La première femme navigatrice de combat religieuse sera reconnue comme morte au combat

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Tamar Ariel lors du voyage au Népal

La famille de Tamar Ariel sera considérée comme une famille de ayant droit.

Première publication • La navigatrice de combat, Tamar Ariel, a péri en aidant à sauver des vies lors d'un voyage. • Cinq ans après son décès, il a été décidé de reconnaître sa famille comme une famille endeuillée par la perte d'un soldat, en raison de circonstances spéciales.

Près de cinq ans après la catastrophe provoquée par la tempête de neige au Népal, le ministère de la Défense a décidé de reconnaître les droits de la famille de la défunte navigatrice religieuse Tamar Ariel jusqu'alors refusés.

En 2009, après deux années passées au Service national, Ariel a rejoint le cours de pilote et a obtenu son diplôme de navigateur de combat quatre ans plus tard.

Au cours de son service, elle a participé à des dizaines de missions opérationnelles, notamment lors de l'opération Strong Cliff.

À la fin de l'opération dans la bande de Gaza, qui s'est terminée environ deux mois avant sa mort, elle a été choisie par le commandant de l'escadron comme combattant exceptionnel de l'unité, mais n'a pas reçu le prix d'honneur en raison des circonstances tragiques de son décès.

En octobre 2014, elle a fait un voyage avec des amis dans l'Himalaya au Népal. Au cours du trek Annapurna lorsqu'une tempête de neige  lui a coûté la vie. Après sa mort, elle a été promue capitaine.

"Après avoir examiné les nouvelles preuves présentées à l'agent d'indemnisation," la lettre adressée à la famille Ariel par la Division du patrimoine et de la défense du ministère de la Défense reconnaît et détermine l'éligibilité ", il a été décidé de vous reconnaître comme ayant droit par les droits reconnus par la loi en question."

Parce qu'Ariel, la première navigatrice de chasse religieuse, a été tuée pendant des vacances privées, sa famille n'a pas été reconnue comme une famille d'ayant droit, mais une ancienne loi promulguée en 1965 autorisait la reconnaissance tant attendue. 

Il s'agit d'une loi sur la rémunération d'un soldat blessé en sauvant la vie d'un autre, qui stipule qu '"un soldat qui a sacrifié sa vie ou est devenu invalide du fait du sauvetage d'une personne risquant de la priver de la vie, est légalement handicapé par une armée de la défense en Israël ou un soldat qui a péri dans la campagne, selon le cas".

Le ministère de la Défense a enquêté sur les détails de la catastrophe et a révélé qu'avant sa mort, Ariel avait sauvé la vie d'autres randonneurs et que ses opérations de sauvetage constituaient probablement l'un des facteurs ayant conduit à sa mort.

La personne qui a aidé la famille dans le processus devant le ministère de la Défense est le député Eleazar Stern, un pinceau blanc, qui a déclaré à la suite de la décision "Aujourd'hui en Israël": "Je suis heureux que le problème ait été résolu. Je félicite les responsables de la défense et souhaite à la famille Ariel de continuer à vivre le magnifique patrimoine laissé par Tamar, à eux-mêmes, au sionisme religieux et à tout le peuple d'Israël. "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi