L'Alyah comme sur des roulettes : Faire le plein d'énergie pour un Rosh Hashana Home Sweet Home

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'Alyah comme sur des roulettes en israel

Boker Or mes 🧡

C'est l'heure de la potion magique pour faire le plein de vitamines.

Mon jus préféré est orange-mangue-pêche.

C'est sans doute le jus le plus calorique qui puisse exister. Mais je peux vous assurer que vous n'aurez plus faim pendant de longues heures. Je me l'autorise quand je n'ai pas pris de petit déjeuner. Ça me cale jusqu'à 13h. 

 Mais si j'écoutais mon frère et ma mère qui sont tendances healthy, je devrais plutôt commencer ma journée par un jus de citron-gingembre. Le genre de boisson qui décape

 Je me souviens du jour où ma mère avait demandé ce jus pur citron (sans eau), tandis que ma soeur et moi avions partagé (c'était l'époque avant le Corona hein, cela va sans dire) un jus bien chargé en sucre naturel.

 

 

 

 

 

 

 

Le vendeur avait alors été stupéfait et lui avait lancé déconcerté (c’est rare de déconcerter un israélien)  : " Quoi ??? Que citron-gingembre ???? Sans eau ???... Tu fais la vidange ?" 

A croire que cette potion magique n'est pas une demande commune en Israël. "Je te mets de l'eau ou une orange quand même ?", avait-il insisté.

“Un glaçon”, avait-elle consenti. 

Pour faire genre, nous aussi on est capables, on avait goûté à sa mixture peu attrayante et je dois avouer qu'on ne faisait pas les fières. Sans eau, je peux vous garantir que ça m'a fait la sensation d'avaler la potion magique du très célébrissime druide Gaulois d'Astérix et Obélix. 

La moutarde à côté, c'est de la rigolade !

Ce matin, je fais simple. Pas envie de me trouer l'estomac. Je reste donc sur une valeur sûre et surtout, je profite de ces moments exquis à l'extérieur de mes 4 murs. J-3 avant le confinement national de 3 semaines minimum.  Nous allons être limités à 500 m autour de chez nous, autant vous dire que je profite à fond de la ville Blanche, et ce, malgré la chaleur exceptionnelle.

Les enfants sont encore à l'école (enfin 1 sur 2 pour ma part, mais ça, c'est une autre histoire 🙃)

Ce matin, on va chercher la tête de poisson pour le seder de Rosh Hashana. Je suis un peu en mode freestyle pour mon menu de Hag. 

J'ai du mal à concevoir ces fêtes sans amis et famille ;  sans pouvoir même aller à la synagogue. Je me demande s'ils ont prévu de sonner le Shofar dans les rues de TLV. Oui, ça m'inquiète. 

Je suis contente de vivre au dessus d'un bassin pour pouvoir aller jeter nos péchés et réciter Tachlikh. 

Je me souviens du fabuleux Rosh Hashana de l'année dernière, 5780, que nous avions célébré avec la communauté du Rav Sitruk au centre ALEF. Les enfants étaient tous regroupés dans la cours de récréation du collège/lycée Bar Ilan, tandis que nous pouvions, mères dévouées d'ordinaire, suivre sereinement les prières. Le Rav prenait soin de nous expliquer en profondeur la signification des mots que l’on prononçait. J’étais captivée, illuminée par tant de kavod et ce sens nouveau que revêtait ces fêtes si précieuses. 

La téfila de 5781 sera bien différente, et pourtant, il nous faudra recréer notre petit Beit Hamikdash home sweet home. Je pense à ceux qui seront seuls (j’espère qu’ils iront chez leurs voisins). Je pense à ceux qui sont si démunis à cause de cette crise sanitaire, économique, politique etc. ou des difficultés financières récurrentes car inhérentes à Israël. 

Cette année, plus que les autres, je vais prier pour la refoua chelema des malades et la sérénité au sein du Am Israël, en espérant de tout coeur que la nouvelle année soit moins tragique et balagan que 5780. 

Souhaitons-nous de pouvoir remettre la tête sur nos épaules avec humilité, de tirer les leçons de ces mois laborieux, et tout de même, tenter de  percevoir le bon que l’on a pu récolter en 5780. Cette année nous aura fait grandir sans nul doute, d’une façon ou d’une autre. C’est l’heure du bilan et de savoir ce que l’on veut vraiment pour la nouvelle année. 

Chana Tova oumetouka mes 🧡, briout avant tout, la douceur suivra bezhatachem 🙏

Retrouvez ma chronique sur la précieuse préparation de Rosh Hashana sur le blog dailymel.net 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi