La vie juive multiculturelle sur l'île paradisiaque de Majorque

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La vie juive multiculturelle sur l'île paradisiaque de Majorque

RELANCER LA VIE JUIVE SUR L'ÎLE PARADISIAQUE DE MAJORQUE

Il y avait une présence juive à Majorque à partir de 418 de notre ère, mais avant et pendant l'Inquisition espagnole, la communauté fut forcée de se convertir au christianisme.

La communauté juive autrefois florissante de Majorque, longtemps considérée comme éteinte, est en train de renaître.

Dani Rotstein, originaire de New York, travaille depuis quatre ans à reconstruire la communauté juive de Palma, la capitale de l'île de vacances espagnole, qui a été forcée d'accepter le catholicisme dans une série de persécutions de 1391 à 1492.

Dani Rotstein a déclaré au Jerusalem Post que, lorsqu'il avait déménagé à Majorque  il pensait venir pendant un an pour prendre une pause et occuper un poste dans une société de services de production sur l'île.

Cependant, il rencontra sa future épouse à Barcelone trois semaines après son arrivée et finit par devenir l'un des dirigeants qui reconstruisaient cette ancienne communauté de crypto-juifs, connue sous le nom de Xuetas ou Chuetas.

«En arrivant ici, j'étais sûr de ne trouver aucun  juif», a-t-il expliqué. «J'ai découvert qu'une synagogue fonctionnait depuis les années 1980 et j'ai  commencé à y aller.
C'est à ce moment-là que j'ai appris l'existence des Chuetas.»

Selon Dani Rotstein, il y a environ 1 000 Juifs sur l'île, dont 80 familles israéliennes. Dani Rotstein siège au conseil d'administration de la synagogue avec trois autres personnes, dont deux Chuetas.

Un vendredi soir, il a remarqué que la synagogue avait «sauté certaines des prières qui ne se font généralement que lorsqu'il y a un minyan de 10 hommes».

Il a compté 14 hommes et s'est enquis, découvrant que certains fidèles se convertissaient encore au judaïsme. «Je me sentais plus proche de ces Juifs que de certains membres de la communauté séfarade», a-t-il déclaré.

«Je viens d'un milieu conservateur, américain et ashkénaze, et les voir si enthousiastes d'être juifs m'avaient tellement enthousiasmés pour mon judaïsme.» Avec sa nouvelle ferveur, Dani Rotstein arrêta de manger du porc. "Il n'y a ni rabbin ni chazzan, mais des gens se portent volontaires [pour diriger les services", a-t-il déclaré. «Nous avons parfois du mal à obtenir un minyan le Chabbat. Il y a quatre ans, la vie dans la synagogue était la seule vie qui se passe ici… mais l'identité juive ne concerne pas seulement la synagogue et la prière. ”

Dani Rotstein a déclaré qu'en grandissant en Amérique, son lien avec le judaïsme était basé sur la culture, l'histoire et le côté social des choses, pas seulement la prière, et que c'est sur ces aspects qu'il voulait travailler dur pour s'intégrer à la vie juive sur l'île. 

Lui, son épouse et d'autres membres de la communauté ont travaillé d'arrache-pied pour remédier à cette situation, malgré les difficultés rencontrées dans une communauté aussi diverse.

«Je me sens peut-être en Europe,  mais en particulier en Espagne, la vie de communauté juive est centrée autour de la synagogue», a-t-il déclaré. «Il n'y avait aucune idée ou sens de la communauté; nous allions prier, prenions un rapide Coca-Cola et des collations du  kiddouch dans la pièce voisine, mais je ne connaissais pas le nom des personnes.

Il n'y avait pas de conversation ou de connexions. Les gens ne s'invitaient pas les uns chez les autres pour les repas de shabbat », et personne ne se réunissait pour faire de la randonnée ou aller au cinéma avec un film juif.

Lentement, Dani Rotstein et sa femme ont commencé à organiser des dîners de Shabbat. 

«Nous les faisons au restaurant une fois par mois», a-t-il expliqué. «Nous nous sommes efforcés d’établir des liens, nous avons invité des personnes et le petit groupe est devenu de plus en plus grand. Nous avons rencontré des juifs du Mexique, d'Iran, du Costa Rica et de Turquie.

«Nous avons donc eu cette idée de à quel point ce serait génial de vivre dans une communauté juive multiculturelle vivant sur une île de la Méditerranée "», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il existait de nombreux couples interconfessionnels et juifs de niveaux d'observance différents.

Ils ont ensuite commencé à organiser des événements à Limmud en tant que véhicule permettant de réunir tous les individus de tous les horizons et de tous les niveaux d’observance juifs.

«La devise de Limmud est que tout le monde peut être enseignant et que tout le monde devrait être étudiant», a-t-il déclaré.

Le premier événement de l'île à Limmud a eu lieu en mai 2018. Quelque 85 personnes ont assisté à l'événement pour en apprendre davantage sur l'histoire juive de Majorque ou pour suivre des cours de droit, d'art et de culture donnés par les Chuetas.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi