Le géant des cosmétiques Sephora refuse de livrer ses produits en Palestine

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le géant des cosmétiques Sephora refuse de livrer ses produits en Palestine

Voici comment la page Instagram de Sephora est devenue un lieu de débat politique entre Juifs et Palestiniens.

C’était censé être une autre annonce de routine sur la page Instagram du géant des cosmétiques Sephora, mais une question innocente posée par une internaute israélienne et la réponse de la société en ont fait un débat politique houleux et une occasion pour les activistes du BDS de diffuser leurs opinions.

Hier, une internaute israélienne a innocemment demandé à la société: "Vous livrez en Israël?" Et en réponse à la question, on lui a écrit : "À ce stade, nous ne faisons pas de livraison en Palestine."

Les réactions autour de cette réponse controversée ne tardèrent pas à fuser. Parmi elles, on pouvait lire: "Am Israël 'Hai! Tout mon maquillage vient de chez Sephora. Je suis choqué par votre attitude. Je n’achèterai plus jamais rien chez vous". Un autre internaute a réagi: "Evidemment qu’ils ne peuvent pas livrer en Palestine, car ce pays n’existe pas."

Une drôle de réponse

Une drôle de réponse

Parmi les milliers de réponses, il y avait aussi ceux qui soutenaient Sephora, et qui ont inondé le post de drapeaux de l'Autorité Palestinienne. Dans une réponse, une instagrammeuse a écrit : "Bien joué, vous pensez aux droits de l'homme. Nous, les musulmans, vous soutenons". Il a poursuivi : "À partir de maintenant, je vais acheter tout mon maquillage chez Sephora, la Malaisie vous soutient à 100%".

Aujourd'hui, la société a réagi à la tempête houleuse et a écrit sur son compte Twitter : "Hier, on nous a demandé si nous expédiions nos produits en Israël ou en Palestine. Nous avons répondu que l'entreprise ne livrait ni en Israël ni en Palestine. Nos réponses portaient uniquement sur les capacités d'expédition et n’auraient pas du être interprétées autrement".

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi