Le Grand Rabbinat d'Israël menace de déclencher une grève

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Insolites, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Les ultra-orthodoxes détiennent le monopole sur toutes les questions de religion de l'Etat d'Israël. Ils s'opposent catégoriquement à l'établissement de femmes rabbins, les Rabbanit. Il s'agit pour eux d'une violation de la loi juive, la Halakha.

Cette idée est catégorique pour eux, malgré certains courants progressistes.

La semaine dernière, le grand rabbinat a menacé d’arrêter le processus d'ordonnance pour tous les nouveaux rabbins si la Haute Cour de justice obligeait à former des femmes.

S'en suit une pétition de femmes universitaires qui cherchent à être ordonnées rabbanit.
En réponse à ces deux oppositions, l'Etat s'engage à mettre en place un ensemble alternatif d'examens rabbiniques leur étant ouvert.

" Il n'y a pas de place pour les femmes dans le judaïsme " a déclaré le rabbinat.

En effet, le grand rabbinat est une entité ultra-orthodoxe reconnue par la loi comme l'autorité rabbinique suprême du judaïsme en Israël.
L'entité craint pour son monopole sur toutes les questions de religion et d'Etat face à la croissance impressionnante du nombre de courants réformistes et conservateurs locaux du judaïsme qui ont vu le jour cette dernière décennie.

Il a également averti que "s'il existe une directive légale qui nous obligerait à ordonner des femmes rabbanit en violation de la Halakha, le système d'ordination rabbinique dans son ensemble cessera ses opérations jusqu'à ce que la législation appropriée réglementant cette question soit en place".

La pétition déposée par le Centre de plaidoyer juif ITIM, le Centre de Ruth et Emmanuel Rackman pour la promotion du statut des femmes à l'Université Bar Ilan, et le Centre Kolech pour le leadership des femmes, a déclaré qu'en " excluant les femmes du processus de formation rabbinique, le grand rabbinat encourage les pratiques discriminatoires."

"Cette réalité crée une barrière professionnelle au sein de divers postes religieux ainsi que dans le secteur public, où le fait d'être ordonné rabbin répond à divers critères d'emploi", indique la pétition.

Plus tard, ce moi-ci, la Haute Cour de justice entendra leur requête. Au préalable, des réunions avec des fonctionnaires des ministères du rabbinat, de l'éducation, des services religieux et de l'enseignement supérieur et secondaire ont été organisées par le bureau du procureur général, afin de formuler les closes du parcours rabbinique pour la restauration des femmes.

Enfin, le rabbin Shaul Farber, fondateur de l'ITIM, a déclaré "La réalité parle d'elle-même. De plus en plus de femmes savantes assument des rôles de direction halakhiques. C'est une grande aubaine pour le monde de la Torah, qui devient plus riche pour le public fidèle."

"La réponse de l'État donne l'espoir de changer cette absurdité, où c'est le grand rabbinat en Israël qui cherche à empêcher le monde de la Torah de prospérer."

"Nous espérons que le rabbinat se chargera de promouvoir la question. Nous examinerons les mérites de toute solution proposée dans le cadre de la pétition", a-t-il déclaré.

 

Par Marine Nicolau 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi