La technologie que le Qatar n’utilise pas

Actualités, Antisémitisme/Racisme, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pandexit christophe Billiottet Qatar Israël

Nous vous avons présenté la start-up qatari ADGS mais nous avons voulu en savoir plus sur leur savoir faire et la vision du Qatar.

Le Qatar pourrait avoir une place dans le monde de la High Tech avec cette Start-Up mais il semble que ce pays ne soit pas encore sensible à "l'or "de la High Tech, en regard à Israël où la haute technologie est l'un des principaux moteurs de croissance de l'économie israélienne, pour preuve la dernière décennie a vu la finalisation de 1 210 méga-transactions s'élevant à 385 milliards de shekels (111 milliards de dollars) pour les startups israéliennes.

Cette start up, ADGS, vend déjà ses logiciels à différents pays pour assurer leur cybersécurité, cette liste de pays pourrait s'étendre, tant les besoins en sécurité et particulièrement en santé, avec cette pandémie qui sévit dans le monde, sont importants et vitaux.

Nous avons donc appelé le fondateur de ADGS, Christophe Billiottet, un français qui vit depuis quelques années au Qatar afin de lui poser quelques questions sur la finalité de ses algorithmes développés en interne.

Alliance -  Le logiciel de sécurité comme STROKK peut il être utilisé par des particuliers ?

Christophe Billottet : tout à fait. Le logiciel STROKK est complètement intégré aux systèmes opératifs de Microsoft et d'Apple. Il est parfaitement transparent pour un utilisateur légitime, et bloque un imposteur, même si celui-ci dispose du bon mot de passe.

Alliance - C’est quoi STROKK au fait?

Christophe Billiottet -  STROKK est un software qui analyse et apprend la vitesse des connexions neuronales qui existent entre le cerveau et les doigts et qui reconnaît ainsi les utilisateurs d’un simple clavier. Ce produit permet ainsi de certifier un utilisateur qui tape son mot de passe, et de rejetter les imposteurs.

Alliance - Hormis Strokk avez vous créé d'autres comme logiciel dans le domaine de la sécurité  ?

Christophe Billiottet  - Nous avons une autre version de STROKK, qui s’appelle STROKK FT (pour Free Text) et qui n’est plus lié au mot de passe, mais à l’apprentissage de la frappe de chacun. Le système est transparent et enregistre les caractéristiques individuelles de l’utilisateur d’un PC.

STROKK FT est ensuite capable de reconnaître cet utilisateur lorsqu’il change de machine au sein de son entreprise, et de lancer une alarme au service informatique lorsqu’une personne étrangère à l’entreprise utilise un de ses ordinateurs.

Alliance - Quels sont les pays qui ont déjà acheté les solutions de ADGS ?

Christophe Billiottet :  Pour le moment l’Argentine, le Koweït, la Turquie, Malte et nous sommes en pourparlers avec 3 autres pays d'Asie.

Alliance -  Pas le Qatar?

Christophe Billottet : Nul n’est prophète en son pays...

Alliance - quel est votre axe de développement ? Cybersécurité ? Santé ?

En réalité, cela dépendra du ou des investisseurs et partenaires qui nous rejoindront:
s’il s’agit d’un État, ce seront probablement nos solutions de cybersecurité, militaires, d’intelligence, de santé publique ou de défense civile.
S’il s’agit d’investisseurs privés, la solution STROKK sera certainement prioritaire, compte tenu de l’ampleur de son marché (STROKK fonctionne dans n’importe quelle langue)

Alliance - Face à la pandémie que peut proposer ADGS au monde et à Israël
en particulier ?

ADGS dispose d’un software, PANDEXIT, qui modélise la population entière d’un pays et effectue des simulations de contagion au domicile, dans les transports, sur les lieux de loisir et de travail.
Entièrement paramétrable, PANDEXIT permet de simuler toutes les politiques de santé nationales et de mesurer leur effet sur l’évolution de la pandémie en quelques minutes.

On peut simuler la réouverture des écoles, des magasins, les effets du masque, les risques dans les transports en commun, le taux de contagion des pré symptomatiques et asymptomatiques, le taux d’adhérence du public aux règles et même le climat ou les mutations du virus.

Il revient alors au gouvernement de choisir la meilleure politique, en général celle qui sauvera le plus de vies et de limiter les dégâts sur l’économie. Ce software s’est montré très efficace.

Pour plus d'information sur l'entreprise cliquez-ici sur notre précédent article

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi