Le cinéma israélien, la toile sous les étoiles d'Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Artistes, Chronique Cinéma, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
En Israël, La scène du Festival du film Arava de l'année dernière (crédit photo: EDWARD KAPROV)

Le spectacle sera présenté dans les festivals de cinéma israéliens
Docaviv, le Festival international du documentaire de Tel-Aviv, le Festival du cinéma du Sud à Sderot et le Festival international du film d'Arava sont tous prêts à se lancer.

Un certain nombre de festivals du film sont prévus en Israël, certains physiquement  et d'autres en ligne : Docaviv, le Festival international du documentaire de Tel Aviv ; le Festival du cinéma du Sud ; le Festival international du film d'Arava ; et le Festival international du film de Haïfa.
Docaviv, le Festival international du documentaire de Tel Aviv, a annoncé récemment qu'il proposerait un festival du film en ligne du 3 au 12 septembre.

Sa direction a également déclaré qu'elle ajouterait un volet en direct dès que les restrictions dues à la crise des nouveaux coronavirus seraient levées.

Docaviv présentera plus de 20 nouvelles premières de films israéliens, sur une grande variété de sujets.

Parmi les films proposés, citons Murder at Cinema North d'Avida Livny, qui raconte comment les destins de plusieurs personnes très différentes se sont croisés lorsque des balles ont été tirées sur une file de spectateurs devant le Cinema North à Tel-Aviv en 1957 ;

Yiddish de Nurith Aviv, sur l'amour des jeunes Israéliens pour la poésie yiddish ;

Love It Was Not de Maya Sarfaty, une histoire vraie sur une romance entre un officier nazi et un prisonnier juif ;

Rockfour de Gad Aisen : The Time Machine, l'histoire d'un grand groupe israélien ; Tuning, d'Ilan Yagoda, un regard sur le piano de la gare centrale de Tel-Aviv et sur ceux qui en jouent ; Lebanon - Borders of Blood, de Duki Dror, sur les conflits dans ce pays qui ont récemment fait la une des journaux ; et Honorable Men, de Roni Aboulafia, un regard sur l'ascension au pouvoir et la chute de l'ancien premier ministre Ehud Olmert.

La compétition internationale, les sections Panorama et les compétitions de courts métrages et de films d'étudiants présentent tous le meilleur du cinéma documentaire récent du monde entier, et il existe également des sections spéciales consacrées aux arts et à la musique.

Parmi les films internationaux, on trouve Margaret Atwood : A Word After a Word After a Word is Power de Nancy Lang et Peter Raymont ; Once Were Brothers : Robbie Robertson and The Band de Daniel Roher ; et Oliver Sachs : His Own Life de Ric Burns.

En outre, de nombreux événements spéciaux seront organisés, notamment des master classes et des questions-réponses avec les réalisateurs des films présentés à Docaviv.

LE 19e CINÉMA du Festival du Sud à Sderot se tiendra du 10 au 17 septembre et combinera des projections dans un complexe de drive-in et du streaming en ligne.

Le festival, qui est une initiative de l'École des arts audio et visuels du Collège Sapir, de la municipalité et des habitants de Sderot et du Conseil régional de Sha'ar Hanegev, présentera un programme de premiers films de cinéastes du monde entier, y compris d'Israël.

Parmi ceux-ci, l'actrice Yael Abecassis présentera El Bidaoia, un portrait de sa mère, Raymonde, qui est la reine de la chanson marocaine en Israël.

La critique de cinéma Marilyn Venig se penchera sur 20 ans de cinéma ultra-orthodoxe et le situera dans le contexte de la vie des haredi et du cinéma israélien. Il y aura de nombreux autres programmes, dont deux concours de courts métrages.

Le 9e Festival international du film d'Arava a annoncé dimanche qu'il se déroulera comme prévu du 5 au 14 novembre.

Ce festival, qui se déroule toujours sous les étoiles, prévoit de tenir ses projections en plein air, conformément aux règlements du ministère de la santé.

Si les règles changent considérablement avant le festival, celui-ci se déroulera dans un drive-in du désert tout proche.

Le programme n'a pas encore été annoncé, mais le chef du Conseil régional d'Arava Tichona, le Dr Eyal Blum, ainsi que Eyal Shiray, producteur et fondateur de l'événement, ont décidé que malgré la situation du coronavirus et la nécessité de réduire le budget, ils s'engagent à poursuivre la tradition de projection de grands films dans ce magnifique cadre naturel.


De nombreux invités des années précédentes, venus d'Israël et de l'étranger, ont déjà déclaré qu'ils seraient prêts à assister au festival de cette année, notamment Alberto Barbera, directeur du Festival international du film de Venise, qui était l'invité du festival l'année dernière.

Le Festival international du film de Haïfa, qui doit se tenir pour la 36e fois du 1er au 10 octobre, n'a pas encore fait l'objet d'une annonce de la part de sa direction quant à son déroulement et à son éventuel report.

Le Festival du film de Jérusalem, qui devait avoir lieu en juillet, a été reporté au mois d'août, puis reporté une seconde fois, au mois de décembre.

Les festivals du monde entier font face à la crise de manière différente. Le Festival international du film de Venise se tiendra en personne en septembre, mais "dans un format plus restreint". Le Festival international du film de Toronto, le plus grand festival du film en Amérique du Nord, combine un festival en personne réduit et des projections en ligne en septembre.
Le public avide de films de qualité trouvera un moyen de profiter de ces festivals, malgré l'incertitude de l'ère COVID-19.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi