La soeur de la victime : sommes -nous en Israël ou au Mexique ? - podcast et vidéo-

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La famille de Wafa Abahara,

 

La famille de Wafa Abahara, qui aurait été assassinée par son ex-mari, a publié vendredi une déclaration exigeant que la police «assure immédiatement la protection du domicile familial». La demande de la famille fait suite à des rumeurs circulant dans la ville d'Araba, où ils vivent, selon lesquelles le suspect du meurtre a l'intention, selon eux, d'assassiner également le frère et la mère de son ex-femme.

"Que les rumeurs soient vraies ou non, ce tueur est toujours en liberté, et les efforts de recherche dans la localité ont été stoppés et aucun véhicule de police n'est vu.

Nous avons contacté la police et on nous a dit que ce n'était pas nécessaire. Alors qu'ils refusent de nous mettre au courant sur les résultats de recherche. "il faut que la police mette en place une voiture près de la maison jusqu'à ce que le tueur soit appréhendé, avant qu'une autre catastrophe ne se produise."


La sœur de Wafaa Abahara: "Si le tueur était en liberté dans la communauté juive la police serait-elle toujours silencieuse?"

La famille craint que le suspect du meurtre ne soit toujours pas arrêté. Dans une interview la soeur de la victime déclare : "Je ne sais pas si nous sommes en Israël ou au Mexique. L'Etat ne fait rien"

L' ex-mari de la victime Canaan est soupçonné d'avoir heurté la voiture de son ex-épouse Wafa Abahara dans la ville d'Araba et de l'avoir poignardée à mort.

Il a été filmé par des caméras de sécurité alors qu'il s'enfuyait.
Canaana a déjà purgé une peine de prison pour violence domestique et, ces derniers mois, il y a eu des avertissements concernant le danger pour la vie de son ex-épouse.
Malgré les avertissements, la seule mesure prise a été une demande répétée des services sociaux pour qu'elle entre dans un refuge, mais Abahara a refusé parce qu'elle voulait être proche des enfants.

Près d'une semaine s'est écoulée depuis que Wafaa Abahara a été assassinée à Araba, et son ex-mari soupçonné du meurtre n'a pas encore été retrouvé par la police.

La famille de la victime est inquiète.
Cette femme cherchait désespérément la protection de la police, elle a été assassinée par son ex-mari, malgré les appels répétés de demande d'aide, la police lui avait répondu qu'elle n'était pas en mesure de plus l'aider et que ce qu'elle demande n'existait dans aucun pays.

Aujourd'hui (dimanche), la sœur de Wafa, Spaa Abahara, déclare dans une interview à la Fondation Neubach sur le programme "Seder Yom"  "Je ne sais pas si nous sommes en Israël ou au Mexique. L'Etat ne fait rien."

La soeur a également allégué une discrimination de la part de la police: "Si le tueur était en liberté dans la communauté juive  la police ne ferait elle rien? C'est de la discrimination et de la complicité du meurtre. L'Etat est complètement déconnecté,  j'ai peur."

Le ministre du Bien-être social, Itzik Shmuli, a déclaré dans la même émission que "la question de la violence domestique est un problème grave et difficile qui nécessite la coopération de tous les systèmes afin d'obtenir une application et une sanction plus importantes". Il a déclaré que les autorités sociales avaient mis en garde contre l'état d'Abahara avant l'incident.

Kamal 'Abahara, un cousin de Wafa, a déclaré dans une interview avec le programme Kalman-Lieberman  "Il y a des rumeurs selon lesquelles il (le suspect du meurtre) poursuivait ses plans d'assassiner également ses frères. «Nous avons peur pour la vie de nos enfants qui sont à la maison».

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi