Le député juif qui a fait échouer les plans de Boris Johnson sur le Brexit

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le député juif qui a fait échouer les plans de Boris Johnson sur le Brexit

 OLIVER LETWIN, LE DÉPUTÉ JUIF QUI A FAIT DÉRAILLER LES PLANS DE BORIS JOHNSON SUR LE BREXIT

Les parents de Letwin étaient des intellectuels conservateurs juifs américains qui étaient au centre d'un "salon" à Kent Terrace, à Londres, réunissant Isaiah Berlin et Milton Friedman.

Jeudi, le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a annoncé en triomphe qu'il avait conclu un accord avec Bruxelles lui permettant de livrer le Brexit le 31 octobre, comme il s'était engagé à plusieurs reprises à le faire .

Toutefois, lorsque le parlement du pays s'est réuni samedi, pour la première fois qu'il se réunissait un samedi depuis 37 ans, depuis la guerre des Malouines, l'accord n'a même pas été soumis au vote.

Oliver Letwin, un législateur chevronné et fils d'éminents intellectuels juifs, a manqué à tout contrôle de la séance en introduisant un amendement de 26 mots stipulant que l'accord du parlement, requis pour la ratification, devrait être suspendu jusqu'à ce que le gouvernement  adopte la législation nécessaire à la mise en œuvre de cet accord de sortie. En d'autre terme, même si l'accord de sortie était acceptable il n'y avait pas les moyens législatifs pour l'appliquer ce qui risquait d'être dangereux pour le Royaume Uni.

L'amendement a été adopté par 322 voix pour et 306 contre.

"En dépit de mon soutien à l'accord du Premier ministre, je ne crois pas qu'il soit nécessaire de mettre la nation en danger en faisant passer cette menace  de laisser l'UE sans accord si l'accord n'est pas approuvé  ," a déclaré Letwin lors du débat de trois heures samedi, selon Reuters.

Letwin, un ancien ministre, était l'un des 21 conservateurs expulsés du parti en septembre pour n'avoir pas soutenu la promesse de Johnson de quitter l'Union européenne le 31 octobre avec ou sans accord. Il a concentré son sens politique sur la prévention d'un Brexit sans accord.

En août, le Jewish Chronicle of London a annoncé qu'il ne se représenterait pas.

Le père de Letwin, William, dont les parents avaient fui Kiev pour fuir les persécutions anti-juives, a ensuite passé deux ans à la London School of Economics, où il a obtenu son doctorat. à Chicago.

Il est ensuite devenu l'un des principaux professeurs de la LSE où il a enseigné l'histoire de la pensée économique et la politique américaine contemporaine. Il est décédé en 2013.

Les parents de Shirley Robin, la mère de Letwin, ont émigré de la Russie aux États-Unis, selon The Independent . Elle a également étudié à la LSE et est devenue par la suite un philosophe renommé. Ses livres incluent The Anatomy of Thatcherism (1992). Elle est décédée en 1993.

Selon le Jewish Chronicle Letwin est passé sous les projecteurs en 2013 quand un membre de son personnel a retiré de sa page Wikipedia la mention de religion, juive .

Il a ensuite expliqué qu'il avait choisi de le faire parce qu'il s'était identifié comme athée, mais il a laissé l'information sur ses origines juives.

S'exprimant sur la BBC dimanche, au lendemain du vote, Letwin a déclaré qu'il était désormais derrière le gouvernement.

"Je suis absolument derrière le gouvernement maintenant, tant qu'il continue avec ce projet de loi, continue de l'accord, je l'appuierai, je voterai pour," a déclaré Letwin.

"Il n'y aura plus d'amendements d'Oliver Letwin la semaine prochaine parce que ce n'est pas nécessaire, j'appuie le projet de loi."

Il a expliqué qu'il souhaitait simplement doter le pays d'une "police d'assurance" afin de s'assurer que le pays ne se retirerait pas de l'UE sans un accord le 31 octobre "si quelque chose ne tournait pas bien ".

Dimanche, le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Dominic Raab, a réaffirmé que le pays allait quitter l'UE d'ici au 31 octobre .

"Johnson a obtenu cet accord. Nous semblons avoir les chiffres à la Chambre des communes. Pourquoi le Parlement ne l'a-t-il pas fait adopter? C'est ce que nous allons faire la semaine prochaine", a-t-il déclaré à la BBC, selon Reuters.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi