principal pour le nettoyer et vérifier que la nouvelle pièce remplit correctement sa fonction ».

Le Dr Ben-Eliezer, que tout le monde appelle Moshi et qui a deux ans de plus que le mixeur, a passé de nombreuses heures dans cette maison quand il était enfant. Cependant, il a déclaré que malheureusement, il ne se souvenait pas avoir vu beaucoup cet appareil à l’œuvre dans la cuisine de Paula, où il n’y avait jamais beaucoup d’activité.

"La nourriture n'était pas chose essentielle ici. Nous mangions. Évidemment. Mais je ne me souviens pas de ma grand-mère comme d'une grande cuisinière, sauf pour le Koutzmoutz bien sûr", ajoute-t-il en riant.

Que voulez-vous dire? Elle ne cuisinait pas ?

Nous n’avions pas l’habitude des grands repas de famille. Dans cette maison, ils n’ont pas cuisiné de bons petits plats. Ils ont cuisiné un État. Le vieil homme avait d'autres occupations beaucoup plus importantes à mon goût, et sa femme, ma grand-mère, lui préparait ce dont il avait besoin.

Après tout, il n'était ni un grand gourmand ni un fin gourmet et elle cuisinait pour lui dans le cadre du régime qu'elle avait élaboré pour lui, car elle était infirmière en chef dans un hôpital.

Je n'ai donc jamais entendu parler de choses merveilleuses sorties de ce mixeur, ni de quoi que ce soit d'autre dans la cuisine. Et pour être sûr, j’ai posé la question à ma sœur, qui a également passé beaucoup de temps ici. Elle se souvient de soupes de temps en temps. Mais c'est tout".

Et des gâteaux ?

Je n'ai jamais mangé de gâteaux chez ma grand-mère. Enfant, nous rendions souvent visite à mes grands-parents ici, je n'ai pas toujours eu 73 ans », dit-il, la voix empreinte d’une douce nostalgie.

« J'étais autrefois un petit garçon et je ne me souviens pas qu'on m'ait un jour dit : « Viens, prends un morceau de gâteau ». Il est vrai que j'ai grandi en période de disette et peut-être que je m'en souviens plus, mais même plus tard, le foyer ne tournait pas autour de la nourriture, ni de la musique, ni des animaux de compagnie, mais il tournait autour de choses importantes, et autour du vieil homme et de ce qui était important pour lui.

Votre grand-mère vous gâtait ?

Lorsque j’étais soldat, elle s’assurait que j’avais suffisamment de cigarettes, mais ce n'était pas la grand-mère chez qui on venait se faire chouchouter. Elle était très protectrice, elle aimait beaucoup mon grand-père. C'était un moins que rien quand elle l'a rencontré. Un patriote aux poches percées. Et elle était infirmière en chef au bloc opératoire, non sioniste et anarchiste. Il l'a emmenée en Palestine où elle s’est installée et s’est composé un cercle d'amis puis il l'a emmenée dans le Néguev. Elle y est allée non par faiblesse, mais parce qu'elle croyait en ce vieil homme et en ce qu'il représentait.

Et venir en visite le vendredi pour picorer dans les casseroles de mamie, qu’en était-il ?

Moshi éclate de rire. « Des casseroles, quelles casseroles ? Vous savez, jusqu’à aujourd’hui, je ne mets jamais les pieds dans un restaurant qui annonce « Cuisine familiale ». Il n'y avait pas de casseroles et personne ne venait pour y touiller quoi que ce soit.

Mais je me souviens d’une histoire touchante. Quand il n'y avait rien à manger à la maison, elle mentait à tout le monde - aux enfants qui s'asseyaient pour manger, elle disait: `` Je mangerai avec papa quand il arrivera '', et quand il revenait, elle lui disait: `` J'ai déjà mangé avec les enfants. '' Elle savait comment se débrouiller. "

Retour à la vie

Mais Paula s'est néanmoins assurée de nourrir le premier Premier ministre et de suivre le régime qu'elle lui avait prescrit. Dans sa biographie intitulée "Paula", la journaliste Mira Avrech décrit le petit-déjeuner qui comprenait le célèbre Koutzmoutz: un mélange de yaourt, de fromage blanc et de pruneaux cuits sans leur jus, avec du café ou du cacao et du jus de pomme.

Au déjeuner, un demi-pamplemousse tranché ("pour que Ben-Gourion puisse facilement retirer les morceaux"), de la laitue, une salade au citron, des carottes,  de la viande maigre et parfois des foies de poulet frits aux oignons, et de la compote de pommes.

Et pour le dîner une saucisse maigre, un demi pamplemousse, une salade, un peu de purée et du café. "On ne mange pas du tout dehors. Seulement à la maison. C'est un principe ».

« Vous cuisinez seule? » demande Mira Avrech à Mme Ben-Gurion dans un autre chapitre du livre.

Elle répond : "Quoi, ça vous étonne ?? Et qui cuisinera pour moi sinon moi? J'ai préparé de la soupe au poulet aujourd'hui et il y a déjà de la compote pour demain ... Vous voulez connaître la vérité?

La semaine dernière, j'ai commandé de la nourriture. J'avais 180 invités américains. C'était trop pour que je cuisine tout moi-même. Mais je leur ai dit quoi préparer et comment ».

Et maintenant, le technicien répare le mixeur. Il l’arrange et vérifie que tout est en place. Il installe le bras mélangeur, et 70 ans de nostalgie reprennent vie. Oui, qu’il ait beaucoup travaillé ou pas peu importe, le mixeur de Paula est de retour.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi