Le culte de Netanyahu et ses effets pervers dans la société israélienne

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le culte de Netanyahu et ses effets pervers dans la société israélienne

Ils n'ont pas de limite. Au nom du culte de Netanyahu, ses partisans sont également prêts à nuire à une famille qui a perdu son fils pilote dans l'armée de l'air israélienne.

Il n'y a ni meilleur ni pire. Il n'y a plus de bien ni de mal.
Il n'y a plus de respect pour rien. Dans le monde bibistique qui régit nos vies, il n'y a vraiment qu'un seul chef suprême. Et quiconque ose le critiquer et ose ouvrir sa maison aux manifestants qui manifestent contre lui , malheur à lui.
Il mérite que les portes de l'enfer lui soient ouvertes. Il mérite de perdre un autre fils.

il n'y a plus rien. Tout est égal à zéro. Élever un garçon pendant 18 ans, en faire également un athlète exceptionnel, un excellent élève et un musicien puis l'envoyer pour suivre une formation de pilote car il veut être comme son père, Doron, pilote, il  veut aller le plus loin possible et est également pleinement motivé pour protéger son pays.
Plein de motivation au point d'être prêt à tout perdre.

Accomplir avec lui deux ans du plus long cours de Tsahal, puis l'accompagner pendant encore trois ans en tant que pilote de chasse dans l'armée de l'air.

Et finalement le perdre tragiquement dans l'une des dizaines d'assaut porté pour  l'assistance aux forces d'infanterie au Liban. Tout cela n'est fondamentalement rien.
Pourquoi? Parce que les jours où l'hégémonie règne ici sont révolus. C'est ainsi que prêchent les penseurs de la secte bibi Ils émiettent tout.

Il y a une adjectif qui qualifie chaque reptile. Il existe un récit historique dont la première partie est factuellement correcte, mais les conclusions qui en sont tirées sont intolérables et détruisent les mécanismes de base de la gouvernance étatique.

"Il était une fois Mapai ,parti politique de gauche, et ça a été catastrophique"
"Mapai exigeait que les immigrants d'Afrique du Nord tiennent un livre rouge pour recevoir les services du pays en tant que olé hadash, nouveau immigrant et s'ils décidaient de quitter le pays ils devaient rembourser ce qui leur avait été donné durant leur séjour en Israël, après 5 ans de vie dans le pays ils étaient libéré de cette dette."

" Et c'était vraiment une conduite criminelle. Mais, aujourd'hui, 40 ans après la fin de cette conduite, c'est pourtant ce passé qui fournit à ce gang la justification pour tout casser. Nous avons été maltraités autrefois, aujourd'hui c'est à notre tour de tout démanteler."

Au nom du bibisme, il n'y a plus de respect pour rien. L'Institut Weizmann est une autre île d'Ashkénazes arrogants qui doit être détruite. Le campus de recherche nucléaire devrait également être incendié, puisqu'il a été fondé par Shimon Peres, qui s'est fait des anniversaires dont Bibi ne peut que rêver.

Il n'y a plus rien de sacré. Aujourd'hui, nous contrôlons et ne pouvons pas vous mettre tous - sur les institutions, sur les juges, sur la police, alors cette semaine ce sera au tour de Anat Farkash, une mère qui a envoyé son fils à ce parcours des arrogants qui volent dans le ciel. Et il a volé dans les airs pour nous protéger tous et est revenu dans un cercueil.

Anat Farkash a enterré son fils chéri, feu le capitaine Tam Farkash, pendant la Seconde Guerre du Liban,  Désormais elle aussi est devenue une matière première pour la secte qui a pris le contrôle de nos vies.

 

«Il y a un Dieu dans le ciel et il l'a fait payer et, je lui en souhaite de perdre un autre fils, une gauchiste qui maudit les soldats de Tsahal», a crié le manifestant du Likoud Ephraim Greif à Anat Farkash, la mère du défunt pilote de l'armée de l'air, le capitaine Tam Farkash, tombé lors de la seconde Guerre du Liban. . Des heures après avoir été filmé blasphémant la famille, Greif l'a répété et a exprimé des remords: "Ce que j'ai dit est déplacé. Je n'aurais pas dû dire cette déclaration, je m'excusant auprès de la famille."

Les autres membres de la manifestation, un groupe d'une quinzaine de militants du Likoud qui se sont rassemblés devant la maison de la famille Farkash près de la maison de la famille Netanyahu à Césarée, n'étaient pas pressés de s'excuser pour les mots durs qu'ils ont prononcés contre la famille, affirmant que cela permettait aux manifestants anti-Netanyahu d'opérer sur son territoire.

"Ils pensent qu'ils sont vaccinés parce qu'ils sont une famille endeuillée, qu'ils sont autorisés à diffamer le Premier ministre israélien, qui a été choisi par le peuple", a crié Orly Lev, un éminent activiste du Likoud proche des responsables du parti, a crié dans le micro.

"Non, cela ne se reproduira plus. Parce que chaque samedi soir, nous viendrons également, nous serons là et nous vous calomnierons comme vous le faites pour  Benjamin Netanyahu." L'incident a eu lieu quand Anat Farkash est sortie de chez elle et leur a demandé de baisser la voix - il était tard dans la nuit - les manifestants ont commencé à insulter la famille et l'agitation a commencé. 

"Cela ne vous donne pas le droit, il (Netanyahu) est aussi un frère endeuillé. Je ne vous donnerai pas la liberté d'expression. Regardez dans quelle villa vous vivez ici, vous êtes une honte pour le peuple", lui ont crié les manifestants. «Tu n'es rien. Honte à toi. Tu dois embrasser Bibi. Si Bibi n'est pas calme, vous ne le serez pas. Anarchiste, c'est ce que vous êtes. Votre fils doit se retourner dans sa tombe. "

Dans le système politique, presque tout le monde à gauche et à droite s'est précipité pour condamner l'incident. "Ce qui s'est passé devant la maison de la famille Farkash n'est pas une protestation. Ils ont simplement regardé et dit à haute voix: ce n'est pas notre façon de faire et nous ne resterons pas silencieux, car le silence est de la boue", a déclaré le président Rivlin.

Le ministre de la Défense Ganz a déclaré: "J'ai honte ce matin. Il y a des frontières qui ne doivent pas être franchies.
L'agitation et la polarisation ne nous mèneront nulle part." Le ministre de Jérusalem et du Patrimoine Rafi Peretz, qui était l'instructeur de feu Tam dans le cours pilote, a également condamné l'incident: «Sa famille a perdu le plus précieux de tous. Le comportement des manifestants est obscène. Aucune famille endeuillée ne devrait recevoir de telles insults  »

Netanyahu a condamné l'incident, d'abord par une déclaration du Likoud.

"En tant que personne qui a connu l'angoisse du deuil dans sa chair, le Premier ministre Netanyahu s'est assuré toute sa vie de respecter le sentiment de perte de toutes les familles endeuillées, et c'est ainsi que tout le monde doit se comporter - à droite et à gauche", a-t-il été rapporté.

La déclaration de condamnation ne s'est pas arrêtée là, et a également évoqué la décision de la Haute Cour selon laquelle il est interdit de manifester à moins de 300 mètres d'une personnalité publique.

"Quoi qu'il en soit, tout le monde doit respecter la décision de la Haute Cour, une décision qui est systématiquement violée devant la Maison du Premier ministre à Césarée."

Hier soir, presque un jour après l'incident, Netanyahu a mis en ligne une vidéo dans laquelle il l'a lui-même condamné en ces termes. «En tant que frère endeuillé, j'ai du mal à entendre ces insultes, ces déclarations. Mon frère Yoni, qui est tombé dans les batailles israéliennes, aurait honte de vous, Yoni se retournerait dans sa tombe, alors quand j'entends des déclarations dirigées contre d'autres comme cela a été fait à Césarée, je les condamne fermement."

 

Amichai Atali

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi