Le judaïsme d'un couple d'Ethiopien remis en cause lors de leur demande de divorce

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le judaïsme d'un couple d'Ethiopien remis en cause lors de leur demande de divorce

Le tribunal rabbinique d'Ashkelon refuse d'approuver le divorce de divorcés éthiopiens - parce qu'ils n'ont pas prouvé leur judéité

Bien qu'ils aient présenté une somme considérable de documents attestant de leur judéité, et prouvé qu'ils se sont mariés au rabbinat, le tribunal rabbinique régional d'Ashkelon, le rabbin Yishai Buharis, refuse d'approuver le divorce d'un couple d'éthiopien.

Enquête: Bien que nous nous soyons mariés selon la religion de Moïse et d'Israël, le tribunal rabbinique nuit aux Israéliens d'origine éthiopienne qui veulent divorcer.
La raison: le doute sur leur judaïsme.

Lundi soir des informations ont été publiées selon lesquelles le tribunal rabbinique régional d'Ashkelon exige des Juifs d'Ethiopie qui souhaitent divorcer des documents prouvant leur judéité.

Ce sont des gens qui se sont mariés en Israël par l'intermédiaire du grand rabbinat et qui sont de toute façon juifs. Malgré cela, le tribunal les oblige à fournir des documents et des preuves, et retarde leur procédure de divorce.

Depuis plusieurs mois maintenant, A. n'a pas pu continuer sa vie, même si son mari lui a accordé son divorce, le guet "divorce religieux juif".

La raison: le tribunal rabbinique régional d'Ashkelon refuse de lui donner un certificat de divorce. La femme a des documents confirmant qu'elle a subi un contrôle du judaïsme avant le mariage et même un certificat de «retour au judaïsme». Malgré cela, et malgré ses plaidoyers, depuis plus de deux mois, le tribunal ne lui a pas délivré d'acte de divorce.

Les conséquences de ce refus la place en détresse financière. Elle n'a pas droit à la pension alimentaire de son mari, ni aux prestations de l'État, et elle ne peut pas se remarier.

Le tribunal régional d'Ashkelon, dirigé par le chef du tribunal, le rabbin Yishai Buharis, a enquêté sur le judaïsme de la femme et a décidé de ne pas donner au couple un certificat de divorce jusqu'à ce que son judaïsme soit prouvé.

L.  son époux a été interrogé sur sa conversion après tant d'années.
Selon les juges, il doit présenter un certificat de conversion,  le certificat confirmant qu'il a été converti dûment, ainsi que  le certificat de conversion de sa mère et d'autres documents de ses premières années dans le pays, ce qui est très difficile à obtenir.

L., qui a été offensé par ces demandes abusives, a insisté sur le fait que la demande du tribunal d'enquêter sur son judaïsme était injustifiée.

Mais le tribunal régional d'Ashkelon, qui est également dirigé par le rabbin Yishai Buharis,persiste.

Ainsi, une simple procédure de divorce d'un couple qui s'est marié ici en Israël par l'intermédiaire du grand rabbinat est remis en cause puisque le tribunal a également convoqué les cinq frères du mari pour vérifier leur judaïsme.

Les tribunaux rabbiniques ont répondu: "Les faits sont clairs:  les parties n'ont pas présenté de document demandé Il n'y a aucun lien avec leur origine ou leur appartenance ethnique. "

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi