L'Arabie Saoudite dans la boucle de la paix avec la normalisation entre Bahreïn et Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'arabie saoudite dans la boucle de la paix

Israël. L’Arabie saoudite donne son feu vert à Bahreïn pour la reconnaissance de l’État hébreu

Un mois après les Émirats arabes unis, la petite monarchie est le quatrième pays arabe à normaliser ses relations avec l’État hébreu.

En moins d’un mois, Natanyahou a eu raison deux fois, lui qui défend depuis toujours une normalisation avec ses voisins arabes, sans rien lâcher sur l’occupation de la Cisjordanie. Après l’Égypte (1979) et la Jordanie (1994), les Émirats arabes unis et Bahrein viennent, coup sur coup, de reconnaître l’État hébreu. Il nous a fallu attendre vingt-six ans, mais seulement vingt-neuf jours entre le troisième et le quatrième accord de paix avec un pays arabe. Et il y en aura encore , a claironné le Premier ministre israélien, en pensant très fort à l’Arabie saoudite.

Peser face à l’Iran

Car autant les Émirats des Zayed ont pris seuls leur décision, autant la monarchie des Khalifa, à Bahrein, a forcément eu le feu vert des Saoudiens. Depuis la révolte populaire du printemps 2011, Bahrein est sous la coupe de Ryad qui avait envoyé ses soldats mater la révolte. Et en 2018, la petite pétromonarchie n’a dû qu’à l’argent saoudien d’éviter la banqueroute.

Sur le fond, la dynastie sunnite des Khalifa est ravie de forger une alliance régionale avec Israël pour peser face à l’Iran chiite. D’autant que la majorité des 700 000 Bahreïniens sont chiites et souvent discriminés… Alors tant pis pour les « frères » palestiniens ! Et tant pis pour le plan Abdallah de 2002, mantra de la diplomatie arabe, qui conditionne toute normalisation avec Israël à la création d’un État palestinien.

L’Arabie saoudite prend son temps

Obnubilés par l’Iran, les Saoudiens feraient bien pareil. Mais feu Abdallah est le frère de l’actuel roi Salmane et l’oncle du prince héritier Mohammed, dit MBS. Le risque est grand de passer pour des « traîtres » sur un sujet qui mobilise encore l’opinion arabe. Malgré les pressions de l’administration Trump, MBS préfère attendre et collaborer en secret avec Israël sur le plan sécuritaire. Seuls les Émirats et Bahrein seront mardi à la Maison-Blanche pour la cérémonie organisée par Trump.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi