Le gouvernement israélien approuve l'immigration de 398 éthiopiens

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Des membres de la communauté Falash Mura assistent à un service de prière à la synagogue Hatikva de Gondar, dans le nord de l'Éthiopie, en 2016
(crédit photo: TIKSA NEGERI / REUTERS)

Le gouvernement approuve l'immigration de 398 Falash Mura d'Ethiopie

Une résolution du cabinet en 2015 a résolu de rassembler les 9 000 membres restants de la communauté, mais elle n'a été que partiellement mise en œuvre, avec quelque 2 000 arrivés depuis.

Le cabinet a voté dimanche pour approuver l'immigration de 398 membres de la communauté Falash Mura en Ethiopie en Israël.

Le groupe était censé être arrivé en Israël l'année dernière dans le cadre d'une décision du gouvernement de 2018 d'amener 1000 membres de la communauté en Israël, mais seulement 600 sont arrivés cette année-là, malgré l'approbation des allocations budgétaires requises pour les 1000 immigrants.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l'Aliyah et de l'absorption Yoav Gallant ont déclaré qu'ils étaient fiers d'être impliqués dans la campagne d'immigration, bien que le groupe activiste Lutte pour l'Aliyah éthiopienne ait appelé à ce que 8000 membres restants de la communauté soient immédiatement amenés en Israël.

Des accusations ont été portées selon lesquelles la décision d'approuver l'arrivée du nouveau groupe est motivée par des considérations politiques avant les élections, et il est possible que certains, mais pas tous, des nouveaux immigrants arrivent en Israël avant les élections.

Certaines des 398 personnes qui arriveront ont déjà été autorisées à émigrer en Israël, a déclaré l'ancien député du Likud, Avraham Neguise, qui était actif dans cette prise de décision de dimanche, bien que d'autres devront encore être approuvées et traitées par le ministère de l'Intérieur.

«Je suis fier du fait qu'en tant que Premier ministre, j'ai pu faire venir des milliers de nos frères d'Ethiopie pendant mon mandat de Premier ministre, et nous avons l'intention de continuer dans cette voie», a déclaré Netanyahu lors de la réunion du cabinet.

"Nous sommes également déterminés à leur pleine intégration de la communauté dans la société israélienne, et nous y travaillons sans relâche", a poursuivi le Premier ministre, ajoutant que le gouvernement travaillait également "à lutter contre les expressions du racisme partout, pour certains dans le gouvernement et le grand public.

Gallant a déclaré qu'il y avait un total de 398 personnes qui arriveraient en Israël, et a laissé entendre que la fermeture politique en cours en Israël avait causé le retard de l'immigration de ces membres de la communauté.

L'immigration du reste des Falash Mura se fait en vertu des lois sur le regroupement familial, car la communauté n'a pas le droit à l'alyah en vertu de la loi sur le retour.

Gallant a déclaré que «l'État d'Israël a l'obligation éthique de permettre à la communauté éthiopienne, qui sert dans l'armée israélienne et contribue à tous les horizons, de s'unir à leurs familles qui ont été laissées pour compte».

Une résolution du cabinet en 2015 a résolu de rassembler les 9 000 membres restants de la communauté, mais elle n'a été que partiellement mise en œuvre, avec quelque 2 000 arrivés depuis.

Neguise a nié que la décision de dimanche était politique car le cabinet avait déjà décidé de faire venir le groupe en 2018.

Il a cependant rejeté l'affirmation selon laquelle le rassemblement du groupe des 400 a été retardé par l'impasse politique en cours, affirmant que le gouvernement intérimaire a réussi à faire avancer les choses, mais qu'en ce qui concerne le Falash Mura, "il y a toujours des retards".

La lutte pour l'Aliyah éthiopienne a salué la décision mais a déclaré que la décision de 2015 devrait être mise en œuvre pleinement et rapidement.

"La justice doit être rendue une fois pour toutes avec le reste des juifs éthiopiens qui ont quitté leurs villages et tous leurs biens pour immigrer en Israël et qui vivent aujourd'hui déconnectés de leurs familles", a déclaré Uri Perednik, président de l'organisation.

Rendre justice pour le reste à la communauté juive éthiopienne facilitera la vie de milliers de familles en Israël qui souffrent terriblement de la déconnexion cruelle de leurs proches. »

Les Falash Mura sont des descendants de la communauté juive éthiopienne, mais n'ont pas le droit à la citoyenneté en vertu de la loi du retour, car leurs ancêtres se sont convertis, sous la contrainte, au christianisme.

Ils obtiennent la citoyenneté en vertu de la loi d'entrée sur la considération du ministre de l'Intérieur, sur la base des principes de regroupement familial, et ils subissent une conversion juive une fois en Israël.

Selon des experts de la communauté de Falash Mura, les autres membres de la communauté sont des descendants patrilinéaires de Juifs et n'ont pas été inclus dans la décision de Shlomo Amar, ancien grand rabbin, qui a décidé que ceux de descendance matrilinéaire devaient être amenés en Israël.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi