La polygamie accroît le nombre d'immigrants bédouins illégaux en Israël

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La polygamie accroît le nombre d'immigrants bédouins illégaux en Israël

Selon l'organisation Lavi, des dizaines de milliers de femmes nées à l'étranger et leurs enfants issus de mariages polygames vivent en Israël.

Près de 30 000 immigrants bédouins illégaux de l'Autorité palestinienne et des pays arabes voisins résident actuellement dans le Néguev, au sud d'Israël, y compris des femmes impliquées dans des mariages polygames avec les bédouins locaux et les enfants nés de telles relations.

Bien que techniquement illégale dans la plupart des cas, la polygamie est à la fois répandue dans la communauté arabe bédouine et largement négligée par les autorités.

Selon un rapport de la Knesset de 2013, environ 30% des familles du secteur bédouin sont polygames, alors que d'autres estimations les placent à 35%.

Certaines personnalités de premier plan, telles que Taleb Abu Arar, membre de la Knesset (liste conjointe) restent mariées à plusieurs épouses.

Le phénomène a souvent été cité comme un problème de droits des femmes et un défi à l'état de droit en Israël car presque tous les mariages polygames ne sont pas sanctionnés par la loi.

Selon une étude de l'organisation Lavi, l'aveuglement de la polygamie bédouine a également de graves répercussions démographiques pour le sud d'Israël.

Un village bédouin dans le Negev

Un village bédouin dans le Negev

Avec un taux de croissance naturel de 5,5%, la communauté bédouine du Negev double à peu près tous les 13 ans, passant de seulement 11 000 après la création de l'Etat en 1948 à environ 100 000 en 1999 à plus de 200 000 en 2013. Aujourd'hui, les Bédouins représentent environ 30% de la population totale du Néguev.

Cette croissance provient en partie du grand nombre de femmes qui immigrent illégalement en Israël pour épouser des Bédouins, souvent comme deuxième, troisième ou même quatrième femme.

Selon Physicians for Human Rights Israel, 20 000 palestiniennes résident actuellement illégalement en Israël et sont mariées à des hommes arabes israéliens.

En outre, quelque 8 000 enfants nés de mères étrangères sans statut légal résident illégalement en Israël, a indiqué le contrôleur de l'État.

C'est peut-être la pointe de l'iceberg, disent les activistes de Lavi, qui notent que les tribunaux israéliens de la Sharia, administrés par le ministère de la Religion, permettent souvent aux polygames d'accepter tacitement les faux divorces en validant ce qui est en pratique des mariages polygames.

Plus important encore, les tribunaux de la Sharia sont souvent utilisés pour accorder la reconnaissance aux enfants de mariages qui ont été officiellement annulés ou ne sont pas enregistrés - y compris les mariages avec des femmes résidant illégalement en Israël. Dans de tels cas, la Cour aide les enfants issus de ces relations à obtenir la citoyenneté israélienne.

Même l'Institut national d'assurance (Bituah Leumi) reconnaît de facto les mariages polygames dans le secteur bédouin, permettant aux femmes demandant des prestations d'inscrire leur statut familial comme "membres de familles élargies".

Malgré une enquête de la Knesset de 2013 sur la polygamie en Israël, les autorités répressives et les agences gouvernementales refusent d’affronter la question.

"Les mariages polygames sont une violation de la loi israélienne", a déclaré un porte-parole de Lavi.

"Au-delà, la polygamie dans le secteur bédouin contribue directement à la traite des femmes et à la contrebande de femmes de Gaza et de Jordanie vers Israël. La polygamie dans le secteur bédouin est de plus en plus répandue et nuit directement et indirectement à la population générale d'Israël, et le temps est venu pour les autorités et les ministères de faire face au phénomène de la polygamie en Israël ».

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi