Le cinéma corse met en lumière les hommes de l'ombre du renseignement israélien

Actualités, Alyah Story, Artistes, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le cinéma Corse met en lumière les hommes de l'ombre des services de renseignement  israèlien

Le 37e festival Arte Mare a débuté hier au théâtre avec un grand débat où les invités étaient d'anciens espions d'Israël plus vrais que nature. Également au programme, les cinq fictions en lice pour le Grand Prix du film Corse 2019.

C'est une entrée en matière placée sous le signe de l'espionnage qui a marqué l'ouverture du 37e festival Arte Mare.

Hier après-midi, le théâtre municipal de Bastia avait donc revêtu pour l'occasion ses atours de fête pour accueillir des agents secrets plus vrais que nature.

Après la projection du film à suspense The Operative de l'Israélien originaire de Tel Aviv, Yuval Adler, un grand débat a été organisé sur le thème : "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'espionnage sans oser le demander".

C'est Christophe Bourseiller, un esprit libre doublé d'un artiste aux multiples facettes qui excelle dans la comédie, l'écriture et l'animation radio qui était le maître de cérémonie de ce rendez-vous hors du commun. Ce n'est pas tous les jours, en effet, que notre ville reçoit des hommes de l'ombre de cette envergure dont la mission est de protéger leurs pays par tous les moyens. Et ce, grâce aux technologies les plus sophistiquées.

Au coeur de ce débat inédit, on a donc découvert un aréopage d'espions de haut vol que personne n'a jamais l'opportunité de côtoyer publiquement.

En mission au-delà du rideau de fer

On notait la présence de Jacques Neriah qui est docteur en philosophie, ex-conseiller diplomatique d'Ytzhak Rabin et ancien colonel des renseignements de l'armée israélienne. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les problèmes relatifs au Moyen-Orient.

À ses côtés, il y avait Yves Bonnet, l'ancien directeur de la DST. Lui aussi est l'auteur de plusieurs ouvrages qui vont du document d'enquête au roman d'espionnage. On peut citer Les grandes oreilles du Président et La deuxième guerre d'Algérie où les zones d'ombre de la tragédie des moines assassinés à Tibhirine sont enfin levées.

Était également présent, Éric Denécé, docteur en sciences politiques et directeur du Centre de recherche sur le renseignement. Il a écrit des livres dont Le renseignement au service de la démocratie, ainsi que des articles et autres rapports consacrés à l'intelligence économique, au terrorisme et aux opérations spéciales.

Le dernier intervenant était Roland Pietrini, officier de réserve et consultant opérationnel. Jusqu'à la chute de l'ex URSS, sa carrière professionnelle a été fortement marquée par une présence active au-delà du rideau de fer en tant qu'agent de renseignement. Il est notamment l'auteur d'un ouvrage de référence, Le piège au Levant.

Comme on pouvait s'y attendre, ce débat fut intéressant et enrichissant à tous égards car ces invités nous ont permis de "visiter" les coulisses d'un monde opaque, mystérieux et toujours fascinant.

Dans la même optique, sachez que le réalisateur Nicolas Saada qui avait réalisé en 2009 un film intitulé Espions donnera une conférence ce dimanche, à 18 h, au centre culturel Una Volta.

Les organisateurs d'Arte Mare ne pouvaient rêver mieux pour débuter sur les chapeaux de roues leur édition 2019 qui, hier, a également fait la part belle au cinéma corse.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi